mardi 28 avril 2009

L'Europe au Quotidien: Santé, Consommation, Développement Durable: Café Démocrate ce soir à Montrouge

L'Europe au Quotidien: Santé, Consommation, Développement Durable: Café Démocrate ce soir (mardi 28 avril) à Montrouge

Le Handicap et l' Europe : un débat du mouvement démocrate de Chatenay Malabry

Le Handicap et l' Europe : un débat du mouvement démocrate de Chatenay Malabry

  • Samedi 25 Avril 2009 avait lieu un débat sur l' Europe et le Handicap , organisé par la section Modem de Chatenay-Malabry (92). Un pari peu évident: un samedi soir, les vacances scolaires...Une vingtainede personnes se sont déplacées cependant à l'Espace Senior de Chatenay pour débattre sur la problématique de la prise en compte du handicap dans tous les secteurs de la vie en société: Débattre pour comprendre le handicap, débattre sur les champs d'action européens pour améliorer la condition des handicapés, évaluer comment le Mouvement Démocrate se distingue des autres partis et mouvements dans sa réflexion autour du handicap.

  • La soirée était animée par Jean-Pierre Bozzonne , conseiller municipal Modem à Chatenay-Malabry, membre du Conseil Départemental 92 du Modem.
  • Participaient à ce débat :
  • 1/ Jean-Louis Fontaine, formateur - consultant en politiques du handicap, président du Collectif Démocrate Handicapés , animateur de la Commission Nationale Handicap , senior , dépendance , président de l'association Synergie et candidat aux élections Européennes aux côtés de Marielle de Sarnez en Ile-de-France.
Candidat européenne Ile de France Jean-Louis Fontaine par mouvementdemocrate
  • 2/ Olivier Harland, directeur de projet à France Télévision où il est également responsable de la cellule "Différences" , membre de la section Modem de Clamart (92)
  • 3/ Arnaud Gharbi, membre de la Commission Nationale Handicap au sein du Mouvement Démocrate, membre du Conseil Départemental 92 du Modem
  • Le Handicap en Europe
  • Jean Louis Fontaine explique le problème de la compensation financière qui est différente selon l'âge: un handicapé de 59ans recevra une compensation qui sera diminuée lorsqu'il passera dans le camp des "seniors" ( à 60ans) .
  • Il explique que plutôt que de parler d' INTEGRATION des handicapés dans la "cité", il faudrait parler d' INCLUSION; c'est-à-dire que toute politique d'urbanisme doit être pensée en amont en incluant le handicap. Une personne valide peut devenir à tout moment un handicapé provisoire, durable ou définitive, les lieux de vie doivent donc pensés , construits en pensant " handicap".
  • Olivier Harland intervient en expliquant que les progrès techniques et technologiques faits pour les handicapés finissent toujours par servir à tous . Exemple: l'ordinateur et la télécommande ont été , à la base, créés pour assister les personnes handicapées... Qui de nous , valides ou non, pourrait s'en passer?
  • Au niveau du logement, il suffirait de prendre en compte , dès la conception la surface au sol nécessaire pour un handicapé ; ainsi , tous les logements seraient accessibles aux handicapés sans qu'il soit nécessaire de faire des travaux ou à la personne de déménager lors de l'apparition du handicap.
  • A propos de l' Europe: il est indispensable pour la prise en charge du handicap au niveau européen, de créer l' Europe sociale ; pour le moment le secteur social dépend des pays membres.
  • La Convention des Nations Unies en décembre 2006 a établi un protocole facultatif à la Convention relative aux droits des personnes handicapées; l'objectif étant de promouvoir , de protéger le plein respect des Droits de l'Homme des personnes handiapées et ceci dans tous les domaines. Ce protocole a été signé par la France en Mai 2007 mais n'a jamais été ratifié ( donc pas mis en place) peut-être en particulier parce que la France n'applique pas certains principes de ce protocole par exemple : dans notre constitution devrait être inclut l'obligation de scolarisation des enfants à proximité du domicile des parents ( un sujet difficile en France?)
  • Explication du principe de Services Sociaux d' Intérêt Général ( SSIG) :
  • Bernard Lehideux, député européen du Modem est un fervant défenseur des SSIG , qui , malheureusement , risquent d'être mis à mal par la loi Bachelot qui met en place des ARS ( agences régionales de santé) regroupant ARH, DGAS... Le problème est que les postes à pourvoir en tant que directeur des ARS , ne seront pris que par des gestionnaires et non utilisateurs ( malades, soignants..) . A noter quand même que la Loi Bachelot n'a pas été encore votée puisqu'elle doit passer devant le Sénat avant de repasser devant l'Assemblée Nationale et pourtant , les locaux des ARS de Dijon ont déjà été inaugurés!!!
Une loi appliquée avant d'être votée?
  • Un autre problème : un décret est sorti ( donc sans avoir besoin de passer devant l' Assemblée Nationale) : les lits médicalisés ne sont plus remboursés à l' achat mais le seront à la location ! Normalement , lorsque l'on a besoin d'un lit médicalisé c'est que la maladie / le handicap s'est aggravé et par conséquent , le besoin est définitif. Où est l'économie ? Sachant que encourager les malades à louer le matériel plutôt que l'acheter coûtera plus cher à la collectivité.....
  • Les franchises médicales qui ont été instituées posent un gros problème aux handicapés ( comme aux autres patients) qui tentent de vivre avec l' AAH ( Allocation Adulte Handicapé) ; ces patients risquent de devoir différer certains soins voire de les supprimer.
  • Comment définir le handicap dans une Europe sociale qui n'existe pas ?
  • L'article L114 du code de l'action sociale définit le handicap: "Constitue un handicap, toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs physiques, sensorielles , mentales, cognitives ou psychiques , d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant"
  • L'objectif devrait être d'adapter l'environnement ( travail, social, logement..) au handicap et non pas adapter le handicapé à son environnement ...
  • Cependant , on voit que l'écart entre les textes de loi et le vécu est grand. Ces textes ont été écrits par des personnes qui n'ont pas vécu de handicap.
  • Le handicap et l'école
  • 95% des enfants handicapés sont scolarisés : cependant , sont comptabilisés ceux qui sont scolarisés 1/2 journée, 1 jour... Les chiffres ne reflètent pas la réalité. Des membres du public , acteurs du milieu de l'éducation, expliquent les difficultés rencontrées à l'école pour la prise en charge des enfants handicapés: peu de moyens, peu d' AVS ( Auxiliaires de Vie Scolaire ) qui accompagnent les enfants en situation de handicap au sein de l'école, problème de formation des AVS , formations des enseignants au handicap, l'absence de moyen pour les collectivités pour adapter les écoles aux handicaps...
  • Le Handicap et le Monde du travail
  • Les handicapés dépendent des prestations sociales plutôt que des salaires . Pourquoi? Un niveau de chômage 2 fois plus élevé que pour les personnes valides; des revenus généralement plus bas .
  • Obligation d’emploi de travailleurs handicapés dans l’entreprise: Cette obligation impose à tout employeur occupant au moins 20 salariés d’employer à temps plein ou à temps partiel des personnes handicapées dans la proportion de 6 % de l’effectif total de ses salariés.(article L. 323-1 du Code du travail)
  • Il est difficile de d'évaluer le nombre de personnes handicapées dans le monde du travail: variabilité des terminologies, personnes handicapées non identifiées parce que non déclarées ( certains préfèrent cacher leur situation de handicap pour éviter l'étiquette "handicap") .
  • Répartition en 2001 des emplois occupés par des personnes handicapées par secteur d’activité
Industrie

41,3 %

Tertiaire

32,9 %

Transport et tourisme

11,2 %

Hôtellerie et commerce

8,8 %

BTP

4,9 %

Agriculture

0,9 %

D’après l’ « Atlas national 2005 » publié par l’AGEFIPH, données se basant sur les déclarations annuelles obligatoires d'emploi des travailleurs handicapés, des mutilés de guerre et assimilés (DOETH)
  • pour en savoir plus :
http://www.inrs.fr/inrs-pub/inrs01.nsf/IntranetObject-accesParIntranetID/OM:Document:EB8C1A35BB50DFB5C1257243004DE85E/$FILE/Visu.html
  • L'Agefiph association privée au service des personnes handicapées et des entreprises qui leur apporte des aides et des conseils ainsi que l'appui d'un réseau de prestataires sélectionnés par ses soins.
  • L'Agefiph gère les contributions financières versées par les entreprises de vingt salariés et plus soumises à l'obligation d'emploi des personnes handicapées, soit 604 millions d'euros en 2007. Cependant , les fonds sont sous-utilisés .
http://www.agefiph.fr/
  • Le Handicap et la télévision
  • Olivier Harland , qui est responsable de la cellule "différences" au sein de France Télévisions, nous explique que lui, ne s'est déclaré en tant que adulte handicapé qu'il n'y a que quelques années , ne voulant pas avoir l'étiquette sur le front .. A France Télévision, il promeut la participation de " personnes issues de la diversité" ( personnes handicapées, personnes d'origine étrangères...) , la programmation de documentaires , de films portant sur le handicap ( on se souvient du film " Comme sur des roulettes " où Diefenthal joue le rôle d'un chômeur prêt pour se faire embaucher par une petite entreprise n'employant que des personnes à mobilité réduite, à jouer le rôle d'un handicapé en fauteuil , apprenant la vie en fauteuil)
La soirée se termine sur un "pot" qui nous permet de continuer les échanges..

Biocarburants : une soif en eau qui pèse sur les réserves des Etats-Unis

Biocarburants : une soif en eau qui pèse sur les réserves des Etats-Unis

Fin 2008, la capacité de production américaine de bioéthanol passait la barre des 34 milliards de litres, dépassant ainsi les seuils imposés pour cette année par la loi sur l'Indépendance et la sécurité énergétique de 2007 (Energy Independence and Security Act - EISA). Faisant l'objet d'importantes subventions de la part de l'état fédéral, la filière biocarburant (1ère génération) a été encouragée par les instances gouvernementales américaines afin de diversifier les sources d'énergies et de diminuer la dépendance énergétique vis-à-vis des pays exportateurs d'énergies fossiles. Leader sur la scène internationale dans la production de biocarburants, les Etats-Unis espèrent atteindre le seuil des 57 milliards de litres de bioéthanol d'ici 2015. Cette production croissante d'énergie d'origine biomasse soulève cependant un certain nombre de problématiques, résultant notamment de l'impact environnemental d'une telle industrie. En effet, selon une étude publiée en février 2009 par le journal "Environmental Science and Technology", la production de bioéthanol consommerait trois fois plus d'eau que ce qui avait été initialement estimé.

D'après l'EPA (Environmental Protection Agency), plus de 95% des biocarburants américains sont produits à partir de grains de maïs. Si les études antérieures estimaient la consommation de 263 à 784 litres d'eau pour la production d'un litre de bioéthanol à partir du maïs [1], les chercheurs Y. Chiu, B. Walseth et S. Suh du département "Bioproducts and Biosystems Engineering" de l'université du Minnesota, ont mis en évidence qu'il s'agirait en réalité d'une consommation variant pour les différents états de 5 (Ohio) à 2 138 (Californie) litres d'eau pour chaque litre d'éthanol [2]. Se basant sur des données récoltées en 2007 pour 41 états, la quantité d'eau totale nécessaire à la production de bioéthanol aux Etats-Unis s'élèverait ainsi à 3 260 milliards de litres. La consommation d'eau aurait alors augmenté de 246% entre 2005 et 2008 (passant de 1 900 à 6 100 milliards de litres) pour une hausse de la production de bioéthanol de 133% (passant de 15 à 34 milliards de litres sur la même période).

Cette étude met, comme on l'a dit, en évidence une disparité régionale importante, 12 états du Midwest consommant moins de 100 litres d'eau par litre d'éthanol produit. Cette disparité est principalement le résultat de pratiques agricoles différentes (absence d'irrigation, drainage des cultures...). Toutefois, la majorité des états enregistre une consommation d'eau élevée, celle-ci pouvant avoir des répercussions régionales sur la gestion de l'eau et le rechargement des aquifères. A titre d'exemple, les états [4] recouvrant la nappe souterraine d'Ogalla, puisaient 68% de leur consommation en eau pour la production d'éthanol en 2007. Selon les données de l' "U.S. Geologigal Survey", cette exploitation forcenée de l'aquifère serait à l'origine de 18% de la réduction de la taille de cette nappe souterraine.

L'étude confirme ainsi les résultats des recherches du "National Research Council", publiés en 2006 et soulevant la question de l'impact environnementale d'une production à grande échelle de biocarburants à base de maïs [3]. Par ailleurs, ces récents travaux soulignent aussi l'importance de tenir compte des disparités régionales en privilégiant l'implantation de bio-raffineries près de sites ne nécessitant pas d'irrigation intensive et n'utilisant qu'en apport mineur les réserves d'eau souterraines. En effet, sachant que 36 états connaîtront dans le court terme des pénuries en eau de plus ou moins grande échelle (données de l' Office Fédéral "U.S. General Accounting"), l'expansion d'une telle industrie ne pourra qu'aggraver l'épuisement des réserves souterraines.

[4] South Dakota, Nebraska, Wyoming, Colorado, Kansas, Oklahoma, New Mexico et le Texas

Petroecuador et l'excrément du diable

La planète commence à réfléchir à l'après-pétrole, mais les pays qui possèdent des réserves d'or noir continuent de les exploiter à n'importe quel prix. L'Equateur, dont le président Rafael Correa vante par ailleurs son credo écologique, persiste à forer dans la forêt amazonienne, au mépris de l'environnement et des populations locales.

mercredi 22 avril 2009

Commerce de bois illégal: vers plus de réglementation?

Un article de Sabine Casalonga dans le Journal de l' Environnement ----------------------------------------------------------------------------------------- A deux semaines du vote du Parlement européen, le 24 avril, sur le projet de règlement visant à interdire l’importation de bois illégal, plusieurs ONG (1) appellent les eurodéputés et le gouvernement français à renforcer un texte jugé lacunaire et permettre une traçabilité réelle des produits.
  • Près de 19% des importations de bois en Europe -soit près de 27 millions de mètres cube par an- seraient d’origine illégale, a indiqué le WWF lors d’un point presse organisé jeudi 9 avril. La France, au 6e rang des importateurs de bois illégal dans l’UE, importerait 39% de bois tropicaux illégaux. Or, cette exploitation illégale contribue à la déforestation et a des impacts néfastes sur la biodiversité, le climat -via l’augmentation des émissions de CO2- et les conditions de vie des populations locales. Cette activité représenterait de surcroît une perte de plus de 15 milliards de dollars par an pour les pays forestiers, selon la Banque mondiale. «La notion d’exploitation illégale englobe des situations variées, de l’absence d’autorisation administrative de l’Etat au non respect des obligations environnementales, sociales et économiques (paiement de taxes)», explique Bernard Cressens, directeur des programmes au WWF-France. Le bois illégal importé en Europe proviendrait à 40% d’Asie du Sud-Est(Indonésie notamment), entre 36 à 56% d’Afrique, à 32% de Chine et à 23% d’Europe de l’Est (Russie). L’exportation de produits déjà transformés (papier, meubles) qui représenteraient 90% des bois illégaux importés en Europe pose également un problème majeur.
  • Or, le consommateur n’est pas en mesure de connaître le pays d’origine des produits qu’il achète ni d’établir un choix en fonction de critères de développement durable à cause d’un pourcentage très faible de bois labelisés. «Une réglementation est nécessaire pour favoriser un commerce durable et responsable», estime Jean Bakouma, responsable du réseau forêt et commerce de WWF France. Le plan d’actions pour la mise en oeuvre de la loi forestière, gouvernance et commerce (FLEGT : Forest Law enforcement governance and trade) mis en place par l’UE en 2003 a constitué une première réponse à ce phénomène. Insuffisante toutefois car uniquement basée sur des accords volontaires de partenariat entre les pays producteurs et l’UE.
  • Grâce au lobbying des ONG, le projet de règlement sur l’exploitation illégale du bois, sur lequel le Parlement européen devra se prononcer le 24 avril, a été proposé par la Commission européenne en octobre 2008. Il s’appuie sur le concept de «diligence raisonnable» (2) qui implique que les entreprises mettent en place un système de contrôle interne pour vérifier l’origine légale de leurs bois importés. «Ce système n’oblige pas la mise en place d’une chaîne de traçabilité complète (…) et n’instaure pas de mécanisme de contrôle permettant un suivi indépendant et crédible», déplore FNE dans un communiqué du 9 avril.
  • Les ONG (1) jugent en effet ce projet trop peu ambitieux et ont transmis aux eurodéputés français une série de recommandations visant à renforcer le texte, notamment en instaurant la traçabilité jusqu’au consommateur, la garantie de l’indépendance des auditeurs et l’harmonisation des sanctions au niveau européen. «Selon le projet actuel, un douanier ne serait pas autorisé à saisir du bois d’origine illégale», critique Alain Lipietz, eurodéputé Vert français. Emmanuelle Neyroumande, responsable du pôle forêt du WWF-France explique que les ONG souhaitent que «l’importation et le recel de bois illégal soient reconnus comme fraude et qu’un niveau de sanction dissuasif soit ajouté pour éviter le contournement de la loi». Les ONG demandent que le texte s’applique à l’ensemble des acteurs et non pas seulement au premier importateur ou revendeur sur le marché européen et que l’exemption pour certains produits dérivés (emballages, bois-énergie) soit supprimée. La plupart de ces amendements ont été adoptés par la Commission environnement du Parlement le 17 février. Les ONG appellent les eurodéputés à soutenir ces modifications lors du vote en assemblée plénière. Certaines entreprises, à l’instar de Castorama et Rougier, partenaires du WWF, soutiennent d’ailleurs le projet de réglementation afin de lutter contre la concurrence déloyale.
  • Ensuite, c’est le conseil des ministres de l’agriculture qui devra voter le texte les 22 et 23 juin. Le WWF appelle le gouvernement français «qui s’est (…) engagé pour la lutte contre le commerce du bois d’origine illégale lors du Grenelle de l’Environnement», à soutenir les amendements des ONG. Certains prévoient cependant un désaccord entre les Etats membres. «En cas de différend entre Parlement et Conseil, la décision risque d’être repoussée à l’automne lors d’un vote en 2e lecture», prévient Alain Lipietz. Reste que l’exploitation légale des forêts, indispensable préalable à une gestion durable ne sera pas suffisante en raison des réglementations sociales et environnementales peu contraignantes, rappelle le WWF.
-------------------------------------------------------------------------------------------------
(1) WWF, Greenpeace,les Amis de la Terre et France nature environnement (FNE) (2) Il s’agit du devoir de mettre en œuvre tous les moyens raisonnablement possibles pour s’assurer de l’origine légale du bois (WWF)

Exposition au benzène et grossesse

Un article de sabine Casalonga dans le Journal de l' Environnement
  • Entre 2005 et 2006, l’équipe de Rémy Slama (Inserm et université de Grenoble) a conduit une étude pilote financée par l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement (Afsset) (1) auprès de 271 femmes enceintes et non fumeuses. Elles ont porté un appareil de mesure individuel de la pollution de l’air ambiant durant leur 27e semaine de grossesse. En parallèle, la croissance de l’enfant a été estimée par des mesures d’ultrasons durant le 2e et le 3e trimestre de grossesse.
  • Pour ces femmes, l’exposition au benzène a été associée à une réduction du poids de naissance et du périmètre crânien du nouveau-né, suggérant un effet de ce polluant sur la croissance fœtale. Les auteurs indiquent que cette association peut être due au benzène seul ou à un mélange d’autres polluants de l’air liés au trafic.
  • L’exposition au benzène était en moyenne de 1,8 microgramme par mètre cube (μg/m3) oscillant entre 0,5 et 7,5 μg/m3. L’objectif d’une limite de 5 μg/m3 fixée par les instances européennes pour 2010 a donc été dépassé dans 10% des cas.
  • Plusieurs études antérieures ont montré une corrélation entre l’exposition aux polluants de l’air extérieur et un poids de naissance moindre des nouveaux-nés. Si cette étude se démarque par l’utilisation d’appareils de mesure individuels, elle présente des limites liées à la taille réduite de l’échantillon ainsi qu’à une évaluation de l’exposition limitée à une seule semaine de grossesse.
(1) «Maternal Personal Exposure to Airborne Benzene and Intra-Uterine Growth», Rémy Slama et al., Environmental Health Perspectives (en ligne le 1er avril)

mardi 21 avril 2009

Etats-Unis: les retardateurs de flamme dans toutes les eaux côtières

Un article de Victor Roux-Goeken dans le Journal de l' Environnement
  • http://www.journaldelenvironnement.net/fr/document/detail.asp?id=18457&idThema=2&idSousThema=11&type=JDE&ctx=259
  • Les poly-bromo-diphényle-éthers (PBDE) se retrouvent dans toutes les eaux côtières et les Grands lacs des Etats-Unis, avec des concentrations élevées à proximité des centres urbains et industriels, selon un rapport de l’Administration américaine pour les océans et l’atmosphère (Noaa), publié mercredi 1er avril.
  • Ces produits chimiques sont utilisés comme retardateurs de flamme dans plusieurs biens de consommation courants depuis les années 1970 –matériaux de construction, équipements électroniques, meubles, textile, plastiques… Leur impact sur la santé est avéré, du fait de leur caractère persistant, bioaccumulatif et toxique (PBT).
  • Le rapport est basé sur les données issues du programme de surveillance de la moule de la Noaa, qui répertorie les contaminants des eaux côtières depuis 24 ans grâce à 300 stations de mesure. L’étude relève des taux de concentration de 8.202 parties par milliard dans les tissus graisseux de poissons dans la baie d’Anaheim, dans l’Etat de Californie, contre 1.112 en 1996.
  • Carte des points de concentrations moyennes dans les tissus graisseux de poissons (2004-2007)
  • Deuxième site le plus pollué: le fleuve Hudson, dans l’Etat de New York, avec des concentrations atteignant 2.189 parties par milliard. Sur les 38 congénères de PBDE pris en compte dans le rapport, seuls 8% des échantillons de tissus graisseux de poissons analysés se situaient sous les limites de détection. La grande majorité des tissus graisseux de poissons analysés montrent des taux de concentration entre 1 et 270 parties par milliard.
  • Aux Etats-Unis, les taux de PBDE chez l’homme sont entre 10 à 100 fois plus importants que ceux mesurés en Europe et en Asie, rappelle le rapport.
-------------------------------------------------------------------------------------
  • http://ccma.nos.noaa.gov/about/coast/nsandt/PBDEreport.html
  • http://www.journaldelenvironnement.net/fr/document/detail.asp?id=25627&idThema=5&idSousThema=26&type=JDE&ctx=66
  • http://www.journaldelenvironnement.net/fr/document/detail.asp?id=11398&idThema=5&idSousThema=26&type=JDE&ctx=66

dimanche 19 avril 2009

Poussières de bois: une réglementation très mal appliquée

  • Article de Sabine Casalonga du Journal de l' Environnement
  • Suite à la présentation, mardi 31 mars, des résultats de la campagne 2008 sur les expositions professionnelles aux poussières de bois, révélant une très mauvaise application de la réglementation par les entreprises, les ministères du travail, de l’agriculture et leurs partenaires (1) ont annoncé un plan d’action pour 2009.
  • La suite de l'article:
  • http://www.journaldelenvironnement.net/fr/document/detail.asp?id=16583&idThema=5&idSousThema=27&type=JDE&ctx=259

samedi 18 avril 2009

Centrale à gaz de Verberie : une erreur en terme d’aménagement du territoire

Corinne LEPAGE, vice-présidente du Mouvement Démocrate, présidente de CAP21 et tête de liste pour les élections européennes dans la circonscription Nord Ouest tient à exprimer sa plus vive désapprobation sur le projet d’implanter une centrale gaz à Verberie dans l’Oise.

  • Le projet de Direct Energie est une hérésie en terme de choix d’implantation : en bordure de coteau agricole et en surplomb d’une cuvette urbanisée de 4000 habitants, entre les massifs forestiers d’Halatte et de Compiègne, à proximité de zones Natura 2000 et du Parc Naturel Régional Oise-Pays de France, ce projet aura un fort impact paysager et environnemental.
  • Alors que la Picardie compte environ 1500 hectares de zones d’activités à commercialiser sans compter les friches industrielles que l’on pourrait requalifier, Corinne Lepage s’étonne que l’on propose un plateau agricole pour implanter une centrale thermique dont les cheminées pourront atteindre 56 m de hauteur.
  • Ce choix manque à l’évidence de pertinence en matière d’aménagement du territoire et de développement durable. Corinne Lepage en appelle à une véritable concertation entre l’Etat, les collectivités (Région, Département, EPCI), les associations et l’industriel et au plein exercice de la démocratie de proximité.
  • Par ailleurs, Corinne Lepage tient à rappeler que l’Europe s’est engagée dans la politique des 3×20 en matière énergétique : d’ici à 2020, réduction des gaz à effet de serre de 20 %, 20 % de gain en efficacité énergétique et 20% d’énergies renouvelables (23% pour la France). Nous devons donc nous atteler prioritairement à la maîtrise des consommations énergétiques et au développement des énergies renouvelables avant de développer de nouvelles centrales thermiques.
  • L’ère de l’ébriété énergétique doit désormais laisser place à la sobriété énergétique.
  • POUR EN SAVOIR PLUS :
  • http://www.pasdecentrale.fr/
  • Signez la pétition:
  • http://www.petitionduweb.com/voirpetition.php?petition=2346

vendredi 17 avril 2009

Grenelle de la téléphonie mobile : beaucoup (trop) de friture sur la ligne !

L'article de Arnaud Gossement, porte-parole de France Nature Environnement (FNE)
  • Jeudi prochain, le Gouvernement va donc organiser un Grenelle des ondes ou "Table ronde sur les radio fréquences" qui a pour but de.......ce n'est pas trés clair
  • La suite de l'article==>>
------------------------------------------------------------------------------------------ http://www.arnaudgossement.com/archive/2009/04/17/grenelle-de-la-telephonie-beaucoup-de-friture-sur-la-ligne.html

Plan national santé environnement 2 (PNSE2) : un plan de plus sur la pile ?

L' avis .. critique d' Arnaud Gossement , porte-parole de France Nature Environnement ( FNE) sur le 2ème Plan National Santé Environnement (le PNSE)
  • Pour mémoire, à la suite du Grenelle de l'environnement, le Gouvernement a mis en chantier l'élaboration d'un deuxième Plan national santé environnement. Le rapport du Pr Gentilini comporte donc les conclusions d'un groupe de travail qui a planché sur le contenu du PNSE2 censé être publié avant l'été.
  • Je crains malheureusement que ce rapport n'atterisse trés rapidement dans le cimetière des rapports remis tous les jours de l'année aux autorités politiques et administratives de ce pays.C'est un fait, nous adorons les rapports et la France en produit une quantité impressionnante . Pour la plupart, ils finissent dans un tiroir ou donnent lieu...à un plan. Car c'est aussi un fait, la France adore les plans.
  • La suite de l'article :
http://www.arnaudgossement.com/archive/2009/04/17/plan-national-sante-environnement-2-pnse2-un-plan-de-plus-su.html

jeudi 16 avril 2009

Nouvelles révélations dans l'affaire EDF/Greenpeace : que fait M.Borloo ?

FranceParis, le 16 avril 2009. Selon les éléments du dossier d'instruction dont Greenpeace a pris connaissance et d'autres révélés par Mediapart ce matin, l'espionnage ordonné par EDF à l'encontre de Greenpeace remonte au moins à 2004 et impliquait toutes sortes d'opérations de surveillance, physiques comme informatiques. Il ressort également du dossier qu'EDF s'est intéressée aux activités de Greenpeace au Royaume-Uni, en Belgique et en Espagne.
  • Devant l'extrême gravité de ces nouveaux éléments, Greenpeace demande à M.Borloo, ministre de tutelle d'EDF, de suspendre son PDG, M.Gadonneix, et de mettre en place une commission indépendante d'évaluation de l'industrie nucléaire en France. Le gouvernement français se doit de remettre à plat un système énergétique qui appelle naturellement à de telles dérives. Greenpeace, partie civile dans cette affaire, est par ailleurs auditionnée cet après-midi à 16h par le juge d'instruction Cassuto à Nanterre.

  • « Appui opérationnel... » Au moins deux contrats ont été signés entre EDF et Kargus Consultants en 2004 puis en 2007 portant sur des missions à l'année « d'appui opérationnel à la veille stratégique sur les modes d'action des organisations écologistes ». Il est clair que cet « appui opérationnel » impliquait des rapports réguliers par Kargus à EDF sur les activités de Greenpeace issus de la surveillance rapprochée voire de l'infiltration de l'activité de l'association. En 2004, la prestation de Kargus pour ce travail a été facturée plus de 13 000 euros par mois, soit plus de 120 000 euros au total. Il apparaît également qu'EDF était bien au courant, voire prescriptrice des opérations illégales de pénétration informatique. Des mois après le hacking de septembre 2006, tout au long de l'année 2007, l'opérateur d'électricité a continué de bénéficier de l'appui de Kargus Consultants.
  • « Ces contrats sont-ils les seuls ? s'interroge Pascal Husting, directeur de Greenpeace France. EDF a-t-elle recours avant 2004, entre-temps ou encore aujourd'hui à Kargus ou à d'autres officines pour surveiller l'activité des organisations écologistes ? Comment peut-on faire confiance à une entreprise publique qui consacre une partie de ses ressources à faire espionner ses détracteurs par des barbouzes ? Greenpeace se bat pour ouvrir le débat sur le nucléaire en France, EDF manigance et espionne pour le fermer ! »

  • Il ressort également du dossier d'instruction que EDF s'est intéressé de près aux activités des bureaux de Greenpeace dans différentes pays européennes, Royaume-Uni, Espagne et Belgique, des pays dans lesquels EDF a de grandes ambitions commerciales. Les autres bureaux de Greenpeace en Europe étudient la possibilité de se joindre à la procédure légale en France.

  • La responsabilité du PDG d'EDF Greenpeace attend maintenant que la responsabilité d'EDF et de sa hiérarchie soit entièrement établie. « De deux choses l'une, observe Pascal Husting. Ou bien M. Gadonneix n'était pas au courant de ces pratiques, ce qui serait très inquiétant, ou bien, comme c'est le plus probable, il l'était et c'est alors tout à fait inadmissible ! Dans les deux cas, on se demande ce qu'il fait à un poste d'une telle responsabilité !»

  • Que fait M. Borloo ?
  • « Si les choses étaient vraies, dans quel pays vivrait-on ? » se demandait le 31 mars, lors de l'explosion de cette affaire, M.Borloo, ministre de l'environnement et ministre de tutelle d'EDF, remarque Frédéric Marillier, chargé de campagne nucléaire à Greenpeace France. La réponse tombe sous le sens : on vit au pays du tout nucléaire, au pays où EDF et Areva sont rois, au pays ou le Président de la République, M.Sarkozy, peut décider sur un simple coup de tête, sans la moindre consultation ni expertise économique, de la création d'un 2e réacteur EPR, au pays ou les intérêts d'EDF et d'Areva guident ceux du gouvernement !
  • Greenpeace demande à EDF de rendre public tous les contrats de « veille stratégique » passés et actuels à l'encontre de ses détracteurs.
  • Greenpeace demande à M.Borloo de suspendre de ses fonctions le PDG d'EDF.
  • Greenpeace demande au gouvernement français de mettre en place une commission démocratique indépendante d'évaluation de l'industrie nucléaire en France. Une remise en cause du système énergétique qui appelle naturellement à de telles dérives s'impose.

Elections Européennes: De bonnes raisons d'aller voter.

  1. En votant aux élections du Parlement européen, vous choisissez qui influencera votre avenir et la vie quotidienne de près de 500 millions d’Européens. Si vous ne vous en souciez pas, quelqu’un d’autre s’en souciera à votre place et décidera qui vous représentera à la seule assemblée paneuropéenne élue directement. Les députés élus façonneront l’avenir de l’Europe pour les 5 prochaines années. Obtenez l’Europe que vous voulez! Si vous ne votez pas, alors ne vous plaignez pas.
  2. Votre eurodéputé est votre voix en Europe – pourquoi ne la feriez-vous pas entendre? Élu tous les cinq ans, le Parlement européen est un acteur de poids et d’importance dans le processus décisionnel de l’Union européenne. Il vote et façonne la législation européenne définitive qui influence votre vie quotidienne, qu’il s’agisse de la nourriture dans vos assiettes, du prix de votre caddie au supermarché, de la qualité de l’air que vous respirez ou de la sécurité des jouets de vos enfants.
  3. En tant que citoyen européen, voter aux élections du PE est un de vos droits fondamentaux et le moyen d’avoir voix au chapitre quant au fonctionnement de l’UE. En votant, vous contribuez à déterminer qui représentera les citoyens tels que vous, votre famille et vos amis, vos voisins et vos collègues en Europe. En tant que citoyen européen, vous pouvez en outre voter (ou vous présenter aux élections!) dans le pays où vous vivez quel qu’il soit, même si vous n’en êtes pas citoyen. Mieux encore, ça ne vous coûtera pas un cent!
  4. Que l’on soit jeune ou vieux, étudiant ou retraité, homme ou femme, salarié ou indépendant, fondu dans la masse ou plus marginal, citadin ou non, l’Europe nous concerne tous, souvent sans que nous en soyons conscients! Grâce à l’Europe, nous pouvons facilement voyager, étudier et travailler à l’étranger. Le PE œuvre sans relâche à un environnement plus propre, à des produits chimiques plus sûrs, ainsi qu’à de meilleurs services et emplois. C’est un fervent défenseur des droits des consommateurs, de l’égalité des chances et de droits de l’homme, tant au sein de l’UE qu’à l’étranger.
  5. En juin 2009, vous aurez la possibilité unique de voter en même temps que 375 millions de compatriotes européens. Pourquoi? Pour élire le seul parlement transnational et multilingue élu directement au monde, et la seule institution de l’Union européenne élue directement. Élu par la population depuis 1979, le Parlement européen représente aujourd’hui près d’un demi-milliard de citoyens.
  6. Souvent, les eurodéputés ont autant de poids que les États membres dans la prise de décision au niveau de l’UE. La majorité des textes législatifs qui concernent notre vie privée sont élaborés par les députés et les ministres au niveau de l’UE. La plupart des législations promulguées dans votre pays transposent des actes européens votés par les eurodéputés, vos représentants. Et il ne s’agit pas que de lois: de l’argent pour de nouvelles routes, des plages plus propres, une aide à la recherche, à l’éducation ou au développement? Les eurodéputés décident aussi où vont les deniers de l’UE.Dès que le nouveau traité de Lisbonne pourra être mis en œuvre, les pouvoirs décisionnels des eurodéputés concernant les affaires communautaires augmenteront une fois de plus. En matière législative, il placera le Parlement sur le même pied que les ministres des États membres dans presque tous les domaines de la politique communautaire. Le Parlement élira également le président de la Commission européenne, renforçant ainsi son contrôle sur l’exécutif de l’UE. En outre, en tant que citoyen européen, vous aurez le droit d’initiative pour des législations européennes.
  7. Dès que le nouveau traité de Lisbonne pourra être mis en œuvre, les pouvoirs décisionnels des eurodéputés concernant les affaires communautaires augmenteront une fois de plus. En matière législative, il placera le Parlement sur le même pied que les ministres des États membres dans presque tous les domaines de la politique communautaire. Le Parlement élira également le président de la Commission européenne, renforçant ainsi son contrôle sur l’exécutif de l’UE. En outre, en tant que citoyen européen, vous aurez le droit d’initiative pour des législations européennes.
  8. L’Europe élit ses nouveaux députés en juin 2009. Issus de 27 pays, ces eurodéputés représentent toute une série de partis politiques nationaux, de circonscriptions et de points de vue. Au Parlement, la plupart des députés s’organisent en groupes politiques en fonction de leurs affinités. Ainsi, au Parlement comme en Europe, il est question de diversité, de la valoriser et de s’y adapter – le PE parle même 23 langues!
  9. Vous aimez l’Union européenne? Vous la détestez? Vous voulez qu’elle soit plus à droite? Plus à gauche? Y a-t-il un sujet qui vous passionne? Voulez-vous voir des changements? Y a-t-il des mesures qu’il faudrait prendre sans attendre? Des investissements qu’il faudrait faire? Élisez les eurodéputés qui sont de votre avis et qui pourraient réaliser vos souhaits. C’est cela, la démocratie. Faites la différence!

PARLEMENT EUROPEEN: tout savoir sur le parlement européen et les élections de Juin

  • Le site du Parlement Européen:
  • Son organisation, son mode de fonctionnement, vos députés , les élections , des videos des séances plénières, les débats.....
  • Le site est très bien fait: des cartes interactives, possibilité de laisser des commentaires...
  • http://www.europarl.europa.eu/elections2009/default.htm?language=FR

François Bayrou à Bourg en Bresse en campagne pour les élections européennes

Article de Libération
---------------------------------------------
http://www.liberation.fr/politiques/0101562081-francois-bayrou-ventre-a-terre -------------------------------------------------------------------
  • «Tu le fais chez toi le compost ? Et tu le gardes combien de temps avant de l’épandre ? Tu le bennes deux fois ?» Entre terriens, le tutoiement s’impose d’emblée. Face à Henry Cormoresche, agriculteur, François Bayrou, le président du Modem, lui-même fils de paysan, se trouve en pays de connaissance. Le leader centriste, en déplacement hier dans l’Ain pour soutenir Jean-Luc Bennahmias, tête de liste aux européennes dans la circonscription Sud-Est, et sa numéro 2, Fabienne Faure, s’attarde au moulin Marion, une minoterie spécialisée dans les farines bio, non loin de Bourg-en-Bresse. Une PME de 25 personnes, mais qui réalise un chiffre d’affaires de 7,5 millions d’euros par an. «C’est pour cela que j’ai voulu vous rencontrer. Vous représentez un secteur qui résiste mieux que d’autres à la crise, explique François Bayrou au cours d’un déjeuner avec l’ensemble du personnel. Et vous montrez qu’il existe une voie économiquement viable dans le secteur du bio. Enfin, une entreprise comme la vôtre prouve que l’association capital-travail est possible.»
  • L’entreprise a été choisie d’autant moins au hasard que sa responsable, Maria Pelletier, a été la suppléante du candidat Modem aux législatives de 2007. Comme lors de tous ses déplacements en région, le député des Pyrénées-Atlantiques rode sa campagne européenne, mais peaufine surtout sa future campagne présidentielle. Pour lui, le scrutin du 7 juin donnera l’occasion aux électeurs de répondre à deux questions : «Que voulez-vous dire au pouvoir?» et «Que voulez-vous faire de l’Europe ?» Le troisième homme de la présidentielle de 2007 cherche, comme il le dit, «à trouver la note juste, comme un diapason que l’on fait sonner, vous savez»…Abus de pouvoir, dont il corrige les dernières épreuves dans le train. «Ce qui me frappe, c’est que le pouvoir tente de mettre en place quelque chose d’idéologique et de long terme, que les citoyens n’arrivent pas à identifier. Quand on dit que Sarkozy fait n’importe quoi, ce n’est pas vrai. Il y a un plan derrière tout cela.» Et il tente d’en dévoiler les arcanes dans son livre.
  • Face à un gouvernement qui, selon lui, «malmène les uns après les autres tous les principes, il faudra dépasser les clivages partisans». Pour cela, il devrait rencontrer prochainement Dominique de Villepin.

Accès à la justice des associations : une proposition de loi rétrograde !

L’élu UMP de Marseille Roland Blum vient de déposer une proposition de loi qui revient à interdire l’accès à la justice des associations en matière d’urbanisme. France Nature Environnement réagit.
  • Sous couvert de limiter les recours « abusifs » contre les autorisations de construire, le député Roland Blum a déposé le 4 mars 2009 une proposition de loi auprès de l’Assemblée nationale.
  • Son objet ? Créer un nouveau régime d’agrément pour restreindre l’accès à la justice des associations et imposer le dépôt d’une consignation d’un montant ne pouvant être inférieur à 1 000 euros auprès du Tribunal administratif.
  • « L’accès à la justice est déjà coûteux et réglementé. En imposant ces nouvelles règles, le député veut simplement empêcher tout recours des associations ; il s’agit d’une véritable provocation. Toutes les associations doivent se mobiliser pour protester auprès de leur député, du président du groupe UMP à l’Assemblée et du Premier ministre » explique Raymond Léost, responsable des affaires juridiques de FNE.
  • Benoist Busson, membre du directoire, rappelle : « Nous avons participé en 2003 à la commission « Pelletier » mise en place auprès du ministre de l’Equipement ; la question des recours « abusifs » a été abordée : ils sont en vérité très rares et le principal problème est celui du respect du droit de l’urbanisme par les collectivités locales et le niveau de formation de leurs juristes ».
  • Benoist BUSSON poursuit : « En réalité, certains élus locaux n’acceptent pas que leurs projets soient contestés en justice… et considèrent comme abusifs le fait de saisir le tribunal ! Grâce aux recours des associations, des espaces remarquables, des zones inondables, etc. ont pu être sauvés de l’urbanisation ; le cas marseillais est exemplaire : M. BLUM proteste contre quoi exactement ? Le fait que des riverains attaquent le permis de construire d’un musée d’Etat qui va être source de graves nuisances. Le recours engagé n’empêche pas le lancement des travaux. En définitive, le député se comporte comme s'il ne voulait pas que la loi soit respectée. C'est très grave. »
  • France Nature Environnement rappelle par ailleurs que les permis de construire délivrés par les maires font très rarement l’objet d’un contrôle de légalité par les préfets et que la loi portant engagement national en faveur du logement de 2006 a déjà restreint l’accès à la justice des associations*.

L' Allemagne interdit la culture du maïs OGM Mon810 !!

  • Une nouvelle encourageante: Après la France, la Grèce, la Hongrie, l' Autriche et dernièrement le Luxembourg, l' Allemagne vient de décider d'interdire la culture du maïs ogm Mon810 !
  • C'est un désaveu vis à vis de la Commission Européenne qui voudrait imposer la culture du Mon810 dans toute l' Europe, c'est une 1ère victoire contre les lobbyes des grands semenciers comme Syngenta et Monsanto...
  • Il faut espérer que cela fera goutte d'eau et que les autres pays de l'Union Européenne prendront le même chemin.
  • De plus, l' Union of Concerned Scientistes ( UCS) , dans une étude, montre que le rendement des cultures transgéniques est modeste , lançant le débat sur l'utilité des ces cultures OGM ..
-----------------------------------------------------------------------------------------
L'avis de Corinne Lepage, vice-présidente du Mouvement Démocrate et présidente de Cap21:
  • Corinne Lepage, vice-présidente du Mouvement Démocrate et présidente de CAP21 salue la décision de l’Allemagne d’interdire la culture du maïs OGM MON 810 de Monsanto.
  • Après la France, la Grèce, l’Autriche, la Hongrie et le Luxembourg, la décision de l’Allemagne est particulièrement importante et probablement déterminante pour que la Commission Européenne n’impose pas en Europe la culture d’un maïs présentant des risques sérieux de contamination de l’environnement et des doutes sur son innocuité pour la santé.
  • Eric Delhaye, président délégué de CAP21 demande le lancement à l’échelle de l’Europe d’une réelle évaluation publique sur les effets à long terme des OGM sur l’environnement, les organismes vivants et la santé conformément à la position commune des ministres européens de l’environnement et aux recommandations émises dans le rapport sur la gouvernance écologique remis l’année dernière par Corinne Lepage à Jean-Louis Borloo.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
L'article d' Arnaud Gossement, porte - parole de France Nature Environnement ( FNE)
  • http://www.arnaudgossement.com/archive/2009/04/14/ogm-l-allemagne-interdit-le-mon-810-et-les-scientifiques-s-i.html
  • Deux nouvelles de très grande importance aujourd'hui sur le dossier des Organismes génétiquement modifiés.
  • La première tient à l'interdiction par l'Allemagne de la culture du maïs transgénique MON 810. Cette décision tombe au bon moment, soit peu de temps avant que ne soit examinée l'opportunité d'une levée de la clause de sauvegarde activée par la France contre ce même maïs au lendemain du Grenelle de l'environnement.
  • La deuxième information vient battre en brèche l'un des arguments les plus répétés par les fabricants d'OGM : non, les OGM n'offrent pas de meilleur rendement.En clair, modifier génétiquement une plante et prétendre la rendre ainsi plus résistante aux nuisibles....ne sert à rien.
  • Cette étude de l'UCS relance donc le débat sur le point de savoir si les OGM ont tout simplement le moindre intérêt, excepté pour leurs producteurs. Cette étude a ainsi pour intérêt de rappeler que le problème des OGM ne réside pas que dans leurs risques pour la santé et l'environnement dont l'évaluation laisse fortement à désirer. Le problème tient aussi à leur intérêt et donc au choix démocratique d'y avoir recours ou non.
  • Or, le point commun entre des techniques comme les OGM et le nucléaire par exemple est bien qu'elles sont été l'objet d'une politique du fait accompli avant même que les élus ne puissent débattre de leur pertinence. Le retour de manivelle va peut être avoir lieu. Je ne suis en effet pas du tout certain que la généralisation des OGM à la surface du globle soit inéluctable et ce, malgré les chiffres assénés chaque année quant au pourcentage des champs ainsi ensemencé.

mardi 14 avril 2009

Un paysan bio voit sa parcelle d'orge désherbée au Round up pour cause de remembrement..

Une parcelle d’orge bio remembrée au Round up
  • Une parcelle d’orge bio remembrée au Round up. La Fédération nationale d’agriculture biologique des régions de France (FNAB) ainsi que Bio d'Aquitaine ont déclaré apporté leurs soutiens à un paysan bio dans les Pyrénées-Atlantiques dont un champ d’orge bio vient d’être détruit au Round Up pour cause de remembrement.
  • « Alors que tous les recours n’avaient pas été épuisés, et malgré notre intervention hier auprès du Cabinet du Ministre de l’agriculture, la rapidité de l’action montre le peu de cas que l’on fait encore, dans certains milieux syndicaux, des objectifs en matière de production biologique sur le territoire, quand les intérêts de gros producteurs conventionnels sont en jeu » estime la FNAB.
  • « L’agriculture biologique n’est pas une priorité pour tout le monde, et Guy Darrivère vient d’en faire l’expérience. Dans le cadre des remembrements consécutifs au tracé de l’autoroute A 65, ce producteur bio, sur 32 ha, se voit déposséder d’une partie de ses terres. »
  • « Parmi elles, 2 hectares bio semés en orge sont attribués à un producteur conventionnel (équivalent 240 ha), et responsable local de la FDSEA! Certes, Guy sera indemnisé, mais les parcelles restituées sont en conventionnel, difficilement exploitables et il faudra 3 ans pour retrouver sur ces nouvelles terres le statut de bio. De plus, sa production d’orge était attendue par des éleveurs dans le cadre d’une contractualisation locale. »

  • La FNAB, « alertée très tard, avait aussitôt demandé le soutien du Cabinet de Michel Barnier qu’elle a rencontré hier. Mais le producteur conventionnel a pris les devants, et avant d’avoir l’accord préfectoral, s’est imposé sur ces 2 hectares, désormais impropres à la culture bio pour longtemps. »

  • « Nous allons désormais étudier quelles suites donner à cette « prise en force ». Dominique Marion, Président de la FNAB, ne manquera pas d’aborder le sujet avec J.M. Lemétayer, son homologue à la FNSEA, lors d’une rencontre prévue le 16 avril. »

jeudi 9 avril 2009

Jean Peyrelevade à Rennes lundi 20 avril

  • Jean Peyrelevade, vice-président du Mouvement Démocrate, se rendra le lundi 20 avril 2009 à Rennes.
  • Il participera à une rencontre animée par un journaliste autour de son dernier livre "Sarkozy, l'erreur historique" au Forum de la FNAC de Rennes (Centre commercial le Colombier) de 17h30 à 18H30. Dédicaces sur place.
  • Jean Peyrelevade fera ensuite un point presse avec les médias locaux.
  • Enfin, il animera à 20H30 une Conférence-Débat ouverte à tous sur le thème "Crise financière: Etat des lieux et Perspectives".

Info Média : Marielle de Sarnez sur Paris Première dimanche 12 avril à 12h50

  • Marielle de Sarnez, tête de liste européenne, vice-présidente du Mouvement Démocrate, sera l'invitée de l'émission "La Blonde et moi" présentée par Alexandra Golovanoff sur la chaîne câblée Paris Première dimanche 12 avril à 12h50.
  • L'émission sera rediffusée le 14 avril à 7h15, le 15 avril à 00h55 et 7h30, le 18 avril à 7h55.

Deuxième convention thématique européenne à Montpeyroux (Auvergne), le jeudi 9 avril

  • Jean-Marie Beaupuy et l'ensemble des candidats de la liste européenne Auvergne-Limousin-Centre organisent la deuxième convention thématique européenne sur le thème « Pour une égalité des chances entre les territoires », en présence de François Bayrou qui clôturera la convention. Elle aura lieu :
  • le jeudi 9 avril, de 14h30 à 18h, à l'Espace culturel de Montpeyroux (Puy-de-Dôme), à 15km au sud de Clermont-Ferrand, Autoroute A 75, Sortie 7.
  • Inscription souhaitée : conventioneurope@lesdemocrates.fr ou par téléphone au 01 53 59 20 00.

Listes du Mouvement Democrate pour les élections européennes

Liste des candidats de la région Île-de-France

1 – Marielle de Sarnez – département 75 Députée européenne 2 – Bernard Lehideux – 92 Député européen 3 – Fadila Mehal - 75 Présidente des Mariannes de la Diversité 4 – Arthur Haustant - 91 Ancien directeur de l'hôpital Tenon, spécialiste des questions antillaises 5 – Emmanuelle Saulnier Cassia – 78 Professeur de droit à l'Université Versailles-Saint-Quentin en Yvelines 6 – Christophe Ginisty – 92 Conseiller municipal d'Issy-les-Moulineaux 7 – Marie-Anne Kraft – 94 Responsable clientèle Vice-présidente du Mouvement Démocrate 94 8 – Karim Boumedjane - 93 Ancien membre de l'équipe de France de judo Conseiller municipal au Blanc-Mesnil Vice-président du MoDem de Seine-Saint-Denis 9 – Amandine Bracciali – 95 Élue à Saint Prix Présidente des Jeunes Démocrates du Val d'Oise Sportive de niveau national – patinage artistique 10 – Stéphane Traineau – 94 Ancien athlète de haut niveau, champion du Monde de judo, associé dans une agence de communication 11 – Aude Luquet - 77 Conseillère régionale Conseillère municipale de Melun 12 – Jean-Louis Fontaine - 78 Président de l'association Synergie Formateur en politiques du handicap 13 – Elisabeth Saunier – 78 Vice-présidente du Mouvement Démocrate 78 Conseillère municipale de Carrières-sur-Seine Traductrice 14 – Jean-François Vigier – 91 Maire de Bures-sur-Yvettes 15 – Sabrina Assayag - 93 Conseillère municipale de Pavillons-sous-bois Vice-présidente des Jeunes Démocrates de Seine-Saint-Denis Trésorière des Jeunes Démocrates nationaux Directrice juridique 16 – Haiba Ouaissi - 95 Avocat Maître de Conférences en droit et membre du Comité de Conciliation et de Contrôle du Mouvement Démocrate 17 - Marie Virapatirin – 92 Conseil international en politiques publiques Conseillère municipale Bagneux Conseillère communauté d'agglomération Sud de Seine Vice-présidente du Mouvement Démocrate 92 18 – Eric Valat – 91 Cadre supérieur de la fonction publique - Directeur Régional des Télécommunications Conseiller municipal de Montgeron Conseiller délégué de la Communauté d'agglomération Sénart Val de Seine Vice-Président du SIREDOM 19 – Nathalie Jaworski – 92 Chargée de projets européens Franco-polonaise 20 – Medhi Benchoufi - 94 Interne en médecine Vice-président des Jeunes Démocrates 21 – Catherine Veglio-Boileau – 75 Directrice de la communication d'une association européenne 22 – Smaïl Djebarra – 77 Étudiant, Président du Conseil général des Jeunes de Seine-et-Marne 23 – Audrey Tricoit – 78 Urbaniste, Conseillère municipale déléguée de Maurepas, Présidente des Jeunes Démocrates des Yvelines 24 - Monzon Sekou Koné – 95 Conseiller en patrimoine 25 – Anna Pereira – 93 Conseillère municipale de Dugny Boyaudière 26 – Tristan Brayat - 77 Chargé de mission Président des jeunes démocrates de Seine-et-Marne

Liste des candidats de la région Nord-Ouest

1 - Corinne Lepage - département 14 Avocate, ancien Ministre 2 - Olivier Henno - 59 Maire de Saint André, Conseilller Général du Nord, 1er Vice-Président de la Communauté Urbaine de Lille-Métropole 3 – France Mathieu - 80 Chef d’entreprise, conseillère régionale de Picardie 4 – Frédéric Leturque - 62 Conseiller régional Nord Pas de Calais, adjoint au Maire d’Arras 5 – Samia Boukhalfa - 76 Enseignante, Conseillère municipale de Mont Saint-Aignan 6 – Eric Delhaye - 02 Ingénieur principal, adjoint au Maire de Laon 7 – EmmanuelleBour Poitrinal - 60 Chargée de missions d’expertises au Ministère de l’Agriculture et de la Pêche 8 – François Carbonell - 61 Journaliste de presse agricole. Maire de Vitrai sous l’Aigle, vice-président de la Communauté de commune de l’Aigle 9 – Danielle Jeanne - 27 Retraitée, Maire d’Aulnay sur Iton, Conseillère régionale de Haute-Normandie. 10 - Christian NELLE - 14 Conseiller d’affaires, Délégué départemental du Club France-Forum 14, Trésorier départemental du MoDem Calvados 11 – Martine Beuraert - 59 Animatrice socio-culturelle 12 – Florent Saint-Martin - 76 Assistant parlementaire, Conseiller municipal du Havre, président du Modem Seine Maritime 13 – Christelle Dinard - 60 Professeur – agrégé d’histoire, président du Modem de l’Oise 14 - Emile Michel De Mayer - 50 Expert auprès de la Commission européenne 15 – Michèle Courmont - 62 Adjointe au Maire de Calais 16 – Frédéric Lambin - 59 Chef d’entreprise, Conseiller Municipal à Lille 17 - Marie Dancourt–Cavanagh - 59 Directrice du service Affaires européennes et du Bureau de représentation à Bruxelles d’une collectivité territoriale (1999-2008) 18 – Bruno Duvergé - 62 Formateur – Consultant en management et organisation d’entreprise, Maire d’Hamelincourt, Conseilller Général de Croisilles 19 – Régine Marre - 76 Enseignante en français dans un CFA. Conseillère municipale de Rouen 20 – Emmanuel Gautier - 27 Gérant de portefeuille, spécialiste de l’investissement solidaire

Liste des candidats de la circonscription Est

1 - Jean-François Kahn - département 89 Journaliste, fondateur (entre autres) de « Marianne » 2 - Nathalie Griesbeck - 57 Députée européenne, Conseillère générale de la Moselle 3 - Yann Wehrling - 67 Ancien porte-parole et Secrétaire national des Verts 4 - Odile Uhlrich-Mallet - 68 Avocate, vice-présidente du Conseil régional d’Alsace. Adjointe au maire de Colmar 5 - François Deseille - 21 Masseur-Kinésithérapeute.Maire-adjoint de Dijon 6 - Marie-Jacques Chalumeau - 25 Infirmière, maire-adjointe de Valdahon 7 - Pascal Landreat - 10 Formation juriste, Maire de Pont-Sainte-Marie - 88 Présidente du Mouvement Démocrate des Vosges 8 - Nathalie Mercier9- Jacques Douadi – 51 Commerçant, conseiller régional de Champagne-Ardennes 10 - Danièle Meyer - 67 Maire de Rhinau depuis 1995. Cadre administratif. Conseillère régionale d’Alsace 11 - Raphaël Vuitton - 54 Référendaire au Tribunal de première instance des Communautés européennes 12 - AgnèsChambaret - 39 Professeur de lettres classiques, maire-adjointe de Lons-le-Saulnier 13 - Christophe Grudler - 90 Journaliste historien – auteur de livres. Conseiller général de Belfort Est, Conseiller municipal de Belfort 14 - Céline Gromek-Parker - 52 Avocate, conseillère municipale de Chaumont 15 - Jean-Marie Cousin - 55 Médecin généraliste, Conseiller général de Fresnes en Woëver, Maire de Ville-en-Woëvre 16 - Isabelle Fairy - 08 Bénévole dans le monde associatif à Charleville-Mézières 17 - Gilles Lorimier - 70 Cadre médico-social, conseiller municipal de Beaumotte-Aubertans 18 - Isabelle Bonnicel - 58 Professeur des écoles spécialisé, en institut médico-éducatif

Liste des candidats de la région Sud-Est

1 - Jean-Luc Bennahmias - département 13 Député européen, Conseiller régional de PACA 2- Fabienne Faure - 01 Conseillère régionale Rhône-Alpes depuis 2004. Présidente du groupe Mouvement Démocrate au Conseil régional. Conseillère de la Communauté de communes Pays de Gex. Conseillère municipale Ferney-Voltaire (Ain) 3 - Gilles Artigues - 42 Ancien député de la Loire, Conseiller général et conseiller municipal de Saint-Etienne 4- Christiane Leccia - 20 Professeur de collège à la retraite. Maire de Sampolo 5- Cyrille Isaac Sibille - 69 Médecin ORL, Maire-adjoint de Sainte-Foy les Lyon, Président du MoDem Rhône 6- FlorenceMardirossian - 69 Spécialiste en géopolitique et doctorante à la Sorbonne 7- Morad Bachir Cherif - 38 Maître de conférence en psychosociologie, conseiller régional, conseiller municipal 8- Marina Ferrari - 73 Assistante de direction et RRH au sein d’une PME, Maire adjointe à Aix les Bains, présidente du Modem Savoie 9- Loïc Dombreval - 06 Docteur vétérinaire, Conseiller municipal de Vence, président du Mouvement Démocrate des Alpes-Maritimes 10- Rosalie Kerdo - 26 Cadre de l’inspection du travail de la Drôme, Conseillère municipale à Bourg-les-Valence 11- Pierre Poles - 74 Médecin hospitalier, Conseiller municipal d’Annecy 12- Nathalie Bicais - 83 Architecte, chef de projet et de cabinet pour la mairie de Sanary-sur-Mer 13- Pierre Maurel - 84 Inspecteur général honoraire de l'Administration de l'Education nationale et de la Recherche 14- Isabelle Verschuren - 04 Avocat, présidente du Modem des Alpes de Haute-Provence 15- Saïd Ahamada - 13 Directeur de la Chambre de Commerce Franco-Comorienne, vice-président du MoDem des Bouches-du-Rhône 16- Christine Bobey – Gerard - 07 Enseignante de sciences économiques et sociales à Alès, conseilllère municipale de Banne 17- Christian Seard - 05 Retraité 18- Michèle Cédrin - 38 Professeur agrégé d’économie et gestion, conseillère municipale à Vienne 19- Damien Thiebaut - 69 20- Florence Bistagne - 13 Traductrice en langue italienne, expert près de la Cour d’Appel d’Aix en Provence, vice-présidente du MoDem des Bouches-du-Rhône 21- Claude Flori - 20 Cadre bancaire, conseiller général de la Haute-Corse 22- Dominique Blanc - 83 Ingénieur dans la fonction publique, conseillère municipale du Castellet, vice-présidente du MoDem du Var 23- David Vachez - 42 Gestionnaire de collège à Saint-Etienne 24- Brigitte Devesa – 13 Vice-présidente du MoDem des Bouches-du-Rhône 25- Christophe Tukov - 06 Vice-président chargé de l’instruction au TGI de Nice 26- Frédérique Macon - 01 Professeur d'anglais

Liste des candidats de la région Sud-Ouest

1 - Robert Rochefort - département 33 Directeur d’un centre de recherche, spécialiste des modes de vie des Français 2- Anne Laperrouze - 81 Députée européenne, maire de Puylaurens 3– Marc Dufour - 34 Dirigeant d’une structure de consultant, adjoint au maire de Montpellier, président départemental du MoDem Hérault 4- Geneviève Darrieussecq - 40 Maire de Mont de Marsan, médecin Conseillère Régionale d’Aquitaine 5- Philippe Meynard - 33 gérant associé d’un groupe immobilier, Maire de Barsac, Président de la Communauté de Communes du canton de Podensac 6- Malika Aradj - 31 Conseillère municipale de Toulouse 7- Philippe Berta - 30 Professeur des universités, président départemental du MoDem Gard 8- Maïté Laur - 12 Dirigeante de socété et Vice Présidente MoDem Aveyron. Conseillère municipale Rodez 9- Michel Veunac - 64 Psychosociologue, adjoint au maire de Biarritz, délégué départemental du MoDem Pyrénées-Atlantiques 10- Marie-Christine Guittard - 48 Médecin conseil auprès de l’inspecteur d’académie de Lozère. Présidente départementale du MoDem Lozère 11- Serge Bruno - 24 Directeur d’enseignes 12- Hedvige d’Orfeuil - 32 Professeur documentaliste, déléguée départementale du MoDem Gers 13- Thierry Reverbel - 66 Technicien forestier 14- Nathalie Tourné - 47 Agricultrice, Présidente du conseil de développement du Pays d’Albret 15- Thierry Faget - 82 Vétérinaire, président départemental du MoDem Tarn-et-Garonne 16- Agnès Sindou-Faurie - 46 Avocate 17- Brahim El Batbouti - 65 Educateur, président de l’association « Tarbes Ensemble » 18- Emily Tesseydre-Jullian - 12 Conseillère municipale au Monastère, vice-présidente du MoDem Aveyron 19- Philippe Feral - 11 Attaché principal d’administration du Ministère de l’Intérieur 20- Christèle Collet - 09 Agent immobilier, administrateur de biens, présidente du MoDem Ariège

Liste des candidats de la région Ouest

1 - Sylvie Goulard - département 56 Présidente du Mouvement Européen, professeur à Science Po Paris, chercheur associé au CERI 2 - Bruno Joncour - 22 Maire de Saint Brieuc, Conseiller régional de Bretagne 3– Elisabeth Delorme Blaizot - 17 Directrice adjointe de la communication externe EDF, Conseillère régionale de Poitou-Charentes 4- Laurent Gerault - 49 Ingénieur conseil en environnement, conseiller municipal et conseiller communautaire d’Angers 5- Nadine Kersaudy - 29 Commerçante, maire de Cleden Cap Sizun, présidente des Maires Ruraux du Finistère 6- Olivier Deschanel - 44 Cadre territorial, adjoint au maire de Carquefou, Président du Mouvement Démocrate de Loire-Atlantique 7- Anne Pean - 86 Conservateur territorial du patrimoine aux musées de Poitiers 8- Grégoire Le Blond - 35 Maire de Chantepie, président du Mouvement Démocrate d'Ille-et-Vilaine 9- Agnès Roy Bernard - 44 Associée dans une société de courtage maritime 10- François Denis Mouhaou - 56 Enseignant, Conseiller municipal de Pontivy 11- Anne Le Helley - 17 Professeur d’éducation physique, sportive de haut-niveau –voile 12- Pierre Bocquillon - 85 Retraité, directeur général d’une entreprise de Nautisme. 13- Anne-Marie Crolais - 22 Agricultrice, conseillère régionale de Bretagne 14- Jérôme Sourrisseau - 16 Proviseur Lycée professionnel à Cognac, maire de Bourg-Charente, 1er Vice-Président du MoDem de la Charente 15- Josette Bourgeois - 53 Cadre d’entreprise, Maire de Montreuil Poulay 16- Fabrice Marzin - 35 Enseignant, Conseiller municipal de Rennes 17- Waltraud Esnée - 72 Directrice de gestion, Présidente du MoDem de la Sarthe 18- Dominique Brouard - 79 Directeur d’un institut de formation

Liste des candidats de la région Massif Central - Centre

1- Jean-Marie Beaupuy - département 37 Député européen 2 - Chérifa Adaissi - 41 Adjointe au maire de Blois (2001-2008), commerçante 3- Michel Fanget - 63 Médecin cardiologue, conseiller municipal et communautaire de Clermont-Ferrand 4- Nadine Rivet - 87 Vice-présidente du Modem de Haute-Vienne, conseillère municipale de Limoges 5- Bernard Coulon – 03 Masseur-Kinésithérapeute, maire de Saint-Pourçain-sur-Sioule. Conseiller Général du Canton de Saint-Pourçain-sur-Sioule 6- Monique Bosset - 45 Conseillère régionale du Centre 7- Philippe Lescure – 19 Inspecteur des finances, chargé de communication, maire-adjoint de Brive 8- Nadia Essayan - 18 Sociologue spécialisée en sciences de l’éducation, vice-présidente du MoDem Cher 9- Vanik Berberian - 36 Président national des Maires ruraux, maire de Gargilesse 10- Lucie M’Faddel - 28 Cadre territorial, responsable d'observatoire social. Conseillère municipale à Chartres