mercredi 26 mai 2010

Le Pandathlon on l'a fait !!!!

J'étais ce week end du 22-23 mai au pied du Mont Ventoux afin de participer à la 1ère édition du Pandathlon , au sein de SVPlanète association partenaire du WWF qui organisait cet évènement.
Un symbole : il ne reste que 1600 pandas en liberté dans le monde, le mont Ventoux nous offre 1600m de dénivélé, chaque équipe de 4 personnes avait pour mission de collecter 1600 euros pour le WWF pour des actions locales de préservation de l'environnement.
SVPlanète était partenaire de l'évènement sur le plan sportif et sur le plan de l'optimisation de l'organisation afin de minimiser au maximum l'empreinte écologique laissée par cet évènement : au niveau des transports, du nombre de bénévoles, du ravitaillement, du village-sportif , de la gestion des déchêts ....
Notre campement
Après un dîner fait de produits biologiques et locaux ( enfin en grande majorité) et un briefing très pédagogique préparé et présenté par Didier Lehenaff président de SVPlanète , nous avons passé une courte nuit sous les tentes sur un terrain de foot prêté par la ville de Bedoin au pied de ce sacré Ventoux!
Des toilettes sèches avaient été installées ( facile d'utilisation, sans odeur, propres et hyper écologiques , les excréments étant récupérés pour aller fertiliser gratuitement les champs des agriculteurs des environs )
Au petit matin ( vers 5h30 et même plutôt 5h pour certains ) , lever, petit déjeuner et puis un pré-départ du stade .. Des bénévoles étaient déjà partis afin de préparer le terrain
Sur la place du village de Bédoin, Isabelle Autissier présidente de WWF-France , accompagnée de Serge Orru , a lancé le départ... 53 équipes ont participé au Pandathlon.. Un évènement,il y avait des Pandas au pied du mont Ventoux !!!!!!
Notre équipe Les Nénéttes de SVPlanète ( composée de Sandrine, Isabelle, Christiane et moi-même ) aura été les "saint-bernard" de l'épreuve : soutenir les marcheurs et marcheuses tout le long du trajet, motiver les derniers, soigner les petites blessures etc..... Un début facile puis une montée progressive à travers les vignes puis la végétation de petite montagne, dont nous avons pu voir la modification au cours du changement d'altitude ...Le parfum de la sarriette et du thym nous envahit .. Le soleil a bien tapé pendant quelques heures.. Des VVT istes ouvraient la marche et faisaient des allers et venues entre la tête de "course" et la queue de peloton; finalement , c'était plus dur pour eux sur leurs vélos que pour les randonneurs!!
Par la suite, nous avons eu droit à la pluie et la grêle !! L'antenne au sommet semblait bien loin !! Les différentes parties du parcours nous ont offert plusieurs types de dénivelés .... Les 2 points de ravitaillements étaient les bienvenus : un ravitaillement minimisant l'empreinte écologique de notre cheminement: des aliments locaux, pas d'emballage, des fontaines d'eau du robinet auxquelles nous pouvions remplir nos gourdes et camel-back , des toilettes sèches , un nombre minimaliste mais suffisant de bénévoles ..... Seule exception, le transport en voiture du matériel et le véhicule obligatoire de la croix - rouge.
Les Nénettes de SVPlanète
Sandrine, Isabelle et Moi-même
La fin du parcours s'est corsé, la dernière partie de 3 kms s'est faite sur un pierrier donnant un paysage quasi-lunaire ...Alors là, j'ai bien galéré entre l'altitude ( pas trop l'habitude ) et la marche sur les pierres roulantes , glissantes avec la fatigue accumulée et au sommet un vent froid et ......des plaques de neige puis une pluie fine se transformant en neige !!! ça caillait !!
Isabelle Autissier a accueilli tous les participants du 1er au dernier ( ben c'était moi la dernière, normal j'ai joué les chiens de berger ) et a remis les médailles en bois aux sportifs...
Nous avons vite attrapé la navette un peu plus bas , pour redescendre épuisé-es, réfrigéré-es mais heureux d'avoir réussi ce challenge éco-sportif dans un environnement exceptionnel !! Au total, pour ma part , 22kms , 1600m de dénivelé, près de 8h de marche....... Les plus rapides avaient déjà repliés leurs tentes quand nous sommes arrivé-es au stade...Les participants reprenaient le train en fin de journée.. Les membres de SVPlanète eux sont restés sur Avignon où nous nous sommes restauré-es de façon pantagruelique ( on l'a bien mérité !!) Finalement , pas trop de douleur et de raideur après ces efforts, nous avons même passé quelques heures lundi à découvrir Avignon à pied ... Le Pandathlon, un évènement à vivre et revivre dans un esprit de convivialité, de respect de son environnement, de sportivité.....

vendredi 7 mai 2010

Noam Chomsky à Paris

Noam Chomsky à Paris

  • La venue de Noam Chomsky à Paris permettra aux Français de rencontrer et d’entendre l’homme dont le New York Times, un journal qui pourtant ne l’aime guère (et la réciproque est sans doute vraie), a dit qu’il était « sans doute le plus grand intellectuel vivant aujourd’hui ». Il est aussi celui qu’on a qualifié de « dissident numéro un de l’Amérique ».
  • Linguiste qui a révolutionné sa discipline, Chomsky est plus largement connu dans le monde pour sa critique du pouvoir, inspirée par la tradition libertaire, pour son ironie mordante envers les bonnes intentions proclamées de la politique étrangère américaine (« démocratie », « droit des peuples », etc.) et pour les critiques redoutables qu’il a toujours adressées au « clergé séculier » des intellectuels et des journalistes.
  • En 1964, au moment de la guerre du Vietnam, Chomsky appuie les étudiants qui refusent leur incorporation ; il refuse de payer ses impôts deux ans plus tard pour ne pas financer des opérations de guerre qu’il réprouve avec véhémence ; l’année suivante, il est arrêté à l’occasion d’une manifestation devant le Pentagone. A l’époque, il est professeur au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et, plutôt que de prendre des risques politiques et personnels, il aurait donc pu se couler dans l’existence d’un de ces « nouveaux mandarins » dont le courage se limite à l’envoi d’un point de vue moralisant à un grand journal…
  • Chomsky n’a jamais hésité à épouser des causes impopulaires, dont la défense du droit d’exprimer des points de vue honnis, y compris par lui-même. Ce choix lui a valu davantage de soucis en France qu’aux Etats-Unis (où la liberté d’expression constitue un principe quasiment absolu).
  • Plus généralement, il a pour habitude de remuer la plume ailleurs que dans la plaie des autres : « Je suis citoyen des Etats-Unis et j’ai une part de responsabilité dans ce que fait mon pays. J’aimerais le voir agir selon des critères moraux respectables. Cela n’a pas grande valeur morale de critiquer les crimes de quelqu’un d’autre – même s’il est nécessaire de le faire, et de dire la vérité. Je n’ai aucune influence sur la politique du Soudan, mais j’en ai, jusqu’à un certain point, sur la politique des Etats-Unis » (The Guardian, 20 janvier 2001).
  • Au moment où le président Barack Obama bénéficie d’une grande sympathie en Europe et ailleurs, le point de vue que Chomsky exprimera à Paris sur la nouvelle administration américaine revêtira un intérêt particulier.
  • Le Monde diplomatique organise une conférence-débat avec Noam Chomsky le samedi 29 mai au Théâtre de la Mutualité, à 16 heures. Il est d’ores et déjà possible de commander des places sur le site de la Fnac. 500 billets sont réservés aux amis du Monde diplomatique.

Noam Chomsky à Paris

  • La venue de Noam Chomsky à Paris permettra aux Français de rencontrer et d’entendre l’homme dont le New York Times, un journal qui pourtant ne l’aime guère (et la réciproque est sans doute vraie), a dit qu’il était « sans doute le plus grand intellectuel vivant aujourd’hui ». Il est aussi celui qu’on a qualifié de « dissident numéro un de l’Amérique ».
  • Linguiste qui a révolutionné sa discipline, Chomsky est plus largement connu dans le monde pour sa critique du pouvoir, inspirée par la tradition libertaire, pour son ironie mordante envers les bonnes intentions proclamées de la politique étrangère américaine (« démocratie », « droit des peuples », etc.) et pour les critiques redoutables qu’il a toujours adressées au « clergé séculier » des intellectuels et des journalistes.
  • En 1964, au moment de la guerre du Vietnam, Chomsky appuie les étudiants qui refusent leur incorporation ; il refuse de payer ses impôts deux ans plus tard pour ne pas financer des opérations de guerre qu’il réprouve avec véhémence ; l’année suivante, il est arrêté à l’occasion d’une manifestation devant le Pentagone. A l’époque, il est professeur au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et, plutôt que de prendre des risques politiques et personnels, il aurait donc pu se couler dans l’existence d’un de ces « nouveaux mandarins » dont le courage se limite à l’envoi d’un point de vue moralisant à un grand journal…
  • Chomsky n’a jamais hésité à épouser des causes impopulaires, dont la défense du droit d’exprimer des points de vue honnis, y compris par lui-même. Ce choix lui a valu davantage de soucis en France qu’aux Etats-Unis (où la liberté d’expression constitue un principe quasiment absolu).
  • Plus généralement, il a pour habitude de remuer la plume ailleurs que dans la plaie des autres : « Je suis citoyen des Etats-Unis et j’ai une part de responsabilité dans ce que fait mon pays. J’aimerais le voir agir selon des critères moraux respectables. Cela n’a pas grande valeur morale de critiquer les crimes de quelqu’un d’autre – même s’il est nécessaire de le faire, et de dire la vérité. Je n’ai aucune influence sur la politique du Soudan, mais j’en ai, jusqu’à un certain point, sur la politique des Etats-Unis » (The Guardian, 20 janvier 2001).
  • Au moment où le président Barack Obama bénéficie d’une grande sympathie en Europe et ailleurs, le point de vue que Chomsky exprimera à Paris sur la nouvelle administration américaine revêtira un intérêt particulier.
  • Le Monde diplomatique organise une conférence-débat avec Noam Chomsky le samedi 29 mai au Théâtre de la Mutualité, à 16 heures. Il est d’ores et déjà possible de commander des places sur le site de la Fnac. 500 billets sont réservés aux amis du Monde diplomatique.

jeudi 6 mai 2010

PANDATHLON, un défi éco- sportif au Mont Ventoux

PANDATHLON , un défi éco-sportif
  • Le week-end du 22-23 Mai aura lieu un évènement sportif organisé par le WWF .
  • Il reste environ 1600 pandas sauvages dans le monde, le Mont Ventoux fait 1600 mètres de dénivelé: le site n'a pas été choisi au hasard !
  • Les équipes de 4 personnes vont gravir ces 1600 m de dénivelé sur une distance de 21kms . Départ au pied du mont Ventoux dans le village de Bédoin et arrivée au sommet venté!! Chaque équipe doit collecter 1600 euros en fonds qui seront reversés dans des programmes de préservation de l'environnement dans la région qui nous reçoit.
  • L'association dont je suis membre , SVPlanète est partenaire du WWF; elle a été choisie pour accompagner la préparation et le déroulement de l'épreuve afin de limiter au maximum l'impact écologique de cet évènement ( accès des participants en train puis navettes collectives, encadrement en VTT et à pied, ravitaillement emporté fait de produits frais, locaux , de saison, staff minimisé, balisage favorisant la découverte du circuit par les concurrents...)
  • Une équipe de femmes ( dont je fais partie) participera à l'ascension ( afin en particulier de noter les améliorations à apporter en matière d'empreinte environnemental )..