samedi 31 janvier 2009

Annulation du « Paris-Dakar des neiges » : les associations plongent la Croisière Blanche dans le noir !

FNE salue la très belle victoire en justice des associations, dont « Moutain Wilderness France », qui se battent depuis des années contre une course de 4x4, motos et quads dans des espaces naturels montagnards fragiles et magnifiques des Hautes Alpes.
Le juge arrête le chronomètre. Par ordonnance du 26 janvier 2009, le juge des référés du Tribunal administratif de Marseille, statuant en urgence, a suspendu l'arrêté du préfet des Hautes-Alpes, autorisant la « 32ème Croisière Blanche » qui devait s’engager aujourd’hui, ce 27 janvier 2009.
La suite de l' article sur : http://www.fne.asso.fr/fr/annulation-du--paris-dakar-des-neiges---les-associations-plongent-la-croisiere-blanche-dans-le-noir-.html?cmp_id=33&news_id=307&vID=5

Sarkozy annonce un nouveau réacteur nucléaire à Penly en Seine Maritime: Un retour en arrière et une grave erreur..

  • Sarkozy ne recule devant aucune contradiction : lors du discours de cloture du Grenelle de l’ Environnement, le 26 Octobre 2007, il a déclaré : « Je ne veux pas de nouveaux sites nucléaires . Il y aura bien une réduction de la part du nucléaire dans notre consommation d’ énergie »
  • Ce projet nucléaire est une aberration économique et écologique, il va à l’encontre du développement des énergies renouvelables.
  • L’ offre d’ électricité va augmenter considérablement et donc les pouvoirs publics vont devoir favoriser la consommation électrique ( en particulier le chauffage électrique).On est loin de l'objectif de 23% d' énergies renouvelables en 2020 et de 20% d' efficacité énergétique.
  • Par ailleurs, ce projet est annoncé sans aucune concertation hormis avec le lobby nucléaire bien sûr , et sans évaluation des besoins
  • Bref, Sarkozy montre une fois de plus , l’immensité de ses contradictions et de son déni de démocratie…et l'immensité de la distance qui le sépare de la préservation de l' environnement .....
L' article de Eric DELHAYE cap 21 et conseiller national du Modem
  • La décision de relancer le nucléaire, sans concertation et sans évaluation, est contraire à l'esprit et à la lettre du Grenelle de l'environnement. Elle risque de privilégier une consommation électrique tous azimuts, au détriment des objectifs communautaires en matière d'efficacité énergétique et d'énergies renouvelables et constitue une aberration économique.
  • Pour Corinne LEPAGE, présidente de CAP21 et vice-présidente du Mouvement Démocrate, le retour au tout nucléaire et à une politique du passage en force qui a caractérisé la mise en place du programme électronucléaire dans les années 70 tourne en tout point le dos à une vraie politique de développement durable et rend en réalité impossible la réalisation effective de la loi Grenelle. En effet, les décisions de construction d’un nouveau réacteur EPR en Seine Maritime et les réflexions autour d’un troisième EPR aboutissent à augmenter considérablement l'offre d’électricité et rendent totalement virtuel l'objectif de 23% d'énergies renouvelables en 2020 et de 20% d'efficacité énergétique à cette date.
  • En effet, pour vendre son courant, qui ne se stocke pas, et amortir le coût faramineux de réalisation des EPR (le prototype finlandais avoisine les 5 milliards d'euros), les exploitants, aidés bien entendu par les pouvoirs publics, vont devoir favoriser la consommation électrique, c'est-à-dire continuer à promouvoir le chauffage électrique et lutter contre l'efficacité énergétique.
  • Ils ont d'ailleurs commencé très activement à le faire avec l'amendement Ollier, pour éviter que les objectifs d'efficacité énergétique dans les bâtiments soient applicables aux bâtiments chauffés à l'énergie électrique d'origine nucléaire. Ils vont continuer en essayant de dissuader le législateur d'abord, les consommateurs ensuite, de construire des bâtiments à énergie positive a fortiori à énergie passive et d'investir dans l'isolation. C'est le secteur du BTP, celui des matériaux intelligents qui est menacé.
  • Et pour que l'énergie nucléaire soit vendue, il faut évidemment qu'elle n'ait pas de concurrents. Il est donc impératif de détruire le frémissement de développement de l'énergie éolienne et de tuer dans l'œuf l'essor d'une énergie solaire alors que des projets de mise en réseau des parcs éoliens offshore de la mer du nord et de mise en réseau de centrales solaires à concentration en Europe du sud: Portugal, Espagne, Italie, Grèce etc.) ouvrent des perspectives particulièrement intéressantes. D'où la bronca orchestrée contre l'énergie éolienne et la baisse de tarif de rachat de l'électricité solaire dans le tertiaire pour tuer la rentabilité des projets qui étaient en cours. Il s’agit là d’une véritable aberration économique : le chauffage électrique est, économiquement et techniquement, une cause d'importation de courant de pointe au prix fort.
  • Pour imposer ce passage en force, il va de soi qu'il n'est pas possible d'appliquer les nouveaux modes de rationalité économique promus par le Grenelle, ni de suivre, dans l'esprit et dans les textes, les procédures de concertation, de participation prévues au niveau communautaire et transcrites dans les lois Grenelle.
  • Ainsi, le modèle économique que construit cette orientation tourne délibérément le dos à tout l'effort mené dans le cadre du Grenelle et aux politiques suivies par les autres pays du monde, à commencer par les Etats-Unis, il tourne le dos aussi à l’expression des Français peu enclins au développement du nucléaire dans notre Pays.
  • Pour Eric DELHAYE, président délégué de CAP21 et membre du bureau national du Modem, l’Etat consolide le modèle centralisateur de la production électrique au lieu de promouvoir la relocalisation d’une partie de la production par les énergies renouvelables, source de croissance et d’emplois pour les territoires ruraux et la frange littorale. Au lieu du New Deal écologique qui favorise une économie d’initiative, Nicolas Sarkozy engage aujourd’hui notre pays dans un New Deal nucléaire et retourne trente ans en arrière.
  • Son plan de relance qui consacre l’automobile et le nucléaire ruine le développement d’une puissante industrie française de l'électricité renouvelable alors que son activité ne nécessite aucun préalable scientifique et technique coûteux, pose peu de problème d'acceptabilité, offre une rentabilité garantie en amélioration constante, revitalise les territoires à l’écart des grandes dynamiques urbaines.
  • Malheureusement, une fois encore, pour des raisons idéologiques, la religion du nucléaire, notre pays se trompe d'époque, se trompe de choix industriels et pour satisfaire nos champions hexagonaux des lobbies, désormais tous rassemblés, condamne à mort les éco-industries du XXIème siècle qui avaient cru que le Grenelle leur ouvrait une nouvelle voie.
Article de FNE ( France Nature Environnement)

Création d’un deuxième EPR : une erreur historique

  • Le Président de la République vient d’annoncer la création d’un nouveau réacteur nucléaire EPR à Penly en Seine Maritime. Réaction de FNE.
  • FNE exprime un sentiment de révolte à la suite de l’annonce par le Président de la République de la création d’un nouveau réacteur nucléaire EPR à Penly en Seine Maritime. Cette décision est sans doute conforme à l’intérêt du lobby nucléaire mais pas à l’intérêt général.
  • Une erreur historique. Lors de son discours de clôture du Grenelle de l’environnement, le 26 octobre 2007, le Président de la République avait déclaré : « je ne veux pas de nouveaux sites nucléaires ». Nicolas Sarkozy avait également déclaré : « Il y aura donc bien une réduction de la part du nucléaire dans notre consommation d’énergie ».
  • Pour Sébastien Genest, Président de FNE, « le développement du nucléaire est contraire à celui des énergies renouvelables. Il faut en finir avec un modèle énergétique centralisé, fragile en consommation de pointe, inadapté aux territoires et contraire à l’objectif premier de réduction de la consommation d’énergie, négocié lors du Grenelle de l’environnement. »
  • La relance par l’atome ? Le 19 décembre 2008, lors d’une réunion en présence des associations, Nicolas Sarkozy s’était engagé à ce que le plan de relance soit vert et pas gris.
  • Sébastien Genest poursuit : « Nous sommes consternés par l’empilement de décisions à courte vue : relance de trois programmes autoroutiers, octroi d’aides d’Etat au secteur automobile ou aéronautique sans contreparties environnementales, assouplissement des conditions de création des installations classées, création d’un nouvel EPR ……autant de décisions contraires à l’impératif d’une relance à la fois économique et écologique. Ces décisions irrationnelles ne peuvent être compensées par des mesures de verdissement ».
  • Un grave recul de la démocratie écologique. FNE rappelle que le droit de l’environnement impose que le débat public soit organisé à un « moment où toutes les options sont encore ouvertes » et avant qu’une décision publique ne soit prise.
  • Arnaud Gossement, porte parole de FNE, déclare : « Le nucléaire ne se satisfait que de la politique du fait accompli. La décision de créer un nouvel EPR est une atteinte à la démocratie écologique puisque la concertation n’a eu lieu qu’avec le lobby nucléaire ! Désormais, pourquoi se donner la peine d’organiser un simulacre de débat public dès lors que les dés sont jetés ? ».
  • FNE rappelle que la décision de création du premier réacteur nucléaire EPR à Flamanville avait déjà été prise avant même l’organisation d’un débat public, par la loi du 13 juillet 2005 d’orientation sur l’énergie. Pendant le débat public lui-même, Jacques Chirac, alors Président de la République, avait confirmé la décision de créer l’EPR…FNE avait alors engagé plusieurs actions en justice contre les autorisations délivrées pour la construction de ce réacteur.

vendredi 30 janvier 2009

Sarkozy annonce le lancement d'un 2ème EPR en 2012

Cette fois, c’est confirmé. Nicolas Sarkozy vient officiellement d’annoncer la construction en France d’un 2e EPR qui sera confié à EDF, associé à GDF-Suez. La nouvelle est évidemment diversement appréciée.L’EPR de Flamanville actuellement en construction ne restera pas seul bien longtemps. Le Président de la République vient de confirmer le lancement d’un nouveau réacteur de [...] ====>>> Lire l'actu © Enviro2B

Christian Vélot, chercheur , lanceur d' alerte ...

  • Christian Vélot est Docteur en Biologie et Maître de Conférences en Génétique Moléculaire à l'Université de Paris-Sud. Il est également administrateur de la Fondation Sciences Citoyennes.
  • Il est responsable d'une équipe de recherche à l' Institut de Génétique et Microbiologie ( IGM, Institut mixte CNRS-Université) sur le Centre Scientifique d' Orsay ( 91); membre du Conseil Scientifique du CRIIGEN ( Comité de Recherche et d' Information Indépendantes sur le Génie Génétique) .
  • Parallèlement à son activité d' enseignement et de recherche, il anime de nombreuses conférences à destination du grand public sur le thème des OGM. Ses conférences didactiques, dont l'une a servi de document de travail à l'intergroupe OGM du Grenelle de l' Environnement, ont permis à de nombreux citoyens d'avoir accès à une connaissance de la réalité des OGM et ont contribué à la prise de conscience raisonnée des risques qu'ils portent.Il est intervenu en tant que témoin dans les procès de faucheurs volontaires et dans de nombreux débats. Il fait partie des lanceurs d' alerte qui oeuvrent pour faire valoir la réalité de certains risques et engager des débats démocratiques.
  • Il a subi , de faits de ses prises de position, des pressions de la part de son Institut ( arrêts des crédits recherche, privation d' étudiants stagiaires , éviction annoncée de l'Institut pour fin 2009..); un soutien de près de 50 000 personnes ( dont un certain nombre de scientifiques) et une manifestation en Juin à l' Université d' Orsay a pour le moment permis son maintien .
  • Vient de sortir un nouveau livre didactique sur tous les aspects scientifiques et sociétaux des OGM en s'appuyant sur des exemples précis.
OGM, tout s'explique..
Le livre peut être commandé aux éditions Goutte de sable, sur : http://www.gouttedesable.fr/ J'ai commencé la lecture de ce livre , il est accessible à tous, si vous voulez tout savoir sur les OGM ...je vous conseille absolument cet ouvrage..!! En savoir plus sur : http://www.contaminations-chimiques.info/?2009%2F01%2F09%2F511-ogm-tout-s-explique- par-christian-velot=
http://www.leblogde21.com/article-20954164.html
http://delademocratieenfrance.over-blog.com/article-23279789.html
http://raffa.grandmenage.info/post/2007/02/17/Le_GMTV_-_Comprendre_les_OGM

Sans terres et sans reproches....

  • Lundi 26 Janvier , j'ai assisté à la projection d'un film - documentaire à voir absolument. C'était la première projection presse à la SCAM à Paris .
  • Synopsis: un voyage chez les paysans résistants du Quercy, au cœur du parc Naturel des Causses, à l’heure de la mondialisation, de l’industrialisation de l’agriculture et de la baisse du nombre d’installation agricole. Qui se cache derrière nos assiettes et qui s’installe ? Rencontres locales pour le constat d’une guerre mondiale…Réalisé par Eric Boutarin et Stéphanie Muzard Le Moing.
  • Production: ADDOCS, la Télévision paysanne, l’Atelier des Muses Musiques: Denis Mignard, Steve Shehan Avec le soutien et la complicité de: Préface: Christian Vélot, chercheur, maître de conférences en génétique moléculaire université Paris-Sud, responsable d’une équipe de recherche à l’Institut de génétique et microbiologie d’Orsay … et lanceur d’alerte. http://sciencescitoyennes.org Bernard Cavalié (ULM), Steve Shehan, musicien polyinstrumentiste http://www.steveshehan.com, … et l’aide précieuse de quelques citoyens !
  • La projection a eu lieu en présence de Stéphanie Muzard -Lemoing la conceptrice et réalisatrice , Eric Boutarin ( responsable des images), Jean-Louis Gueydon, Christian Vélot chercheur , et lanceur d'alerte, maitre de conférence en génétique moléculaire à l'Université Paris-Sud.
  • Ce film - documentaire s'intéresse aux paysans résistant du Quercy. Des témoignages de jeunes paysans en recherche de terres, d'agriculteurs retraités, de maraichers biodynamiques, d'éleveurs de brebis, de producteurs de fruits bio.. Ils expliquent les difficultés que rencontrent tout nouveau venu pour accéder à une terre. On y parle agriculture biologique, OGM.... tout ceci agrémenté d'humour , de sensibilité, d'images de brebis, chèvres et de vues d'ULM sur le parc des Causses. On plonge dans ce film sans s'ennuyer un seul instant, sans pouvoir décrocher..
  • Le film est vendu en DVD , (bon de commande et conditions de projection, par e mail: atelierdesmuses@wanadoo.fr ou par courrier, l'atelier des muses, gr 651, la devèze 46160 Marcilhac sur célé,tél 05 65 50 10 28. Il faut être un peu patient , Stéphanie prépare les envois seule ou aidée d' amis!
  • J'ai passé une soirée enrichissante par le film mais aussi par le partage avec les invités, lors du buffet organisé après la projection. Stéphanie Muzard Lemoing que j'ai découvert grâce à Facebook ! nous a expliqué la genèse de ce film .
  • J'ai , en particulier , pu échangé avec Christian Vélot. Pour ceux qui ne connaissent pas: Christian Vélot est chercheur, maitre de conférence en génétique moléculaire à l' Université Paris-Sud, administrateur de la Fondation Sciences Citoyennes, et lanceur d' alerte . Il vient de publier un ouvrage explicatif sur les OGM: " OGM, tout s'explique ".
  • Une projection aura lieu de nouveau à Paris le 12 Février ( je n'ai pas le lieu encore ) ; elle sera suivie d'un débat animé par Christian Vélot.
La préface du film par Christian Vélot:
"Avant de commencer à regarder ce film, assurez-vous que vous avez au moins 1H10 devant vous, car vous ne pourrez faire autrement que d’aller jusqu’au bout. Impossible de décrocher ! On ne peut que se laisser porter. Une véritable cure d’air frais pour les poumons et pour l’esprit, avec des images et une musique qui vous donnent envie de rejoindre immédiatement la résistance de ceux qu’on appelle les « Sans Terres ». Tout y est ! Un cocktail de fraicheur, de bon sens, d’esthétisme et de pédagogie.
Au terme de ce voyage au cœur du Quercy, c’est un étrange mélange de colère et de bonheur qui vous envahit. De colère en raison de l’hégémonie d’une technoculture toujours plus intensive, plus polluante, où on détruit les écosystèmes pour les adapter à des plantes standardisées, et qui tente d’empêcher les paysans d’éxercer leur métier, de développer leur bon sens dans le plus grand respect de l’environnement. De bonheur en raison de tous ces ilôts de résistance qui se mettent en place. En raison de la clairvoyance et de la détermination de toutes celles et ceux qui sont animés par la même volonté : celle du droit à exercer leur métier, à vivre au Pays, à refuser un système qui nous emmène tous droit dans le mur et qui essaie de nous faire oublier que ce ne sont pas les technoscientifiques, ni même les agronomes qui ont inventé l’agriculture, mais les Paysans."
  • Sur Facebook :
http://www.new.facebook.com/topic.php?topic=6918&post=27690&uid=28167729495#/group.php?gid=28167729495

mercredi 28 janvier 2009

Recyclage des gants jetables

Glovea annonce le lancement d'un recyclage inédit, celui des gants jetables. A l'hôpital, l'industrie pharmaceutique, cosmétique ou agroalimentaire, plus de 4 milliards de gants seraient jetés chaque année en France.Implanté en Haute-Normandie, Glovea présentera officiellement la semaine prochaine à Evreux, la 1ère machine de retraitement automatique des gants dits jetables. Pour l'inventeur du dispositif, il [...] ==>>> Lire l'actu © Enviro2B

M. Bayrou : "Les atteintes aux libertés se multiplient de façon inquiétante"

LE MONDE | 27.01.09 | 07h43 Interview de François Bayrou
Deux jours avant la journée de grèves et de manifestations auxquelles appelle l'ensemble des organisations syndicales, les députés devaient, mardi 27 janvier, débattre d'une motion de censure déposée par le PS. Celle-ci n'a aucune chance d'être votée, l'UMP disposant à l'Assemblée nationale d'une majorité absolue. Il n'en reste pas moins que les foyers de tension s'intensifient et que l'opposition se raidit. Dans un entretien au Monde, François Bayrou explique pourquoi il a décidé de voter la censure. Le président du Mouvement démocrate (MoDem) dénonce "la multiplication des atteintes aux principes de la séparation des pouvoirs et aux libertés publiques".
François Bayrou, pourquoi avoir décidé de voter la motion de censure contre le gouvernement présentée, mardi, par le groupe socialiste ?
  • Au mois de décembre 2008, j'avais proposé à plusieurs reprises le dépôt d'une motion de censure en raison des atteintes répétées à la séparation des pouvoirs et aux principes nécessaires aux libertés publiques. A l'époque, le Parti socialiste avait décidé de ne pas assumer une telle démarche. J'étais persuadé qu'il se trompait, et il revient aujourd'hui sur cette position. Il y a des moments et des situations où il faut dire haut et fort que ça ne va pas. J'ai des différences avec le texte déposé par le PS. Mais l'essentiel est qu'un acte solennel montre au pays qu'un signal d'alarme s'allume. Pour que nul ne puisse dire : nous ne savions pas. J'ai donc décidé de voter la motion de censure
Vous vous rangez clairement dans le camp de l'opposition ?
  • C'est plus profond : je défends les principes républicains. Quand je pense que des décisions sont justifiées, je les soutiens. Quand je pense qu'elles sont dangereuses, je le dis. Cette liberté et cette indépendance sont les principes de ma démarche.
Dans sa motion de censure, le PS explique qu'il entend défendre une politique alternative contre la crise économique et sociale. Est-ce que vous le rejoignez sur ce point ?
  • Dès le mois de décembre, considérant que le plan actuel ne suffirait pas, j'ai proposé une politique de relance différente. Premièrement, je plaidais pour un grand emprunt européen de l'ordre de 3 % du PIB. Deuxièmement, je proposais une aide aux familles modestes, un livret d'épargne crise, dont le montant pourrait atteindre 1 000 euros. Enfin, je suggérais des investissements, notamment universitaires, ou en termes de réseaux. Le plan du PS est assez proche de cette architecture.
  • Mais d'autres idées doivent être défendues : il y a pour moi quelque chose qui n'est pas acceptable dans l'action du gouvernement. On n'arrête pas de sortir des dizaines de milliards pour les banques, mais sans exiger les contreparties qui s'imposent. Encore hier, on a annoncé qu'elles allaient recevoir 5 milliards, fléchés vers Airbus.
  • L'Etat ne peut pas mobiliser ces sommes astronomiques sans prendre, en contrepartie, les sièges au conseil d'administration qui doivent lui permettre d'exercer sa part de la gouvernance des établissements, de se faire entendre aussi bien pour la rémunération des dirigeants que pour le soutien au crédit. Il existe d'ailleurs, je crois, une disposition législative, en date de 1935, qui oblige l'Etat lorsqu'il atteint 10% des fonds propres d'une banque à nommer au moins deux administrateurs.
Le premier ministre, François Fillon, appelle à l'unité face à la gravité de la situation. Vous n'êtes pas sensible à cet appel ?
  • L'unité commence par les respects des règles républicaines qui nous font vivre ensemble. Or, aujourd'hui, il ne se passe pas de jour sans qu'on constate une atteinte au respect de ces règles, avec un président de la République qui transgresse tous les jours les principes de la séparation des pouvoirs. Le pouvoir judiciaire, le pouvoir législatif et le pouvoir médiatique sont tous les trois soumis à sa volonté de domination. C'est impossible à accepter.
Au point de justifier une motion de censure ?
  • Evidemment, oui. Par exemple, la décision d'accorder au président de la République le pouvoir de nommer les responsables de l'audiovisuel public et de rendre leur budget dépendant chaque année de la majorité en place crée une double dépendance. Aucune opération de diversion autour de la redevance ne peut masquer ce recul des libertés publiques.
Pourtant, au Sénat, la majorité du groupe centriste, dont son président, Michel Mercier, a voté le texte…
  • Certains sénateurs l'ont voté; pas ceux qui partagent mon analyse. En même temps, Nicolas Sarkozy annonce qu'il va faire sauter le seuil de concentration dans les médias. Je considère cela comme une régression : la lutte contre les concentrations est essentielle dans tout pays de liberté.
En quoi la réforme du travail législatif, qui a déclenché un tel tohu-bohu à l'Assemblée nationale, est-elle condamnable ?
  • Le législatif est de plus en plus soumis à l'exécutif. Avec la réforme du règlement de l'Assemblée, la liberté du Parlement et des parlementaires représentant le peuple va être encore davantage mise à mal. J'espère que le Conseil constitutionnel rappellera que le droit d'amendement de chaque parlementaire est un droit inaliénable et personnel, qui ne se délègue pas à un groupe, dans un pays où les députés sont élus personnellement par le peuple.
  • Même transgression des principes lorsque le président de la République va participer en tant que tel au conseil national de l'UMP, s'affirmant comme un chef de parti et portant ainsi atteinte à un principe essentiel de la fonction présidentielle, chef de l'Etat et non chef de la majorité, défenseur de notre démocratie et non pas chef de clan.
  • Enfin, pour ce qui est de la justice, à partir du moment où l'enquête serait confiée au parquet placé sous l'autorité hiérarchique du gouvernement, le bon vouloir de l'exécutif deviendrait souverain. Il pourra à sa guise laisser apparaître les affaires ou les dissimuler. Rien de tout cela n'est acceptable dans un Etat de droit.
La pratique du pouvoir par M. Sarkozy menace-t-elle les équilibres de la société française ?
  • Sans aucun doute. Les atteintes aux libertés se multiplient de façon infiniment inquiétante. Je ne veux pas me retrouver dans un pays soumis à l'arbitraire d'un seul. Il est de la responsabilité des acteurs de la vie civique d'éveiller la société. On est à un tournant.
  • Au début du quinquennat, certains pouvaient soutenir que ces entorses étaient seulement une question de style. Aujourd'hui, c'est une question de textes : on fait entrer dans la loi et dans les institutions des manquements qu'aucun républicain et aucun démocrate ne doit pouvoir accepter.

Obama s'engage à défendre le droit à l'avortement

Une avancée pour les femmes aux Etats-Unis, au contraire de Bush qui soutenait les opposants anti-avortements:

Obama s'engage à défendre le droit à l'avortement

  • Barack Obama le 22 janvier 2009 à la Maison Blanche
    Le président américain Barack Obama a affirmé jeudi son engagement à défendre le droit des femmes à l'avortement.
  • "Je reste déterminé à protéger la liberté des femmes de choisir" entre avoir un enfant ou pas, a dit M. Obama dans un communiqué publié à l'occasion du 36ème anniversaire d'une décision de justice capitale sur le droit des femmes à l'avortement aux Etats-Unis.
  • Ce 36ème anniversaire "nous rappelle que cette décision non seulement protège la santé des femmes et la liberté de reproduction, mais symbolise un principe plus large: que le gouvernement n'a pas à se mêler des affaires de famille les plus intimes", a-t-il dit, marquant une nouvelle fois de manière spectaculaire sa différence avec son prédécesseur George W. Bush.
  • M. Obama évoquait l'une des décisions les plus fameuses et les plus controversées de la Cour suprême. L'arrêt du 22 janvier 1973, "Roe contre Wade", dit que le droit à la vie privée, présent en filigrane dans la Constitution, garantit aux femmes la liberté d'avorter.
  • Cet arrêt est depuis lors soumis aux attaques constantes de ceux qui militent contre l'avortement et qui se sont encore mobilisés jeudi à l'occasion du 36ème anniversaire. M. Bush adressait régulièrement un message de soutien aux opposants à l'avortement à l'occasion de cet anniversaire.
  • Les opposants à l'avortement s'inquiètent à présent que M. Obama ne publie rapidement un décret revenant sur des politiques de M. Bush interdisant que de l'argent américain ne finance des programmes internationaux qui promeuvent l'avortement ou conseillent les femmes sur le sujet.

Premières mesures énergétiques de Barack Obama

Barack Obama propose ses premières mesures énergétiques, enfin des nouvelles encourageantes venant des Etats-Unis !!
2 Recommandations en faveur de normes plus strictes pour l'industrie automobile
  1. Il demande au Département des Transports (DOR) d'appliquer des normes de consommation de carburant pour les véhicules neufs à partir de 2011. Cette norme prévoit un maximum de 6.7l/100kms; elle avait été votée en 2007 au Congrès mais pas appliquée par l'administration Bush.
  2. Barack Obama demande à l' Agence de Protection de l' Environnement (EPA) d'autoriser la Californie à imposer des normes de pollution plus strictes dans cet état que les normes nationales. La Californie prévoit une réduction de 30% d'émission de gaz à effet de serre pour les véhicules d' ici 2016.
  • Par ailleurs, il appelle à la création d'un programme d' isolation thermique des bâtiments fédéraux.
  • Il a , également , part de sa volonté de conduire la lutte mondiale contre le réchauffement climatique.
Voir les articles sur :
====>>>http://tazpacific.spaces.live.com/blog/cns!8CD128F9ACD29A33!3953.entry?ccr=1862#comment

lundi 26 janvier 2009

L'Europe va durcir la réglementation sur les émissions industrielles… en souplesse

La lutte contre la pollution industrielle devrait se durcir en Europe… mais en souplesse. Si la règlementation européenne sera globalement plus strictes sur les niveaux d'émissions, elle exemptera par exemple les petites centrales thermiques exploitées moins de 500 heures par an. Les émissions polluantes de milliers d'installations industrielles doivent être encore réduites mais de manière [...] =====>>>Lire l'actu © Enviro2B

L'ONU lance l'année du Gorille pour enrayer son extinction

Le plus grand des primates est aussi le plus rare. L'ONU lance une grande campagne d'information avec l'Année internationale du Gorille 2009 afin de mobiliser l'ensemble de la planète à la protection de ce singe déclaré en voie d'extinction critique.
  • Trois projets destinés à lutter contre l'extinction d'un des plus proches parents de l'être humain ont été présentés le 15 janvier dernier par l'ONU, alors que diverses manifestations marquant l'Année internationale du Gorille (YoG) 2009 ont débutés. Ces projets, définis par la Convention du PNUE sur les espèces migratrices (UNEP/CMS) qui ont besoin du soutien des gouvernements et des entreprises, sont destinés à améliorer les perspectives du gorille de la rivière Cross, le primate le plus rare d'Afrique.
  • Proposés par la Société pour la Conservation de la Faune Sauvage ("Wildlife Conservation Society"), les projets incluent des initiatives éducatives et des campagnes de sensibilisation au sein des populations locales afin de modérer la chasse, les feux de brousse et l'abattage d'arbres, en parallèle à l'établissement des initiatives "gardien de gorille" basées sur les communautés. L'implication des communautés dans les activités de conservation sera promue comme venant supplémenter les approches plus gouvernementales.
  • Un des projets comprend également la récolte de données scientifiques additionnelles sur la population évasive des gorilles de la Rivière Cross au Cameroun et au Nigéria afin d'améliorer la conservation de ces grands singes et de leur habitat. L'identification de nouveaux habitats adéquats et le potentiel d'accéder à des nouveaux fonds carbone émergents de plusieurs millions de dollars pourraient s'avérer cruciaux pour les perspectives à long-terme des gorilles.

Financer des forêts

  • Dans le cadre de la Convention de l'ONU sur les changements climatiques, le financement de forêts dans le but de réduire la déforestation et les rejets de gaz à effet de serre est en considération par les gouvernements. Le projet consiste à déterminer si l'habitat du Gorille de la rivière Cross peut attirer les investisseurs et ainsi améliorer la conservation, les moyens d'existence locaux et le combat contre le changement climatique.
  • D'autres projets, qui doivent prochainement être approuvés dans le cadre du Plan d'action de l'Accord sur les Gorilles de la CEM, couvriront également les populations des autres sous-espèces dans les dix pays africains où des gorilles peuvent encore être trouvés. Les fonds récoltés au cours de l'Année du Gorille soutiendront ces projets innovateurs.
  • Selon Achim Steiner, Secrétaire Général Adjoint des Nations Unies et Directeur exécutif du PNUE : "En soutenant l'Année du Gorille, les pays, entreprises et citoyens n'agiront pas seulement pour la sauvegarde d'importantes espèces très en vue, mais aussi pour un vaste ensemble de la biodiversité forestière dont dépendent de nombreuses personnes. Une biodiversité qui renferme peut-être des indices pour des avancées en pharmaceutique, pour des meilleures récoltes, pour de nouveaux matériaux intelligents, et pour des procédés qui seront urgemment nécessaires pour un 21e siècle durable".

Rôle crucial en Afrique

  • Robert Hepworth, Secrétaire exécutif de la CEM affirme que "Les gorilles jouent un rôle crucial pour le maintien des forêts pluviales tropicales en Afrique, lesquelles sont un des piliers clés d'un climat mondial équilibré. Le futur de ces forêts dépend des gorilles qui sèment les graines des prochaines générations d'arbres. L'Année du Gorille est une opportunité unique d'assurer le soutien des gouvernements, des entreprises et de la société civile pour la survie de notre plus proche parent. L'Accord sur les gorilles établi le cadre pour une approche innovatrice et hautement prometteuse impliquant les communautés locales".

samedi 24 janvier 2009

Insecticide Cruiser : les écologistes claquent la porte

France Nature Environnement annonce la réunion aujourd'hui du comité de suivi de l’insecticide Cruiser pour la campagne 2009. Le collectif écologiste a décidé de se retirer de ce comité pour protester contre le renouvellement de son autorisation.
  • Les écologistes de FNE ne souhaitent plus s'associer à la démarche entreprise de suivi de cet insecticide. Ils viennent d'annoncer qu'ils claquent la porte à ce comité qui se réunit aujourd'hui. Par ailleurs, ils déposeront un recours devant le conseil d'Etat et relancent leur pétition.
  • Pour FNE, le Cruiser est « un insecticide dont la substance active est reconnue très dangereuse non seulement pour les abeilles mais aussi pour l’ensemble des pollinisateurs ». Selon les écologistes,« le Ministère de l’agriculture avait promis des précautions pour éviter la dispersion des poussières toxiques au moment des semis, mais à ce jour, rien n’est décidé alors que les semis vont débuter dans quelques semaines ».
  • Selon Claudine Joly, référente agricole de FNE en charge des pesticides « Un suivi de l’impact du Cruiser sur les populations d’abeilles est prévu mais le protocole de ce suivi ne présente pas les garanties indispensables pour apporter des résultats crédibles : France Nature Environnement refuse de participer à ce comité de suivi. ».
  • Compte tenu du risque majeur que fait courir aux pollinisateurs l’usage de cet insecticide, France Nature Environnement annonce qu'il engagera une procédure devant le Conseil d’Etat pour obtenir l’annulation de cette Autorisation de Mise sur le Marché.

La "plume" de Sarkozy se pose à l'Ecologie

Chantal Jouanno a été nommée hier Secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie auprès du Jean-Louis Borloo, ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire.
  • Ex-championne de Karaté, Chantal Jouanno est surtout une ancienne Elève de l'ENA (Promotion "Cyrano de Bergerac"), et une proche du Président de la République. Chantal Jouanno est en effet depuis plusieurs années, la "plume" de Nicolas Sarkozy et sa principale conseillère en matière de développement durable.

Avec Sarkozy depuis 2004

  • Elle a successivement occupé les fonctions de Directrice de cabinet en charge de la communication de Nicolas Sarkozy, alors Président du conseil général des Hauts-de-Seine en 2004, Conseiller pour le développement durable en 2006 au sein de son cabinet du ministère de l'intérieur, et depuis 2007, Conseiller pour le développement durable à la Présidence de la République. En février 2008, Chantal Jouanno avait été nommée Présidente de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe).
  • Après le départ de Nathalie Kosciusko-Morizet à l'économie numérique, les écologistes s'inquiétaient de la chaise laissée "vide" par le mini-remaniement gouvernemental de la semaine passée. Soulagée par l'arrivée de cette femme de dossiers, qui est devenue en quelques années seulement une experte du développement durable, France Nature Environnement accueille avec bienveillance cette nomination, sans toutefois lui donner de chèque en blanc.

Compétence reconnue

  • Par la voix de son Président, Sébastien Genest, le collectif écologiste rappelle qu'il connaît « la compétence de Chantal Jouanno qui a la mémoire du Grenelle de l’environnement. Sa désignation n’est donc pas une surprise ». « Nous attendons que la nouvelle secrétaire d’Etat à l’Ecologie prenne à bras le corps le défi que représente l’atterrissage du Grenelle de l’environnement dans la société française et en région » affirme Arnaud Gossement, porte parole de l'association.
article de enviro2B

La Lyonnaise teste le label "HQE stations d'épuration" à Digne-les-Bains

La Lyonnaise des Eaux annonce le lancement des travaux de construction de la future station d'épuration de Digne-les-Bains, dans les Alpes de Haute-Provence. La station servira de modèle au futur label « HQE stations d’épuration ».La ville de Digne-les-Bains en Région Paca et la Lyonnaise des Eaux, à travers sa filiale Eaux de Provence, posent [...] © Enviro2B

L'UNTEC lance le diagnostic "Eco-Accessibilité"

L’union nationale des économistes de la construction annonce le lancement de la marque collective Eco-Accessibilité pour les diagnostics d’accessibilité des établissements recevant du public (ERP) et des installations ouvertes au public (IOP).En application de la réglementation issue de la loi du 11 février 2005, tous les bâtiments ouverts au public devront réaliser un diagnostic d'accessibilité [...] ===>> Lire l'actu © Enviro2B

mercredi 21 janvier 2009

OGM : la Commission passe à l’offensive

Après plusieurs mois de tergiversations, la Commission européenne a décidé de relancer son offensive en faveur des OGM.
  • Elle a donné son feu vert, le 21 janvier, à une série de propositions visant à forcer les portes des pays européens hostiles à l’utilisation du maïs MON 810 sur leur territoire. La Hongrie, la Grèce et la France sont dans le collimateur.
  • La Commission entend aussi relancer les procédures d’autorisation de la mise en culture des nouveaux OGM dans la Communauté : le commissaire européen à l’environnement, Stavros Dimas, n’est pas parvenu à empêcher la rédaction d’un projet d’autorisation favorable à deux OGM, le maïs 1507 et le maïs Bt 11.
  • Une victoire pour le président de la Commission, José Manuel Barroso, qui menait depuis novembre un véritable bras de fer avec son commissaire.
  • Il est donc hyper important de bien choisir nos députés européens aux prochaines élections européennes le 7 juin.....!!! Le combat continue ... Votez le 7 Juin!

Investiture du 44ème Président des Etats-Unis , Barck H. Obama

  • 21 Janvier 2009: Un grand jour pour les Etats-Unis et le Monde, Barack H. Obama est le nouveau Président des USA.
Barack Obama prête serment sur la bible:
Le Discours d'investiture En anglais
INVESTITURE OBAMA – 18h, le discours d'investiture de Barack par LepointTV
Le discours en entier

Chers compatriotes

  • Je suis ici devant vous aujourd'hui empli d'un sentiment d'humilité face à la tâche qui nous attend, reconnaissant pour la confiance que vous m'avez témoignée et conscient des sacrifices consentis par nos ancêtres.
  • Je remercie le président Bush pour ses services rendus à la nation ainsi que pour la générosité et la coopération dont il a fait preuve tout au long de cette passation de pouvoirs.
  • Quarante-quatre Américains ont maintenant prêté le serment présidentiel. Ils l'ont fait alors que gonflait la houle de la prospérité sur les eaux calmes de la paix. Mais il arrive de temps à autre que ce serment soit prononcé alors que s'accumulent les nuages et que gronde la tempête.
  • Dans ces moments, l'Amérique a gardé le cap, non seulement en raison de l'habileté ou de la vision de ses dirigeants, mais aussi parce que Nous le Peuple, sommes demeurés fidèles aux idéaux de nos ancêtres et à notre constitution.
  • Ainsi en a-t-il toujours été. Ainsi doit-il en être pour la présente génération d'Américains.
  • Nul n'ignore que nous sommes au beau milieu d'une crise. Notre nation est en guerre contre un vaste réseau de violence et de haine. Notre économie est gravement affaiblie, conséquence de la cupidité et de l'irresponsabilité de certains, mais aussi de notre échec collectif à faire des choix difficiles et à préparer la nation à une nouvelle ère.
  • Des gens ont perdu leur maison ou leur emploi, des entreprises ont dû fermer leurs portes. Notre système de santé coûte trop cher. Nos écoles laissent tomber trop d'enfants et chaque jour apporte de nouvelles preuves que la façon dont nous utilisons l'énergie renforce nos adversaires et menace notre planète.
  • Ce sont les signes de la crise en termes statistiques. Mais, si elle n'est pas aussi tangible, la perte de confiance dans tout le pays n'en est pas moins profonde, nourrie de la crainte tenace que le déclin de l'Amérique soit inévitable et que la prochaine génération doive diminuer ses ambitions.
  • Je vous dis aujourd'hui que les défis auxquels nous faisons face sont réels. Ils sont importants et nombreux. Nous ne pourrons les relever facilement ni rapidement. Mais, sache le, Amérique, nous le relèverons.
  • En ce jour, nous sommes réunis car nous avons préféré l'espoir à la peur, la volonté d'agir en commun au conflit et à la discorde.
  • En ce jour nous proclamons la fin des doléances mesquines et des fausses promesses, des récriminations et des dogmes éculés qui ont pendant trop longtemps étouffé notre vie politique.
  • Nous demeurons une jeune nation. Mais pour reprendre les mots de la Bible, le temps est venu de se défaire des enfantillages. Le temps est venu de réaffirmer la force de notre caractère, de choisir la meilleure part de notre histoire, de porter ce précieux don, cette noble idée transmise de génération en génération: la promesse de Dieu que nous sommes tous égaux, tous libres et que nous méritons tous la chance de prétendre à une pleine mesure de bonheur.
  • Nous réaffirmons la grandeur de notre nation en sachant que la grandeur n'est jamais donnée mais se mérite. Dans notre périple nous n'avons jamais emprunté de raccourcis et ne nous sommes jamais contentés de peu. Cela n'a jamais été un parcours pour les craintifs, ceux qui préfèrent les loisirs au travail ou ne recherchent que la richesse ou la célébrité.
  • Au contraire, ce sont plutôt ceux qui ont pris des risques, qui ont agi et réalisé des choses - certains connus, mais le plus souvent des hommes et des femmes anonymes - qui nous ont permis de gravir le long et rude chemin vers la prospérité et la liberté.
  • Pour nous, ils ont rassemblé leurs maigres possessions et traversé des océans en quête d'une vie nouvelle.
  • Pour nous, ils ont trimé dans des ateliers de misère et colonisé l'Ouest. Ils ont connu la morsure du fouet et la dureté du labeur de la terre. Pour nous, ils se sont battus et sont morts dans des lieux comme Concord et Gettysburg, en Normandie ou à Khe-Sanh.
  • A maintes reprises ces hommes et ces femmes se sont battus, se sont sacrifiés, ont travaillé à s'en user les mains afin que nous puissions mener une vie meilleure. Ils voyaient en l'Amérique quelque chose de plus grand que la somme de leurs ambitions personnelles, que toutes les différences dues à la naissance, la richesse ou l'appartenance à une faction.
  • C'est la voie que nous poursuivons aujourd'hui. Nous demeurons la nation la plus prospère, la plus puissante de la Terre. Nos travailleurs ne sont pas moins productifs qu'au début de la crise. Nos esprits ne sont pas moins inventifs, nos biens et services pas moins demandés que la semaine dernière, le mois dernier ou l'an dernier. Nos capacités demeurent intactes. Mais il est bien fini le temps de l'immobilisme, de la protection d'intérêts étroits et du report des décisions désagréables.
  • A partir d'aujourd'hui, nous devons nous relever, nous épousseter et reprendre la tâche de la refondation de l'Amérique.
  • Où que nous regardions, il y a du travail. L'état de l'économie réclame des gestes audacieux et rapides. Et nous agirons - non seulement pour créer de nouveaux emplois mais pour jeter les fondations d'une nouvelle croissance. Nous allons construire les routes et les ponts, les réseaux électriques et numériques qui alimentent notre commerce et nous unissent.
  • Nous redonnerons à la science la place qu'elle mérite et utiliserons les merveilles de la technologie pour accroître la qualité des soins de santé et diminuer leur coût.
  • Nous dompterons le soleil, le vent et le sol pour faire avancer nos automobiles et tourner nos usines. Nous transformerons nos écoles et nos universités pour répondre aux exigences d'une ère nouvelle. Nous pouvons faire tout cela et nous le ferons.
  • Cela dit, il y a des gens pour s'interroger sur l'ampleur de nos ambitions, et suggérer que notre système n'est pas capable de faire face à trop de grands projets à la fois. Ils ont la mémoire courte. Ils ont oublié ce que ce pays a déjà accompli, ce que des hommes et des femmes libres peuvent réaliser quand l'imagination sert un objectif commun et que le courage s'allie à la nécessité.
  • Ce que les cyniques ne peuvent pas comprendre, c'est que le sol s'est dérobé sous leurs pieds et que les arguments politiques rancis auxquels nous avons eu droit depuis si longtemps, ne valent plus rien. La question aujourd'hui n'est pas de savoir si notre gouvernement est trop gros ou trop petit, mais s'il fonctionne - s'il aide les familles à trouver des emplois avec un salaire décent, à accéder à des soins qu'ils peuvent se permettre et à une retraite digne. Là où la réponse à cette question est oui, nous continuerons. Là où la réponse est non, nous mettrons un terme à des programmes.
  • Et ceux d'entre nous qui gèrent les deniers publics seront tenus de dépenser avec sagesse, de changer les mauvaises habitudes, de gérer en pleine lumière - c'est seulement ainsi que nous pourrons restaurer l'indispensable confiance entre un peuple et son gouvernement.
  • La question n'est pas non plus de savoir si le marché est une force du bien ou du mal. Sa capacité à générer de la richesse et à étendre la liberté est sans égale. Mais cette crise nous a rappelé que sans surveillance, le marché peut devenir incontrôlable, et qu'une nation ne peut prospérer longtemps si elle ne favorise que les plus nantis. Le succès de notre économie n'est pas uniquement fonction de la taille de notre produit intérieur brut. Il dépend aussi de l'étendue de notre prospérité, de notre capacité à donner une chance à ceux qui le veulent - non par charité mais parce que c'est la meilleure voie vers le bien commun.
  • En ce qui concerne notre défense à tous, nous rejettons l'idée qu'il faille faire un choix entre notre sécurité et nos idéaux. Nos Pères fondateurs, face à des périls que nous ne pouvons que difficilement imaginer, ont mis au point une charte pour assurer la prééminence de la loi et les droits de l'Homme, une charte prolongée par le sang de générations. Ces idéaux éclairent toujours le monde, et nous ne les abandonnerons pas par commodité.
  • A tous les peuples et les gouvernants qui nous regardent aujourd'hui, depuis les plus grandes capitales jusqu'au petit village où mon père est né : sachez que l'Amérique est l'amie de chaque pays et de chaque homme, femme et enfant qui recherche un avenir de paix et de dignité, et que nous sommes prêts à nouveau à jouer notre rôle dirigeant.
  • Rappelez-vous que les précédentes générations ont fait face au fascisme et au communisme pas seulement avec des missiles et des chars, mais avec des alliances solides et des convictions durables. Elles ont compris que notre puissance ne suffit pas à elle seule à nous protéger et qu'elle ne nous permet pas d'agir à notre guise. Au lieu de cela, elles ont compris que notre puissance croît lorsqu'on en use prudemment; que notre sécurité découle de la justesse de notre cause, la force de notre exemple et des qualités modératrices de l'humilité et de la retenue.
  • Nous sommes les gardiens de cet héritage. Une fois de plus guidés par ces principes, nous pouvons répondre à ces nouvelles menaces qui demandent un effort encore plus grand, une coopération et une compréhension plus grande entre les pays.
  • Nous allons commencer à laisser l'Irak à son peuple de façon responsable et forger une paix durement gagnée en Afghanistan. Avec de vieux amis et d'anciens ennemis, nous allons travailler inlassablement pour réduire la menace nucléaire et faire reculer le spectre du réchauffement de la planète.
  • Nous n'allons pas nous excuser pour notre façon de vivre, ni hésiter à la défendre, et pour ceux qui veulent faire avancer leurs objectifs en créant la terreur et en massacrant des innocents, nous vous disons maintenant que notre résolution est plus forte et ne peut pas être brisée; vous ne pouvez pas nous survivre et nous vous vaincrons.
  • Nous savons que notre héritage multiple est une force, pas une faiblesse.
  • Nous sommes un pays de chrétiens et de musulmans, de juifs et d'hindous, et d'athées. Nous avons été formés par chaque langue et civilisation, venues de tous les coins de la Terre. Et parce que nous avons goûté à l'amertume d'une guerre de Sécession et de la ségrégation, et émergé de ce chapitre plus forts et plus unis, nous ne pouvons pas nous empêcher de croire que les vieilles haines vont un jour disparaître, que les frontières tribales vont se dissoudre, que pendant que le monde devient plus petit, notre humanité commune doit se révéler, et que les EtatsUnis.doivent jouer leur rôle en donnant l'élan d'une nouvelle ère de paix.
  • Au monde musulman: nous voulons trouver une nouvelle approche, fondée sur l'intérêt et le respect mutuels. A ceux parmi les dirigeants du monde qui cherchent à semer la guerre, ou faire reposer la faute des maux de leur société sur l'Occident, sachez que vos peuples vous jugeront sur ce que vous pouvez construire, pas détruire.
  • A ceux qui s'accrochent au pouvoir par la corruption et la fraude, et en bâillonant les opinions dissidentes, sachez que vous êtes du mauvais côté de l'histoire, mais que nous vous tendrons la main si vous êtes prêts à desserrer votre étau.
  • Aux habitants des pays pauvres, nous promettons de travailler à vos côtés pour faire en sorte que vos fermes prospèrent et que l'eau potable coule, de nourrir les corps affamés et les esprits voraces.
  • Et à ces pays qui comme le nôtre bénéficient d'une relative abondance, nous disons que nous ne pouvons plus nous permettre d'être indifférents aux souffrances à l'extérieur de nos frontières, ni consommer les ressources planétaires sans nous soucier des conséquences. En effet, le monde a changé et nous devons évoluer avec lui.
  • Lorsque nous regardons le chemin à parcourir, nous nous rappelons avec une humble gratitude ces braves Américains qui, à cette heure précise, patrouillent dans des déserts reculés et des montagnes éloignées. Ils ont quelque chose à nous dire aujourd'hui, tout comme les héros qui reposent à Arlington nous murmurent à travers les âges.
  • Nous les honorons non seulement parce qu'ils sont les gardiens de notre liberté, mais parce qu'ils incarnent l'esprit de service, une disponibilité à trouver une signification dans quelque chose qui est plus grand qu'eux. Et à ce moment, ce moment qui définira une génération, c'est précisément leur esprit qui doit tous nous habiter.
  • Quoi qu'un gouvernement puisse et doive faire, c'est en définitive de la foi et la détermination des Américains que ce pays dépend. C'est la bonté d'accueillir un inconnu lorsque cèdent les digues, le désintéressement d'ouvriers qui préfèrent travailler moins que de voir un ami perdre son emploi, qui nous permet de traverser nos heures les plus sombres.
  • C'est le courage d'un pompier prêt à remonter une cage d'escalier enfumée, mais aussi la disponibilité d'un parent à nourrir un enfant, qui décide en définitive de notre destin.
  • Les défis face à nous sont peut-être nouveaux. Les outils avec lesquels nous les affrontons sont peut-être nouveaux. Mais les valeurs dont notre succès dépend, le travail, l'honnêteté, le courage et le respect des règles, la tolérance et la curiosité, la loyauté et le patriotisme, sont anciennes. Elles sont vraies. Elles ont été la force tranquille du progrès qui a sous-tendu notre histoire. Ce qui est requis, c'est un retour à ces vérités. Ce qui nous est demandé maintenant, c'est une nouvelle ère de responsabilité, une reconnaissance, de la part de chaque Américain, que nous avons des devoirs envers notre pays et le monde, des devoirs que nous n'acceptons pas à contrecoeur mais saisissons avec joie, avec la certitude qu'il n'y a rien de plus satisfaisant pour l'esprit et qui définisse notre caractère, que de nous donner tout entier à une tâche difficile.
  • C'est le prix, et la promesse, de la citoyenneté.
  • C'est la source de notre confiance, savoir que Dieu nous appelle pour forger un destin incertain.
  • C'est la signification de notre liberté et de notre credo, c'est la raison pour laquelle des hommes, des femmes et des enfants de toutes les races et de toutes les croyances peuvent se réjouir ensemble sur cette magnifique esplanade, et pour laquelle un homme dont le père, il y a moins de 60 ans, n'aurait peut-être pas pu être servi dans un restaurant de quartier, peut maintenant se tenir devant vous pour prêter le serment le plus sacré.
  • Donc marquons ce jour du souvenir, de ce que nous sommes et de la distance que nous avons parcourue. Aux temps de la naissance des Etats-Unis , dans les mois les plus froids, un petit groupe de patriotes s'est blotti autour de feux de camp mourants, au bord d'une rivière glacée. La capitale fut abandonnée. L'ennemi progressait. La neige était tachée de sang. Au moment où l'issue de notre révolution était la plus incertaine, le père de notre nation a donné l'ordre que ces mots soits lus :
  • "Qu'il soit dit au monde du futur, qu'au milieu de l'hiver, quand seul l'espoir et la vertu pouvaient survivre, que la ville et le pays, face à un danger commun, (y) ont répondu".
  • . O Etats-Unis. Face à nos dangers communs, dans cet hiver de difficultés, rappelons-nous ces mots éternels. Avec espoir et courage, bravons une fois de plus les courants glacés, et supportons les tempêtes qui peuvent arriver. Qu'il soit dit aux enfants de nos enfants que lorsque nous avons été mis à l'épreuve, nous avons refusé de voir ce parcours s'arrêter, nous n'avons pas tourné le dos ni faibli. Et avec les yeux fixés sur l'horizon et la grâce de Dieu, nous avons continué à porter ce formidable cadeau de la liberté et l'avons donné aux générations futures.
Nous entrons dans une nouvelle ère, le nouveau président Barack H. Obama porte un espoir non seulement pour les américains mais pour le monde. Sachons raison garder, n'attendons pas trop de lui; nous aurons forcément des déceptions mais il marque un changement , nous entrons dans un nouveau monde et Barack Obama en est le 1er signe... Et c'est la fin d'un monde... avec le départ , enfin, de Bush..!

Amnesty International France : Pétition pour un embargo sur les armes total et immédiat

  • Amnesty International appelle la communauté internationale à imposer immédiatement un embargo sur les armes à Israël, le Hamas et les groupes armés palestiniens jusqu'à ce que des mécanismes efficaces soient mis en place afin de s'assurer que des armes ou des munitions et autres matériels militaires ne soient pas utilisés pour commettre de graves violations du droit international humanitaire. Des violations graves du droit international humanitaire sont commises par toutes les parties au conflit.
  • Amnesty International est profondément préoccupée par le fait que les armes et autres équipements militaires fournis à Israël ont été utilisés par les forces israéliennes en vue de mener des attaques disproportionnées et des attaques directes contre des civils et des biens civils dans la bande de Gaza
  • Amnesty International est également préoccupée par le fait que des tirs de roquettes indiscriminés de la bande de Gaza par le Hamas et les groupes armés palestiniens ont été effectués au cœur de la population civile.
  • Les forces israéliennes ont mené des raids aériens (bombardements au moyen d’avions de combat F-16, frappes de missiles avec des hélicoptères Apache et des drones), des tirs d'artillerie (au moyen de système de lance roquettes multiple, de chars de combat, de canonnière au large de la côte de Gaza), et d’autres attaques dirigées contre des civils ou des bâtiments civils, qui sont indiscriminées ou disproportionnées, faisant de nombreuses victimes parmi les civils. Le Hamas et d'autres groupes armés palestiniens ont fait des tirs de roquettes indiscriminés sur le sud d’Israël, qui ont également faits des victimes civiles.
====>>>http://www.amnesty.fr/index.php/agir/actions_en_cours/israel_territoires_occupes_autorite_palestinienne/actualites/un_embargo_sur_les_armes#indiscriminees
-------------------------------------------------------------------------------------

Pétition à Monsieur Bernard Kouchner, ministre français des Affaires étrangères

http://www.amnesty.fr/index.php/agir/actions_en_cours/israel_territoires_occupes_autorite_palestinienne/actualites/un_embargo_sur_les_armes/petition_pour_un_embargo_sur_les_armes_total_et_immediat

mardi 20 janvier 2009

L’impossible traçabilité du steak nourri aux OGM?

La traçabilité des animaux nourris aux OGM n’est pas pour demain, selon des chercheurs de l’Inra, qui estiment que les techniques actuelles d’analyses ne permettent pas de détecter la présence d’ADN issus de plantes transgéniques chez ces animaux.

  • A l’heure actuelle la législation européenne rend obligatoire l’étiquetage des produits alimentaires contenant des produits OGM comme le maïs ou le soja. Cependant certains consommateurs souhaitent aussi savoir si le lait qu’ils boivent ou la viande qu’ils mangent sont issus d’animaux nourris ou non avec du maïs transgénique.
  • Les méthodes de détection utilisées pour les autres produits alimentaires peuvent-ils s’appliquer aux animaux nourris aux OGM ? Jusqu’à présent, le passage de séquences d’ADN issues des plantes dans le sang des animaux d’élevage n’avait pas été démontré de façon satisfaisante, explique Yves Bertheau, chercheur à l'Inra (Versailles) et coordinateur du projet de recherche européen Co-Extra consacré à la cohabitation des cultures OGM et conventionnelles et à la traçabilité des OGM.
  • Bertheau et ses collègues ont utilisé des échantillons sanguins prélevés sur deux groupes de vaches élevés dans une ferme expérimentale. Un groupe de vaches a été nourri avec du maïs conventionnel, un autre avec du maïs transgénique Bt176. Pour s’assurer de la validité de leurs résultats, les chercheurs ont traqué à la fois des séquences d’ADN présentes en une seule copie dans le noyau du maïs, comme celle du Bt176, et des séquences présentes en un très grand nombre de copies.
  • Première conclusion : il y a bien passage des séquences génétiques végétales de l’intestin dans le système sanguin. «Des fragments de la taille d’un génome bactérien traverse la muqueuse intestinale», constate Yves Bertheau. Les séquences issues du chloroplaste du maïs (l’organite responsable de la photosynthèse) sont plus nombreuses que les fragments d’ADN du noyau, relève le chercheur. La membrane du chloroplaste protègerait mieux la molécule d’ADN.
  • Quant aux séquences génétiques issus du Bt176, elles n’ont pas été mises en évidence par l’analyse des échantillons sanguins (1). «Elles sont probablement présentes en trop petit nombre pour pouvoir être repérées sur un petit échantillon, commente Yves Bertheau, il faudrait analyser tout le sang de la bête pour les trouver». Concrètement, au lieu de réaliser une amplification d’ADN (technique de PCR) sur un échantillon de sang de 2 ml, il faudrait réaliser 1000 ou 2000 tests similaires pour augmenter d’autant la sensibilité de la technique. «Sachant qu’un test PCR coûte 100 euros, nous n’aurons jamais les moyens de le faire en routine», poursuit Yves Bertheau.
  • En l’état actuel, le consommateur doit donc s’en remettre à une traçabilité administrative et documentaire pour connaître le régime alimentaire de l’animal dont il boit le lait ou mange le steak.
Cécile Dumas Sciences-et-Avenir.com 20/01/09