mardi 29 janvier 2008

RESULTATS 1ER TOUR LEGISLATIVE PARTIELLE 12ème circ des Hauts de Seine

1er TOUR LEGISLATIVES PARTIELLES 12ème circonscription des Hauts-de-Seine
Dimanche 27 janvier a eu lieu le 1er tour des législatives partielles dans les communes de Clamart, Fontenay-aux-Roses, Le Plessis Robinson, Châtillon. La participation a été moindre qu'en Juin mais nous nous y attendions et même je m'attendais à pire. 40% de participation pour une partielle ce n'est pas si mal au vu du peu de temps pour la campagne et pour l'information des électeurs. Pour la 1ère fois j'ai tenu un bureau de vote, c'est long quand la participation est faible mais j'y ai beaucoup appris....
Les résultats:
A Clamart: Inscrits: 32892 exprimés: 13699
  • Laisney (FN): 3.05% ---- Schosteck (UMP): 41.03% ---- Leroy (PC): 2.38% ---- Wehbi(Modem) : 7.01% ---- Kaltenbach (PS): 42.63% ---- Olivier ( républicains de gauche) : 0.94% ---- Hamon ( LCR): 2.94%---
  • A Clamart, P Kaltenbach devance Schosteck de 219 voix. Le Modem en 3ème position va être très courtisé entre les 2 tours.....

12 ème circoncription

Laisney (FN): 3.12% ---- Schosteck (UMP): 44.6% ---- Leroy (PC): 3.61% ---- Wehbi (Modem): 7.02% ---- Olivier (Républicains de gauche): 0.9% ---- Kaltenbach (PS): 37.42% ---- Hamon ( LCR): 3.16%

Sur toute la circonscription , Schosteck devance Kaltenbach de 2381 voix.

  • L'annonce des résultats à la mairie de Clamart a été entâchée par les provocations de P . Kaltenbach le maire. Au lieu de donner les résultats sans commentaires, fidèle à lui-même , il s'est permis de jouer la provoc en parlant de l'inéligibilité de Pemezec , de s'enorgueillir de ses résultats, de faire sa propagande digne de Staline.
  • Il faut remarquer que hormis les socialistes, les plus présents et les plus réactifs ont été les membres du Parti De Clamart et en particuliet, les adhérents Modem qui ont largement hué et sifflé Kaltenbach!! Où étaient les UMP ? ( Hormis ceux qui sont membres du Parti De Clamart qui eux ont manifesté ).
  • Où était JD Berger le candidat UMP aux Municipales et suppléant de Schosteck? Enfermé dans sa tour d'ivoire c'est-à-dire sa permanence. On en peut pas dire que Berger ait soutenu fermement Schosteck pendant sa campagne, les affiches de Berger étant plus nombreuses que celles de Schosteck ( normal , les affiches de Schosteck , ce sont les membres UMP du parti de Clamart , qui les ont collées!! ( Durant les législatives,chaque membre du Parti De Clamart est libre de faire campagne pour le candidat de son choix).
  • Quant à Kaltenbach, il est à la pêche aux voix du Modem !! Raillés hier, fréquentables aujourd'hui.... Il nous prend pour des c.... Pour preuve, pendant une pause pendant la tenue du bureau de vote , il est venu me voir dimanche après midi pour essayer de savoir si nous nous rallierions à lui au 2ème tour (" mais vous les Modem, au 2ème tour vous ferez le choix du PS bien sûr? vous voterez pour moi..." ( à peu près) !! Je l'ai laissé sur sa faim ironiquement... " vous verrez bien" . Il en remis une couche juste après l'annonce des résultats " vous êtez une démocrate, vous ne pouvez pas laisser la droite gagner......" Décidément il crois vraiment me faire changer d'avis....Mais il rêve le petit!!
  • Il a voulu coincer Vincent Wehbi en insistant pour lui donner la parole. Mais ce n'est pas à un vieux singe que l'on apprend à danser... Vincent Wehbi a dit qu'il remerciait les électeurs de s'être déplacés pour voter en particulier, les électeurs Modem. Il a dit que les électeurs étaient majeurs et vaccinés et donc qu'ils étaient libres de leur choix pour le 2eme tour. Pas de consigne de vote donc du candidat Modem, c'est la ligne habituelle du Modem et la ligne à laquelle nous tenons , nous adhérents Modem..
  • Il est évident que cette semaine, les téléphones de Christian Delom et de Vincent Wehbi vont beaucoup sonner ( cela a déjà commencé hier soir d'ailleurs!!). Pas la peine de cirer vos chaussures adhérents du Mouvement Démocrate, les UMP et les PS vont les cirer pour nous!!!!!

vendredi 25 janvier 2008

LEGISLATIVES PARTIELLES 12 ème circonscription des Hauts de Seine

LEGISLATIVES PARTIELLES 12ème circonscription des Hauts de Seine
les 27 janvier et 03 février 2008
Suite à la décision du Conseil Constitutionnel du 29 novembre 2007, suite à la requête de Mr P. Kaltenbach, maire de Clamart Mr Philippe Pemezec jusqu'alors député UMP , a été déclaré inéligible pour une durée de 1 an. ( voir décision N° 2007-3965 du 29/11/2007).
De ce fait, une élection législative partielle a dû être organisée . Du côté du PS, P . Kaltenbach , maire de Clamart s'est déclaré candidat. Du côté UMP, après discussions c'est le maire de Châtillon JP Schosteck qui se présente avec , comme suppléant ....Mr JD Berger également candidat à la mairie de Clamart .
Du notre côté , au Mouvement Démocrate, Christian Delom candidat aux éléctions municipales a décidé de se concentrer sur la ville et c'est son suppléant aux législatives de Juin 2007, qui se présente: Vincent Wehbi
Vincent Wehbi , est conseiller municipal de l'opposition dans la ville de Fontenay-aux-Roses depuis 1994. Agé de 59 ans , médecin du travail, il est président du groupe UDF-MODEM à Fontenay.
Son suppléant, Jackie Boulay est consultant en entreprise, âgé de 62 ans, habitant depuis 22 ans la ville de Châtillon où il anime une action associative de défense de la démocratie locale.
Cette élection peut être l'occasion de montrer au gouvernement le mécontentement des citoyens. De plus, les électeurs de François Bayrou aux présidentielles ne sont représentés à l' Assemblée Nationale que par 4 députés. Un député Modem supplémentaire serait une image forte vis à vis de Sarkozy surtout dans les Hauts de Seine où règne en maître l' UMP.
Nous nous devons de soutenir Vincent Wehbi dans sa campagne pour les élections législatives .
Christian Delom soutient Vincent Wehbi , tout en se consacrant exclusivement aux municipales dans notre liste de rassemblement.

LES 27 JANVIER ET 03 FEVRIER 2008 VOTONS VINCENT WEHBI !!!!!

EQUATEUR, TERRE DE CONTRASTES, mes voyages

EQUATEUR TERRE DE CONTRASTES
BORBÒN
Ce village de la rivière Cayapas est habité non pas par des Indiens mais par des Noirs, venus à la fin du XIXème siècle pour travailler dans les scieries, installées par l'Ecuadorian Land Company.
La coupe du bois pour la société anglaise Ecuador Land Company en 1866:
« Le défrichement des forêts doit préceder la culture. En Amérique , on ne défriche pas le terrain comme en Europe, c'est-à-dire qu'on ne déracine pas l'arbre mais on le coupe à la hauteur d'un demi-mètre ou un mètre sur le sol et on laisse la base et les racines pour qu'elles pourrissent. En attendant ce résultat on plante dans les intervalles où l'on défriche. Les ouvriers et les employés à la taille des arbres sont , en général, des créoles ou des indiens et on les paie 6 reales par jour avec lesquels ils achètent leur nourriture. Ils manient habilement la hache et en un instant l'arbre le plus dur est coupé. « ( par Henri Onffroy de Thoron, Amérique Equatoriale, son histoire pittoresque et politique, sa géographie et ses richesses naturelles, Paris 1866).
Scierie sur le bord du fleuve Cayapas

Borbòn est une petite localité d'environ 4000 habitants ; elle est située en pleine forêt.
A l'origine, Borbòn était un comptoir crée là par la compagnie anglaise , la Ecuadorian Land Company, au XIXème siècle venue exploiter les bois précieux de la forêt.

Borbòn

Préparation d'une fête de village à l'école de Borbòn.
Après ce séjour instructif au coeur de la côte Nord du Pacifique, retour vers le Nord de l'Equateur dans les Hauts Plateaux du Nord.

mercredi 23 janvier 2008

EQUATEUR,PAYS DE CONTRASTE mes voyages au coeur de l'Equateur

EQUATEUR, TERRE DE CONTRASTES
Après un séjour sur la côte sud de l'Equateur , nous remontons vers le Nord vers l'état d' Esmeraldas.
ESMERALDAS
Esmeraldas est une province du Nord de l'Equateur, la province la plus pauvre principalement habitée par une ethnie noire ( descendants des esclaves). Ils sont encore considérés comme des « sous-hommes » par les équatoriens « blancs » descendants des colons espagnols. La ville d'Esmeraldas est le chef – lieu de la province avec environ 250 000 habitants. C'est une ville très animée avec une vie nocturne débridée.
J'y ai séjourné quelques jours dans la famille de l'ami avec qui je voyageais. C'est une petite bourgade peu prisée des touristes , avec ses quartiers malfamés, ses rues sales, ses bidonvilles, ses plages tristes....
Mais nous y allions surtout pour apporter du matériel médical pour l'hôpital local .
La découverte de l'hôpital m'a scotchée.... On est loin du luxe de nos hôpitaux et nombres de nos concitoyens occidentaux devraient visiter ce genre d'endroit, ils se plaindraient beaucoup moins par la suite .
Les équatoriens viennent à l'hôpital quand vraiment ils ne peuvent plus faire autrement, ils sont prêts à attendre des heures voire la journée pour être soignés. Et on n'entend pas une plainte, pas une récrimination.....
l'entrée de l'hôpital
La salle d'attente de consultation de pédiatrie.

Le directeur de l'hôpital ( le monsieur en blouse blanche avec moustaches) nous reçoit dans son bureau. Si, si c'est un bureau de directeur d'hôpital que vous voyez là!!!

Nous lui apportons des médicaments , du petit matériel médical et chirurgical.

Il décide de nous faire visiter son hôpital........nous n'aurions pas imaginer ce que nous allions voir, nous médecins habitués au confort, à la sécurité des hôpitaux français.....

On commence par une chambre d'hospitalisation , ici dans le service de pédiatrie.......

Des lits spartiates, une électricité défaillante, des fils qui pendent du plafond, pas de matériel de soins.... Bref le désert!! On rêve!!

Mais on découvre pire: Le Bloc Opératoire!!!

On y rentre comme dans un moulin, sans être stérile. Et l'aspect est ... comment dire ...un peu repoussant...
Une table de bloc très simple, un scialitique ( la lampe ronde au-dessus de la table) datant d'un autre âge et qui d'ailleurs ne fonctionne plus. En effet, les ampoules nécessaires avaient été apportées ainsi que le scialitique par une ONG italienne il y a un certain nombre d'années et quand les ampoules ont grillé et bien, aucune possibilité de les changer donc les interventions se font à la lumière du jour .

Là, on hallucine! Le matériel d'anesthésie..... De la rouille, du matériel qui fonctionne plus ou moins. Tout ceci a été amené par la même ONG il y a un bout de temps. C'est le problème de l'humanitaire; on amène du matériel, c'est bien mais il faut penser que ce matériel ne dure pas et si l'on ne fait pas de suivi et de remplacement et que le gouvernement n'y met pas du sien, tout part en ruine et ne sert plus à rien.
Il faut savoir que les patients , avant d'être hospitalisés doivent acheter le matériel nécessaire ( anesthésiant, aiguilles, seringues, fils, médicaments....) dans une pharmacie ou les trouver dans une association ( ici une association de la Croix Rouge gère une petite pharmacie). Donc pas d'argent, pas de matériel ou seulement le matériel de l'hôpital......
De toute façon, les gens viennent à l'hôpital en dernier recours pour la chirurgie.
Les personnes avec lesquelles nous avons discuté nous ont dit que , lorsque vous allez vous faire opérer dans un hôpital public à Esmeraldas, vous avez une chance sur deux de vous en sortir.........
Et les français qui râlent quand ils attendent 4 heures aux urgences ou qu'ils n'ont pas l'IRM dans les 7 jours ou que les médecins ne sont pas assez disponibles.....
Ici , pas de grognement, les gens attendent patiemment , ils sont déjà content qu'on veuille bien les examiner et tenter de les soigner...... Ah les voyages forment la jeunesse dit-on? Mais les adultes gagneraient à venir voir les dessous des pays qu'ils visitent en troupeau, en trombe , regardant là où on leur dit de regarder.....
Après cette visite surprenante, M.L. l'ami avec qui je voyage, réussit via des relations de son frère à obtenir l'autorisation d'aller dans une prison de femmes pour apporter des vêtements. Il a fallu de bureau en bureau, de militaires en militaires puisque ce sont les militaires qui gèrent les prisons , on dirait.... ......
On y va donc , je m'attendais à une structure comme en France : rien de tout ça. .....
Une structure horizontale tenant plus du campement, avec des « cellules » autour d'une cour, ouvertes , très très spartiates . Mais nous n'avons pas eu le droit de les visiter. On a dû se mettre dans la cour pour la distribution........
Ici vivent femmes et enfants. La plupart des enfants sont nés en prison et « purgent » la même peine que leur mère...
Vu l'état de la prison et le mode de vie, je pense que ces enfants n'ont jamais vu l'école......Ils vivent dans ce campement , dans des cellules au toit de tôle , souffrant de la chaleur, de la promiscuité, de la saleté......Ils sont vêtus grâce aux ONG. Les familles doivent se débrouiller pour leur apporter de quoi manger un peu plus convenablement......
Puis , nous sommes partis dans 2 bidonvilles d'Esmeraldas. Dans le 1er, l'école est tenue par des soeurs catholiques. Nous y avons fait une distribution de vêtements et de matériel scolaire
Les enfants étaient adorables et si gais malgré leurs conditions de vie.
Et ici les enfants sont heureux de pouvoir aller à l'école et apprendre.... Cela leur permet également de pouvoir manger à peu près à leur faim.
En Equateur, la moitié de la population à l'époque, n'avait aucun équipement que ce soit à la ville (52%) ou à la campagne (56%). En 1991, une campagne de construction de latrines a été programmée pour lutter contre une épidémie de choléra.

Dans le 2ème bidonville,
Les enfants ne nous pas lâchés!! Il faut cependant ne montrer aucun signe d'éventuelle richesse , sinon.... il y a risque de vol......
Les rues du bidonville, en terre, vite inondées en cas de pluies fréquentes ici.
Les maisons sont faites de bric et de brac, et tiennent debout , on ne sait comment.
les écoliers portent tous la même tenue.

A l'époque, régnait une crise générale avec un ralentissement des constructions de dispensaires, d'hôpitaux et une grande difficulté dans le fonctionnement des structures existantes.
8% de la population était couverte par la Sécurité Sociale (IESS).
Le problème du manque d'eau potable et l'assainissement fut responsable d'une aggravation importante de la situation sanitaire liée aussi à la croissance importante de la population . Les épidémies , à l'époque étaient endémiques. Trop d'enfants mourraient encore de rougeole ou d'infections pulmonaires.
Après ces visites, nous avons pris le bus pour se rendre à La Tola, au nord d'Esmeraldas.
De là, nous avons emprunté un bateau pour remonter le fleuve Cayapas proche du Rio Santiago.
Les Indiens Chachis rejettent le nom espagnol de Cayapas souvent utilisé pour les dénommer.

Deux fleuves, le Cayapas et le Rio Santagio marquent les limites de leur territoire ancestral.

Les Andes Tropicales sont le plus ancien foyer de peuplement humain connu de l'Amérique du Sud.

L'existence de l'Homme est attestée dans les Andes tropicales depuis au moins 9000 ans.

Les premières civilisations de la Côte:

La Préhistoire avec ses groupes nomades de chasseurs-cueilleurs se termine avec la première agriculture qui correspond ici à la période de diffusion de la Céramique appelée « Formative ».

La céramique de Valdivia découverte au nord de Salinas remonte à environ 4000 ans avant J.C. Son aire de diffusion s'étend sur presque toute la côte. L'art de Valdivia repose essentiellement sur des petites figurines d'argile de quelques centimètres, représentant des corps féminins . Ces petites statuettes, objet d'offrande, ont reçu le nom de « Vénus de Valdivia ».

Cette culture dura presque 2 millénaires dans le golfe de Guayaquil et la Péninsule de Santa Elena, avec quelques changements jusqu'à l'apparition, vers 1800 av. J.C d'une nouvelle civilisation celle de Machalilla.

Nous accostons sur la rive d'un tout petit village très pauvre La Tolita .

Ce village était un grand centre cérémonial ( à environ – 400 ans av. J.C) et un foyer d'artisanat important.

Ce village se situe dans la zone côtière septentrionale , chaude, humide et forestière. Des maisons à toit en double pente un peu relevée, comme des pagodes servaient de lieux de culte mais aussi d'ateliers.

La Tolita abrite un petit musée et un site archéologique . Il y a plus de 2000 ans, les shamans et les chefs de la culture Tolita étaient enterrés ici dans des tolitas (petits monticules) et on venait de très loin pour assister aux offices religieux et faire du commerce.

Des milliers d'objets ont été sortis d'une quarantaine de tertres circulaires ou rectangulaires construits au bord du fleuve Santiago aux crues redoutables.

Outre d'innombrables articles de la vie quotidienne (poisson d'argile incrusté d très petits éclats de pierre servant à écailler), des milliers de figurines de 20 à 25 cm de hauteur en général, fabriquées avec un moule proposant un modèle classique de femme au crâne déformé (selon un rite pratiqué dès la naissance).

La Tolita a donné des centaines de pièces de cuivre, d'or et de platine. Ce dernier métal représente une grande innovation puisqu'il ne sera utilisé en Europe qu'à partir du XVIII ème siècle lorsque les Espagnols le ramenèrent de leur exploitation à La Tolita.

On a du mal à croire que les techniques de travail de l'or et du platine utilisées par les artisans de la mangrove de La Tolita il y a deux millénaires ne furent découvertes en Occident qu'à la fin du XVIIIème siècle.

Petite pause avec dégustation de noix de coco!!! Que l'eau de coco est bonne et fraîche dans cette chaleur moite!!!
Le symbolisme à la Tolita
Le félin, le caïman, le serpent et l'aigle reviennent souvent dans les objets de La Tolita. Les figures mythiques du félin ou du caïman sont trèsb présents sur la Côte, avec leurs crocs croisés et leurs yeux globuleux ressortant de leur tête plate tandis qu'en altitude, l'aigle au bec crochu contrôle l'espace des airs. L'homme revêt tantôt les attributs du félin tantôt ceux de l'aigle avec ses déguisements.
La vie quotidienne est très présente dans les figurines également: les figurines de terre cuite travaillent, filent, rament, expriment la joie, la tristesse ou l'agressivité. Ce qui est très remarquable dans la statuaire de La Tolita , c'est « la dualité qui existe entre des personnages dont la vie est sacralisée et d'autres individus saisis dans la vie quotidienne avec des gestes exprimant le mouvement. L'homme libère son image , brise l'immobilisme et il fait agir , penser, créer et aimer. Ces personnages s'associent aux forces du cosmos exprimées par les couleurs, les sons et les attitudes. »
Aucun objet en or n'est exposé à La Tolita, car la plupart d'entre eux ont abouti dans de grands musées ou des collections privées. L'un des villageois, Antonio , nous montre les fosses où les archéologues ont procédé à leurs fouilles. Il possède une collection de figurines de La Tolita, qu'il vend aux visiteurs occasionnels.
Forêt de papayers sur les bords du fleuve Cayapas.
Petite baignade dans les eaux sombres du fleuve Cayapas!!! Il ne vaut mieux ne pas la boire!!!
Nous sommes repartis ensuite en pirogue sur le fleuve Cayapas.

Il fait chaud et humide sur ce fleuve, la lumière est superbe....

Le danger des crues du fleuve, à la fois voie de communication et source de nourriture, expliquent l'emplacement des maisons de bois chachis.
Dès que le niveau de l'eau monte, les Chachis abandonnent leurs maisons sur pilotis, au bord du fleuve, pour s'installer le temps de la saison humide dans leurs « résidences secondaires » construites un peu plus loin à l'intérieur de la forêt.
Les Chachis, très habiles, sont surtout célèbres pour leurs canöes ornés de belles gravures, qu'ils fabriquent encore à la main entaillant des troncs d'arbres.