lundi 30 novembre 2009

Grippe H1N1 : la gestion par la peur....

Grippe H1N1 : la gestion par la peur....

  • Depuis près de 3 mois, on nous abreuve d'informations alarmantes sur la pandémie , les médias nous égrènent les morts un à un , la ministre Roselyne Bachelot exhorte à la vaccination la population qui semble rétive, du moins sceptique devant les informations diverses et contradictoires qui circulent dans les médias, sur internet....
  • Les patients , sans cesse , nous abreuvent de questions : docteur , la vaccination vous êtes pour ou contre, vous -même êtes-vous vacciné-e ? sans compter ,les questions sur l'organisation ( dont nous, médecins généralistes sont complètement écartés ....) ...
Ce que nous apprend le passage de la pandémie dans l'hémisphère sud :
  • 15% de la population a été contaminée avec un taux de mortalité de 1/10 000 ce qui plus important que pour la grippe saisonnière ( 1/ 1million) . Dans 50% des cas, la grippe est pauci-symptomatique ( c'est-à-dire avec très peu de symptomes) ou asymptomatique..
  • La population jeune est plus touchée que lors d'une épidémie de grippe saisonnière, c'est logique ; la population jeune ( 0 - 40 ans ) est dite "naïve" vis à vis de ce virus c'est-à-dire qu'elle n'a jamais été au contact de celui-ci au contraire de la population plus âgée qui aurait une immunité de fond datant des années 50..
  • La contagion est de 1 pour 2 ou 3 ( un grippé en contamine 2 ( 3 pour les enfants) à comparer avec la rougeole ( 1 pour 20) et la varicelle ( 1 pour 7-8).
  • En Australie, on a compté 190 décès ( avec un âge moyen plus bas qu'avec la grippe saisonnière ); dont 387 SDRA ( Syndrome de Détresse Respiratoire Aigü ) entrainant séjours en réanimation et/ou décès ( en comparaison, entre 2005 et 2008 , l'Australie a eu 57 SDRA annuels).
  • L'estimation de la mortalité liée à la grippe A est fondée sur le ratio nombre de décès recensés sur nombre de cas de grippe A notifiés , elle est surestimée du fait du nombre réel et très supérieur de personnes réellement infectées.
  • En Nouvelle -Zélande, on estime la mortalité à 1/20 000 grippe symptomatiques: L'estimation a été de 320 000 cas contaminés sur une population de 4 millions d'habitants alors que l'on estime 160 000 le nombre de personnes contaminées asymptomatiques.
Des facteurs de risques pouvant entraîner une grippe grave : les personnes ayant des pathologies chroniques respiratoires ( asthme, insuffisance respiratoire...) , diabète, pathologies cardio-vasculaires comme pour la grippe saisonnière mais nouveauté , l'Obésité est également un facteur de risque.
  • Aux USA, 80% des décès sont intervenu pour des personnes ayant des facteurs de risques. Une catégorie à part , la grossesse : le risque est accru d'hospitalisation et de décès chez les femmes enceintes au cours du 3ème trimestre sachant que , vu le taux de contamination des femmes enceinte, le nombre de décès en nombre absolu est très faible.
  • Les décès chez les adultes jeunes SANS facteur de risques existe mais est très rares ( mais évidemment, en France, vu que les médias notifient chaque mort, ils sont plus visibles et donnent l'impression de risque important )
En France, les médecins généralistes ont été mis à l'écart dès le début de la pandémie , la ministre de la santé Roselyne Bachelot refusant que ceux-ci vaccinent dans leur cabinet ( arguant des problèmes de logistique) et les invectivant devant leur peu d'empressement à se faire vacciner , à encourager leurs patients à le faire et à aller "faire leur devoir" dans les centres de vaccinations.....! Alors voilà, les bons envoyés par la CPAM aux patients sont basés sur les supposés facteurs de risques estimés d'après les ordonnances faites dans l'année ( ex vous avez eu un traitement par corticoide inhalé ou par broncho-dilatateurs , vous êtes considérés comme possiblement asthmatique et donc porteur d'un facteur de risque .....) .
  • Il y a cependant un facteur de risque ( pourtant important ) qui ne transparait pas sur les ordonnances et dont seuls les médecins qui suivent les patients peuvent être informés , c'est l'OBESITE et là , les patients souffrant d'obésité sans autre facteur de risque n'auront le bon de vaccination que tardivement ... Un exemple de bonne gestion de la pandémie n'est-ce-pas? Si les médecins de famille avaient pu dès le début , prendre part au plan contre la pandémie , la gestion n'aurait peut être pas été si foireuse...
Pour tous ceux ( et ils sont nombreux ) qui se posent un certain de nombre de questions il est indispensable de lire ce site très complet sur ce sujet , écrit par le Dr Dominique Dupagne ( prenez votre temps, l'article en question est long mais tellement intéressant et informatif ) et prenez votre décision sur la vaccination contre la grippe A en ayant toutes les informations http://www.atoute.org/n/article134.html:
A noter également à propos de l'utilisation du gel hydroalcoolique :
  1. -Déjà, avant d'en acheter, mieux vaut vérifier si l'on veut se protéger du virus H1N1, la composition et les propriétés : une bonne partie est bactéricide et fongicide mais non virucide .... ( donc inutile cotre H1N1) ...
  2. -L'utilisation régulière de gel hydroalcoolique risque d'entraîner une résistance des bactéries qui va nous poser des problèmes supplémentaires par la suite.
  3. -Les particuliers consommant des gels en grande quantité, les laboratoires n'arrivent même plus à fournir les hôpitaux qui eux, en ont réellement besoin.
  4. -L'eau et le savon, rien de tel pour se laver les mains dans la plupart des cas.. Le gel hydroalcoolique , en plus, ne lave pas , il désinfecte...
Toutes ces informations, il ne faut pas hésiter à les partager et surtout réfléchir en gardant raison et clairvoyance..

27 octobre Pré-retraite amiante: l’Andeva dénonce un projet de décret

Pré-retraite amiante: l’Andeva dénonce un projet de décret
  • Dans un communiqué du 15 octobre, l’Association de défense des victimes de l’amiante (Andeva) dénonce un projet de décret qui pourrait entraîner, selon elle, une baisse du montant de l’allocation de cessation anticipée des travailleurs de l’amiante.
  • Le décret qui doit être soumis début novembre à la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) prévoit d’imposer un nouveau mode de calcul de l’allocation excluant du salaire de référence certaines rémunérations comme les indemnités de congés payés, les RTT ou les primes. Certaines caisses régionales d’assurance maladie (Cram) qui avaient déjà utilisé arbitrairement ce mode de calcul ont été déboutées par des cours d’appel administratives, dans un jugement confirmé par la Cour de cassation en décembre 2007.
  • En officialisant ce mode de calcul, le ministère du travail veut «forcer la main des juges», estime l’Andeva, qui demande le retrait immédiat du projet de décret. Elle rappelle que l’allocation -qui vise à réparer le préjudice d’une perte d’espérance de vie- n’est égale qu’à 65% du salaire brut.
Le communiqué de l' ANDEVA

23 octobre Etude sur le bio à la cantine dans les ville moyennes : le surcoût a bon dos

Etude sur le bio à la cantine dans les ville moyennes : le surcoût a bon dos
  • La Fédération des Maires des Villes Moyennes a commandité une étude pour confronter ses membres aux exigences du Grenelle de l'Environnement qui prévoit l'introduction de 20% de produits bio dans les cantines publiques d'ici 2012.

Les objectifs de l'étude sont les suivants

  • "La FMVM a souhaité interroger les villes moyennes et leurs intercommunalités sur la faisabilité de cet objectif (i.e introduire 20% de produits bio dans les cantines en 2012), et au delà, évaluer les éventuelles difficultés rencontrées par les villes moyennes et leurs points de vue sur les futurs enjeux pour la restauration scolaire."

  • Cette étude a été conduite avec (par?) Sodexo, entreprise de restauration collective. Or on apprend dans le rapport que 55% des communes qui ont répondu à l'enquête gèrent leur cantine en direct.

Prix de revient du repas

  • En moyenne le prix de revient du repas est de 6,5€ (dont 36% seulement reste à la charge des familles) et il se décompose comme suit : 32% pour l'achat des denrées alimentaires, 50% pour les frais de personnels et 18% pour les frais divers. Nous retiendrons ici que les denrées alimentaires ne représentent qu'un tiers du coût total du repas. Nous y reviendrons plus tard.

Origine des produits servis dans les cantines

  • 58% des denrées servies sont d'origine nationale (42%) ou internationale (16%). Seul 20% des produits achetées sont d'origine départementale. On peut constater que l'origine des denrées n'était pas une préoccupation des communes jusqu'à présent. Cela change semble-t-il quand on aborde la question du bio car soudainement la proximité de l'approvisionnement devient prioritaire.

Les pertes alimentaires

  • Les villes sont très sensibles au "gâchis" généré par les cantines (essentiellement les légumes): entre 10% et 30% des aliments. Notons ici quelques pistes explorées par certaines communes pour diminuer ces déchets.

  • "Environ un quart des villes tentent de réduire les quantités (notamment sur les viandes) pour diminuer les pertes et les adapter au mieux à la consommation réelle des enfants."

  • "Certaines villes disent récupérer les fruits ou le pain non consommés, en respectant les normes d’hygiène, pour les resservir au goûter et ainsi limiter le gâchis."

  • Certaines villes osent ainsi transgresser les recommandations du Groupe d'Etude des Marchés Restauration Collective et Nutrition (GEMRCN) (qui contrairement à ce que prétend l'étude ne s'imposent pas légalement aux communes) qui préconisent un grammage minimum dans les assiettes. En effet pourquoi à tout prix charger les plateaux des enfants si l'on sait que de toute façon les denrées ne seront pas consommées. Mieux vaudrait servir moins mais mieux et s'assurer que ce que l'on sert aux enfants sera effectivement consommé.

Le Bio à la cantine

  • 8% des communes interrogées servent plus de 20% de produits bio et 22% n'en servent pas du tout.

  • Ce sont les fruits, les légumes et le pain qui sont les plus servis en bio. Les villes sont très majoritairement en faveur du bio et 25% d'entre elles estiment que l'objectif de 20% de produits bio à l'horizon 2012 est atteignable.

  • Les villes favorables au bio mettent en avant l'aspect éducatif (devant les aspects nutritionnels ou sanitaires) quand elles introduisent le bio dans les cantines.

Comment compenser le surcoût lié au bio?

  • L'étude met (évidemment) en avant le surcoût (variable de 10% à 45%) du bio. Arrêtons-nous un instant sur ces chiffres. Tout d'abord le surcoût porte uniquement sur le prix des denrées bio. Or nous l'avons vu plus haut les produits bio ne représentent (dans le meilleur des cas) que 20% des denrées utilisées dans les menus. De plus les denrées ne représentent qu'un tiers du coût du repas.

  • Admettons un surcoût de 30% des denrées bio : cela équivaut à une hausse de 6% du coût global des denrées (30% sur 20% de produits bio). Les denrées représentant 32% du coût global du repas, le surcoût des denrées bio ramené au prix du repas n'est plus que de 2%.

La question du surcoût du bio est donc bien politique et dépend de la façon dont on présente les choses.

  • Introduire le bio dans les menus remet en cause les circuits habituels d'approvisionnement que ce soit pour les SRC (sociétés de restauration collective) ou les communes qui gèrent les cantines régie directe. Donc toutes les raisons sont bonnes pour freiner son introduction. L'argument financier agité devant les parents d'élèves et les contribuables est donc dans ce cas bien pratique pour justifier une introduction du bio à la cantine de façon homéopathique. Heureusement l'exemple de Saint-Etienne nous montre qu'avec une volonté politique forte les contraintes financières sont balayées. En effet cette commune a introduit à la rentrée 2009, 50% de produits bio dans ses cantines sans hausse du prix du repas pour les familles.

En savoir plus

Référence

Restauration scolaire et villes moyennes - Résultats de l’enquête menée par la FMVM en juin et juillet 2009

22 octobre Fabrice Nicolino : ''Tant qu’il y aura des abattoirs, il y aura des champs de bataille''

Fabrice Nicolino : ''Tant qu’il y aura des abattoirs, il y aura des champs de bataille''
Agnès Rousseaux Basta! (France) Le 16-10-2009 Inquiétante pour la santé humaine, menaçante pour la diversité des espèces, dangereuse pour le climat, l’industrie de la viande a échoué à résoudre le problème de la faim. C’est ce que démontre le journaliste Fabrice Nicolino dans un essai intitulé Bidoche. Il aurait très bien pu s’intituler ''barbaque'' ou ''charogne''... Les Français mangent en moyenne, chaque année, 92 kg de chair fraîche, congelée ou stérilisée, une carne produite presque exclusivement par l’industrie. Autant dire que les questions soulevées par cette antithèse d’un livre de cuisine nous concernent tous, en tant que consommateurs et citoyens. Attention, l’interview qui suit peut pousser à devenir végétarien. . L'interview de Fabrice Nicolino

19 octobre Total invente la destruction durable/Greenpeace

Total invente la destruction durable / Greenpeace Total investit dans l'extraction des sables bitumineux, une catastrophe écologique et un non-sens à l'heure où la lutte contre les changements climatiques est plus que jamais d'actualité ! En savoir plus sur les sables bitumineux >

18 octobre Bike and Run au bois de Verrières ce dimanche

Bike and Run au bois de Verrières cet après-midi ( 18 octobre) avec les amis de SVPlanète
  • Didier et Sandrine les présidents de SVPlanète nous ont organisé un Bike and Run convivial dans le bois de Verrières ce dimanche. Nous étions une quinzaine d'adultes et 4 enfants à braver le froid pour participer à cette "épreuve" de 6kms . Des duos hommes/femmes , l'un en vélo et l'autre courant ( avec échanges possibles en cours de route) ont parcouru les chemins et routes du bois de Verrières..
  • Le but étant de minimiser notre impact environnemental , pour se rendre sur le lieu du départ ( carrefour de l'obélisque), le covoiturage était de mise et pour certains, le mode de locomotion fut le vélo ( histoire de s'échauffer !) ..
  • L'objectif , comme à chaque Ecogame, n'est pas la compétition mais le plaisir partagé au milieu de la nature.. Le cycliste et le coureur doivent rester ensemble et arriver ensemble.
Didier nous expliquant le parcours.. Christelle très concentrée...
  • Rodrigue et sabine ont terminés les premiers suivis de Didier et Sandrine.. Momo et Louisa ont trouvé le moyen de se tromper dans le parcours ! Audrey et Alban malgré un repas de pré-course bien lourd et arrosé , ont fini avec le sourire. Isabelle , la marathonienne a couru tellement vite que son partenaire Christophe a failli geler en vélo!
Quant à moi, associée au début à Toto et sa fille Angélique ( en vélo) , a fini avec la seule Angélique ( 6 ans) , son père ayant prétexté la crevaison de son autre fille Jojo ( 4 ans) pour retourner en arrière ...Virginie, Christophe n°3 et Christelle, lâchés par leurs enfants , ont terminé ensemble..Christophe n°4 assurait la récupération des enfants , Léa (6ans), Hugo (4ans) et Jojo ( 4ans) en portant sur ses épaules le vélo crevé de Jojo....Une aventure !! Mireille et Aurélie ont assuré les photos d'arrivée et l'accueil..
Merci Aurélie pour la logistique!
Après l'effort , le réconfort : Un goûter pantagruelique ..... chacun a amené gâteaux et jus de fruits .. de quoi récupérer... après avoir affronter le froid et le soleil!
L'évenement est retranscrit sur: http://www.svplanete.blogspot.com

Des dizaines de kilos de plutonium perdus à Cadarache !

Des dizaines de kilos de plutonium perdus à Cadarache !
  • Greenpeace France

  • Plusieurs dizaines de kilos de plutonium ont été perdus sur un site du Commissariat à l’Energie Atomique de Cadarache. L’Autorité de Sûreté Nucléaire vient d’ordonner l’arrêt des opérations de démantèlement en cours sur ce site, estimant que «la situation présente un risque grave et imminent ». Greenpeace dénonce l’une des situations les plus graves et les plus critiques que l’on ait pu rencontrer dans une installation nucléaire depuis longtemps.
  • Que s’est-il passé exactement à Cadarache ? Le Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) y démantèle actuellement une usine de fabrication de combustible Mox, un mélange d’uranium appauvri et de plutonium. Le 6 octobre, elle informe l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) qu’elle a découvert l’existence de plusieurs dizaines de kilos de plutonium perdus dans l’usine. En réalité, le CEA Cadarache est au courant depuis le mois de juin, mais a attendu plusieurs mois avant de prévenir l’ASN !
  • Mercredi 14 octobre, celle-ci exige l’arrêt des opérations de démantèlement de l’usine. Elle affirme que « la situation présente un risque grave et imminent » et qu’Areva, qui exploite ce site, «n’est pas en mesure de démontrer l’exactitude des inventaires comptables de matières fissiles présentes ». L’ASN estime que la quantité totale de plutonium en question pourrait s’élever à près de 40 kilos !
  • Pour Greenpace, cela signifie qu’Areva et le CEA reconnaissent leur incapacité à gérer leur plutonium qu’ils laissent traîner par kilos. Rappelons que quelques microgrammes suffisent à déclencher un cancer mortel des poumons ou des voies respiratoires et que 7à8kg de plutonium permettent de confectionner une bombe nucléaire de la puissance de celle utilisée à Nagasaki en 1945, trois jours après Hiroshima. Comment est-il imaginable que l’on découvre dans un vieil atelier de quoi fabriquer environ cinq bombes nucléaires?
  • «Nous estimons que la découverte, à Cadarache, de plusieurs kilos de plutonium ayant échappé à tout inventaire constitue une des situations les plus graves et les plus critiques que l’on ait pu rencontrer dans une installation nucléaire depuis longtemps. C’est tout simplement hallucinant », déclare Yannick Rousselet, responsable de la campagne Énergie/Nucléaire à Greenpeace France.

Après les révélations sur l’uranium de retraitement abandonné en Russie, ce nouveau scandale montre l’urgence à abandonner le nucléaire. Il représente une menace pour l’humanité. Nous le répétons depuis près de quarante ans. Qu’attend l’Etat français pour en prendre acte ?

11 octobre 150 000 poussins hachés vivants chaque jour dans une usine

150 000 poussins hachés vivants chaque jour dans une usine
  • Une association américaine de défense des droits des animaux dénonce dans une vidéo le traitement réservé aux poussins mâles dans la plus grande usine de poules pondeuses des Etats-Unis : les poussins mâles, incapables de pondre donc improductifs, sont hachés vivants au rythme de 150 000 par jour... Un cauchemar industriel pour le vivant.
  • Jetés, abandonnés, mutilés et broyés comme de simples pommes de terre, voici le sort qui est réservé aux poussins qui ont la malchance de naître en tant que mâle... Il ne s'agit pas ici d'un mauvais film d'horreur mais d'une réalité industrielle où des machines fonctionnent en permanence pour détruire 150 000 poussins par jour, 30 millions par an...
  • C'est dans la plus grande usine mondiale de poules pondeuses, l'usine de Hy-Line International à Spencer dans l'Iowa que l'association Mercy For Animals a révélé ce carnage. Grâce à une caméra cachée, l'association a mené l'enquête et filmé un aperçu de la réalité industrielle des écloseries modernes.
  • Comme les poussins mâles ne pourront jamais pondre et que leur croissance est trop lente pour en tirer de la viande, ils naissent et meurent le même jour, hachés vivants dans une machine.
  • Dans un premier temps, les poussins sont triés par des ouvriers en fonction de leur sexe, manipulés et jetés comme des objets. Puis, ballotés par un convoyeur, ils sont précipités dans un broyeur à haute pression pour finir en chair sanguinolente...
  • Le sort réservé aux femelles n'est guère plus enviable. Pour elles, c'est le début d'une vie de cruauté et de confinement. Pour commencer, la tête des poussins est maintenue fermement par une machine qui découpe au laser le bout de leur bec, bien sensible. L'ébecquage est une pratique courante qui vise à prévenir les coups de bec que ces futures poules pourraient se donner dans une atmosphère confinée et restreinte où rien ne peut être picoré, où aucun contact avec le sol n'existe...
  • Enfin, par boîtes de 100, les poussins sont transportés par camion et expédiés dans tout le pays vers différents exploitants.
  • Selon l'association américaine, ces pratiques ne sont pas isolées et même tout à fait courantes dans l'industrie des poules pondeuses, loin des images rassurantes que les consommateurs voient sur les boîtes d'oeufs qu'ils achètent. C'est pourquoi, Mercy For Animals réclame que les 50 plus importantes chaînes de supermarchés du pays impriment sur les boîtes d'oeufs un avis prévenant "que les poussins mâles sont hachés vivants par l'industrie de la production d'oeufs". Elle invite aussi les consommateurs "à mettre leurs principes moraux sur la table en choisissant la compassion plutôt que la cruauté et en adoptant un régime végétalien, respectueux des animaux".
  • Le groupe Hy-Line International qui se dit "leader dans l’industrie de reproduction de volaille grâce au développement continu de la génétique et à sa production mondiale d'excellente qualité" aurait reconnu que la vidéo filmée fin mai-début juin "semble montrer des pratiques inappropriées contrevenant à la politique de bien-être des animaux" établie par le groupe, rapporte NouvelObs.com dans son article. "Nous avons lancé une enquête immédiatement quoiqu'il eût été préférable que nous soyons informés de ces possibles violations au moment où elles ont eu lieu", a indiqué un porte-parole, Tom Jorgensen.
  • "Après notre enquête, s'il est établi que notre code éthique a été enfreint, l'employé ou les employés concernés seront punis, voire renvoyés", indique la compagnie, forte de sept usines aux Etats-Unis et qui affirme disposer du plus grand stock de poules pondeuses au monde. Espérons qu'ils n'oublient pas de licencier leurs machines infernales...
  • La preuve par l'image

Attention : le visionnage de cette vidéo peut être difficilement soutenable

Et en France ?

  • Si nos poussins mâles ne semblent pas voués à ce destin cruel, rappelons que "la France est le premier producteur d'œufs en Europe avec 14 milliards d'oeufs produits par 43 millions de poules (dont 36 millions élevées en batterie), par an. 75% des 300 millions de poules élevées dans l'Union Européenne sont maintenues en batteries de cages, et vivent sur une surface grillagée de 550 cm2, soit moins de la surface d'une feuille de papier. De nombreuses études scientifiques ont montré que ces cages contreviennent gravement au bien-être des oiseaux. S'appuyant sur cette importante expertise vétérinaire, l'Union Européenne a voté leur interdiction en 1999. L'interdiction entrera en vigueur dans les 27 pays de l'Union en 2012, au terme d'un délai de 13 ans laissé aux producteurs pour adapter leurs installations." (Protection mondiale des animaux de ferme)
  • Enfin, il est tout à fait possible de connaître la provenance des oeufs que nous achetons, en se référant au chiffre qui est imprimé sur leurs coquilles. Les oeufs de poules élevées en batterie sont marqués du code 3 sur la coquille, à éviter donc. Il faut plutôt privilégier les oeufs issus de poules élevées en plein air (plein air, label rouge) dont le code est 1 ou 0 (pour le bio) sur l'oeuf.

dimanche 29 novembre 2009

Les solvants, nocifs pour la femme enceinte et l’enfant

Les solvants, nocifs pour la femme enceinte et l’enfant
  • Un article du Journal de l' Environnement de S. Casalonga
  • Une étude menée par des chercheurs de l’Inserm (1) apporte une nouvelle preuve du rôle nocif des solvants pour les femmes enceintes et leur enfant.
  • Conduite chez plus de 3.000 femmes enceintes suivies entre 2002 et 2005, elle montre que le risque de malformations congénitales chez l’enfant, suite à l’exposition professionnelle de leur mère aux solvants, est multiplié par 2,5 par rapport à des femmes non exposées [la fréquence de ces malformations est de 2 à 3% en population générale]. La part des participantes ayant une exposition professionnelle régulière aux solvants a été évaluée entre 21 et 30%. Les métiers les plus concernés étaient les coiffeuses, aides soignantes, infirmières, chimistes et biologistes. Les résultats ont montré une relation dose-dépendante entre la fréquence de l’exposition au début de la grossesse et l’apparition de malformations.
  • Les auteurs conseillent de réaliser une évaluation du risque auprès des médecins du travail en début de grossesse pour les femmes exposées et d’effectuer le cas échéant un changement de poste. Les solvants présents dans divers produits (peintures, vernis, produits d’entretien et produits cosmétiques) sont utilisés dans de nombreux secteurs.
  • (1) «Maternal occupational exposure to solvents and congenital malformations: a prospective study in the general population» Garlantézec et al., Occupational and Environmental Medicine, vol.66 p.456-463 (2009)

Conférence sur le climat à Copenhague

15 ème conférence de l' ONU sur les changements climatiques à Copenhague en décembre
  • Le sommet de Copenhague est un enjeu majeur. Un accord mondial et des objectifs pour la réduction des émissions des gaz à effets de serre ( GES) est nécessaire pour l'après 2012 ( date d'expiration du Protocole de Kyoto)
  • 192 pays signataires devront se fixer pour ligne de conduite de faire en sorte que la température de la Terre n'augmente pas de plus de 2°C / an mais cela ne sera pas suffisant.....
  • Les pays du sud sont beaucoup plus préoccupés par le changement climatique et sont prêts à participer à l'effort commun que les pays du Nord , qui sont pourtant les plus grands émetteurs de GES.
  • Pour le moment l' Europe et le Japon semblent être les leaders dans ce combat contre le réchauffement climatique.. Les USA malheureusement ne sont pas prêts à porter le fardeau. Les lobbys pétroliers ont une influence néfaste , mettant même en doute la réalité du changement climatique; ils en sont encore à voir le court terme...
  • Les citoyens doivent faire pression sur les gourvernants afin que ce somme de Copenhague ne soit pas un échec
http://www.copenhague-2009.com/
  • Changement climatique : parlons clair !

  • La conférence de Copenhague s’annonce sous de très mauvais augures. Si les propositions ne manquent pas, les questions de financement et de partage équitable du fardeau sont éludées. Certains en sont déjà à proposer de renvoyer à la conférence de Mexico, en 2010, le soin de finaliser un accord.
  • L'interview de Corinne Lepage, députée européen, vice-présidente du Mouvement Démocrate et présidente de Cap21
http://www.actu-environnement.com/ae/news/conference_climat_8440.php4

Coca Cola pille l'eau potable des paysans...ex en Inde

Coca Cola pille l'eau potable des paysans...ex en Inde
  • Coca Cola , une boisson inutile, contre une boisson vitale , l' eau....
  • Synopsis : COCA COLA vole l´eau et polue les champs en INDE à Mehangindini, dans le Nord de l’Inde, à 11 kilomètres de la ville sacrée de Varanasi. C’est ici que s’est installée Coca-Cola, l’une des plus grandes usines de soft-drinks du continent indien. Pendant la saison sèche, lorsque l’usine tourne à plein régime, 600 bouteilles de 0,3 litres de coca sont remplies à la minute. Cette seule usine consomme un demi milliard de litres d‘eau potable par an, dans une région où la température peut atteindre 47° à l’ombre

27 septembre Le chlordécone entraîne une interdiction partielle de la pêche en Martinique

Le chlordécone entraîne une interdiction partielle de la pêche en Martinique

  • LE MONDE | 25.09.09
  • Plus de quinze années après son interdiction sur l'île de la Martinique, le chlordécone continue d'y faire des ravages. Mardi 22 septembre, un arrêté préfectoral a interdit "la pêche sous toutes ses formes" dans les rivières martiniquaises. "La pêche et la commercialisation en vue de la consommation humaine" de certaines espèces sont également interdites - par un autre arrêté - dans plusieurs baies semi-fermées, situées en aval de bassins versants contaminés par le chlordécone.
  • Les autorités préfectorales ont justifié cette mesure par la nécessité de "prévenir les effets sur la santé liés à une exposition aiguë ou chronique résultant d'une consommation de produits de la pêche potentiellement contaminés".
  • Les dernières analyses effectuées ont abouti à la conclusion que certains poissons et crustacés présentaient une teneur en chlordécone dépassant largement les normes sanitaires fixées. Sur quarante sites examinés, 96 % des échantillons prélevés étaient contaminés. Plus de deux tiers présentaient une concentration proche de 50 microgrammes (µg) de chlordécone par kilo, alors que l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) recommande que, pour les produits frais, cette concentration ne dépasse pas 20 µg par kilo.
  • Les fonds marins vaseux et sableux constituent un vecteur important de pollution au chlordécone. Les langoustes blanches et brésiliennes, les crevettes, les crabes de mer, le tilapia et le thazard franc, un poisson apparenté au maquereau, sont quelques-unes des espèces concernées par ces mesures.
  • Thierry Touzet, directeur des services vétérinaires de la Martinique, recommande aux consommateurs de ne pas acheter ces produits n'importe où : "Il vaut mieux acheter les poissons dans des points de débarquement parfaitement identifiés par des professionnels de la pêche. Ce qui donne la garantie que les produits mis sur le marché ne proviennent pas des zones interdites."
  • Les deux arrêtés préfectoraux interdisant la pêche dans les rivières et plusieurs baies de l'île ont été reçus par les marins pêcheurs comme des coups de massue assénés à un secteur déjà en grande difficulté. Les professionnels jugent inadmissible de devoir payer pour les pollueurs. Ils craignent aussi que les consommateurs délaissent les étals. Toutes ces mesures de précaution sont en vigueur jusqu'à ce que l'Afssa se prononce sur la question, probablement fin novembre.
  • Utilisé aux Antilles dans les plantations de bananes jusqu'à son interdiction, en 1993, le chlordécone, un pesticide polluant difficilement dégradable, se retrouve durablement dans les sols ou encore dans les sédiments des rivières.
  • En 2002, malgré les mesures prises, la direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes avait encore découvert d'importantes quantités de chlordécone dans une cargaison d'une tonne et demie de patates douces arrivée à Dunkerque (Nord) en provenance de Martinique. Il avait cependant fallu attendre mars 2003 pour que le préfet de région de l'époque prenne un arrêté imposant l'analyse obligatoire des sols avant toute mise en culture de légumes à racines et interdisant la vente de denrées contenant du chlordécone.
Hervé Brival

18 septembre Le cirque Muller continue à faire du bruit......

Le cirque Muller continue à faire du bruit....
  • Le cirque a quitté Clamart mardi 15 ... L'affaire paraît terminée.. Cependant, j'ai été contactée par un journaliste d'Europe 1 avec qui je suis allée hier voir si le cirque était déjà installé au bois de Boulogne à la fête du Bois ( anciennement fête à Neu-Neu)... Pas de chance , il semblerait qu' il n'arrive que mardi prochain pour une 1ère représentation mercredi 23 d'après les dires des forains présents sur place. J'ai pu donné hier une interview pour Europe 1 sur le cirque ...
  • Du coup, j'ai eu quelques informations supplémentaires sur ce cirque : il est domicilié dans le Loiret ( et c'est sans doute là qu'il est reparti avant la fête du bois). Par ailleurs, le directeur de la SPA , qui a subi les menaces de mort , a pu témoigner auprès du journaliste de la façon dont s'est comportée la direction du cirque lors de leur installation illégale à Genevilliers ( rappelons qu'ils se sont même branchés sur l'électricité de la SPA )... La convocation au tribunal a semble-t- il été aussi folko....
  • La mairie de Paris a été contactée pour connaître leur avis sur leur autorisation d'installation du cirque ....Hier après midi , le service presse de la mairie n'avait pas donné de réponse.......
  • En tous état de cause, cette affaire intéresse les médias et un reportage est passé mercredi 23 septembre matin sur Europe 1.....
Le reportage ( très court ) et peu contributif à vrai dire , sur Europe 1=>
cirque_128.mp3

16 septembre : Départ du cirque Muller de Clamart

Le cirque Muller quitte Clamart ... Alors qu' il devait rester jusqu'au Dimanche 20 septembre , le cirque Muller a plié bagages .... Qu' a bien plus les faire fuir? -Ils ont fui devant le nombre de plaintes ? -Ils ont pensé que les spectateurs viendraient moins nombreux après toutes ses informations divulguées?
  • Des plaintes , il y en a eu : les parents des 2 enfants blessés , et moi-même , j'ai déposé plainte contre le directeur du cirque pour menaces de violence à mon encontre.. Un collectionneur de plaintes semble-t- il...
  • Le Parisien note que le cirque est forcé à partir suite à l'arrêté d'expulsion de l'ONF et à l'arrêté du maire de Clamart : On joue sur les mots ! Car enfin, Dimanche , malgré l'arrêté du maire notifiant la fermeture du cirque, celui-ci faisait spectacle et arrachait les arrêtés placardés , niant même leur existence devant moi......Je ne pense donc pas que ce soit l'arrêté qui les ait fait fuir .....Il leur en faut plus. Le maire ferme le cirque par arrêté : oui mais ils ont 2 mois pour faire appel ; le maire fait partir le cirque , alors là , je dis non...S'ils sont partis , c'est que leur maintien sur place ne leur était plus rentable ou était trop difficile à gérer , il ne faut pas se leurrer. A Genevilliers, en mai, malgré les plaintes de la SPA pour menaces de mort et pour détournement d'électricité , ils avaient même prolonger leur séjour...
  • Sur l'action municipale, j'avoue avoir quelques questions : le cirque s'est installé le 31 août et la commission de sécurité n'est passé que le 11 septembre, date ensuite de l'arrêté....Il a donc fallu attendre un premier blessé ... Y aurait-il eu des pressions ?
  • L'affaire , en tous cas, intéresse les médias : un journaliste d'Europe 1 m'a contacté pour avoir quelques détails. Il m'a d'ailleurs appris que pour ce qui est de l'installation du cirque dans le bois de Boulogne, ils sont tranquilles , ils ont été invités par les forains de la fête à Neu-Neu ! Mais ont - ils l'autorisation de la Mairie de Paris?
  • En tous cas, le voilà reparti, les animaux enfermés dans leurs camions-prisons pour leur prochaine étape dans le Bois de Boulogne pour se mêler à la fête à Neu-Neu . Les problèmes se déplacent avec eux jusqu' à quand? Cela dure déjà depuis des années...
Affaire à suivre ...

15 septembre Cirque Muller : le spectacle est parfois en dehors du chapiteau...: notre action..

Cirque Muller : dimanche après-midi notre action d'information..agitée...
  • Après avoir pris photos, informé sur internet, exploré ce cirque indigne , j'ai pris l'initiative d'organiser de façon improvisée une manifestation pour informer les personnes venant voir le spectacle de 16h et distribuer des tracts " contre les animaux dans les cirques" téléchargés sur le site de la SPA ( voir sur le site : http://www.spa.asso.fr/174-contre-le-cirque.htm . Une pétition est actuellement en cours à télécharger sur le même site de la SPA. Il faut connaitre les conditions de détention de ces animaux ( vie en cage de façon permanente, les jeunes animaux séparés de leur mère à cause des troubles de comportement, dressage le plus souvent par la peur et la contrainte, les animaux trop âgés pour être rentables pour le spectacles vendus vifs ou morts soit pour des tir en boite, de la taxidermie, de l'utilisation de la peau, dents,..).
  • Malgré mes appels, nous n'étions que 2 pour agir : 2 femmes, 2 Isabelle! Installées à 500m du cirque sur la voie publique dans le bois, nous avons interpellé les passants leur expliquant les risques au niveau sécurité vis à vis d'eux et surtout de leurs enfants , les conditions d'installation de ce cirque, l'arrêté du maire ( vu qu'il avait été arraché ) et les conditions de vie des animaux dans ce genre de cirque... Ce qui a fortement la direction du cirque , voyant arriver les gens avec des tracts et sans doute en en voyant certains , du coup , faire demi-tour et ne pas aller au spectacle..
  • La réaction a été rapide, nous les avons vus débarquer dare-dare ; je vous laisse imaginer la teneur de leur propos.. et leur agressivité verbale... J'ai dû prévenir le commissariat devant les risques éventuels. La police est venue s'interposer et a fait tampon entre nous et le cirque: nous étions dans notre droit, nous n'interdisions pas l'accès , nous ne bloquions pas la voie publique , nous ne faisions qu'informer... Nous avons donc pu continuer sous les réactions , je vous laisse imaginer lesquelles , de 2 hommes du cirque ( dont le directeur que j'avais eu "l'honneur" de rencontrer vendredi) ........A priori la présence de la police ne les intimident pas ......Bref, j'ai décidé après d'aller marquer le coup au commissariat ..J'ai déposé une plainte pour menaces de violence ..A suivre ....
  • Ce cirque , malgré l'arrêté du maire , qui précisant les mauvaises conditions de sécurité notées par la commission municipale de sécurité le 11 septembre ( quand même 11 jours après l'installation du cirque et 3 jours après le 1er incident ( un enfant a été blessé par la corne du jeune taureau qui errait aux alentours) , a persisté et maintenu les spectacles. Mais j'ai appris que , malheureusement, ils avaient 2 mois pour faire appel de l'arrêté et que en attendant , on ne pouvait rien faire ( et vu que le 20 septembre ils partent ailleurs....)
  • Au niveau sécurité, j'ai eu des détails : la seule issue de secours du chapiteau est encombrée et donne sur les poubelles et le bois, la seule voie de secours du camp est la route d'arrivée encombrée par les véhicules du cirque et des spectateurs, des bidons d'essence proches du chapiteau... Je m'inquiète particulièrement du risque d'incendie d'autant que le cirque est installé non loin d'une station essence ( env 50m) .....Et la cuve de la station est commune à la station située de l'autre côté de la route ..... Je vous laisse imaginer ce qu'il pourrait arriver en cas de début de feu....
  • Le cirque est, de plus, bien là , sans aucune autorisation ni de la mairie , ni de l'ONF ,et le Conseil Général n'était même pas au courant de la présence de cirque..
  • Prochaine étape du cirque Muller : la fête à Neu-Neu dans le bois de Boulogne ( appartenant à la mairie de Paris )......
  • L'article sur le blog de Christian Delom:
http://www.christiandelom.fr/?p=282

11 septembre Cirque Muller : du spectacle affligeant malgré un arrêté du maire et des spectateurs sans scrupules..

  • 11 septembre
  • Des nouvelles du cirque Muller :
  • Je suis retournée cet après-midi voir le cirque. Malgré un arrêté du maire datant du jour-même, le cirque est toujours là et un spectacle est en cours ( à priori les gens ne doivent pas savoir lire , il faut croire....) Malheureusement , l'arrêté doit être exécuté par la police municipale et celle-ci ne travaillant pas le week-end , le cirque est tranquille jusqu'à lundi.
  • Prenant des photos que je ne devrais pas prendre à priori , j'ai été prise à partie par le directeur du cirque mr Muller qui m'interdit de prendre des photos ; je lui demande pourquoi, s'il a peur des associations de protection animalière ; sa réponse correspond au personnage : "les assoc, qu'elles viennent, je leur casse la g... et vous , vous vous barrez, je ne veux plus voir ici, j'ai tous les droits " . Un peu provoc, je me permets de lui demander s'il n'a pas déjà une poursuite contre lui à Genevilliers ; réponse: " et bien vous voyez je suis toujours en liberté et j'en ai rien à f.."
  • Tout ça ne m'a pas arrêté et je lui ai dit que de toute façon, les photos j'en avais un certain nombre et qu'elles circulent sur le web. Ce pauvre type m'a menacé de me suivre ... Mais vu la présence de témoins, il en est resté aux paroles ..... Un vrai exemple pour les enfants ....
  • Un hippopotame tournant en rond dans un camion, qu'ils sortent après le spectacle dans un enclos minuscule pour racoler le public mais le directeur se précipite pour fermer le camion quand il me voit photographier ...
J'ai quelques photos furtives un peu plus tard quand ils forcent le pauvre hippo à rentrer dans le camion : Mais voilà, pour voir "Jumbo , l'hippo soit-disant géant.. " les gens sont prêts à ne pas se poser de questions .. Vu le nombre de spectateurs , toute l'éducation au respect des êtres vivants reste à faire.. . Dromadaires attachés autour d'un piquet
  • Pour couronner le tout, au niveau sécurité , ça craint: des bidons d'hydrocarbures près du chapiteau, pas de sortie de secours libre, une seule voie de secours pour les véhicules, des sièges non fixés au sol, des alarmes incendies défectueuses ainsi que l'éclairage... ainsi que j'ai pu le lire sur l'arrêté affiché sur toutes les barrières autour du cirque.
  • La réponse de l'association LFDA ( Ligue Française de Défense du Droit Animal):
  • "Hélas, la réglementation autorise les cirques itinérants à détenir ces animaux sauvages. Toutefois le responsable du cirque doit être titulaire d'un certificat de capacité nominatif l'autorisant à détenir ces animaux et doit pouvoir présenter à tout moment les documents réglementaires concernant chacun des animaux qu'il détient. Si le maire n' a pas donné son autorisation de stationnement, il a le pouvoir de demander le départ immédiat du cirque .Il peut également demander à la Direction départementale des services vétérinaires d'inspecter et de contrôler si ce cirque est conforme à la réglementation en vigueur vis à vis des animaux qu'il détient.
  • Les textes spécifiques applicables sont essentiellement l’article L. 214-1 du code rural, les deux arrêtés du 21 août 1978, et les articles R.* 214-84 à R.* 214-86 du code rural relatif aux spectacles publics et aux jeux. Ces textes concernent la sécurité du public, les dispositions sanitaires, le bien-être des animaux, les conditions de détention, ainsi que l’interdiction notamment de dégriffer les animaux et de les droguer pour un spectacle.
  • Le propriétaire du cirque doit posséder une autorisation d'ouverture (art. L. 413-3 du code de l'environnement); de plus, une ou plusieurs personnes de l'établissement doivent être titulaires du certificat de capacité pour l'entretien des animaux (art. L. 413-2 du code de l'environnement). Les responsables des établissements détenant des animaux d'espèces non domestiques doivent aussi se conformer aux articles R.* 211-1 à R.* 211-11 et R.* 212-1 à R.* 213-22 du code de l'environnement qui fixent les règles générales de fonctionnement et de contrôle des établissements présentant des animaux au public. Ces obligations touchent aussi les montreurs d’ours.
  • Si l'on est témoin d'anomalies :
  • quant à l'état sanitaire des animaux, à leur comportement, à l'espace dont ils disposent,
  • quant à la sécurité du public,
  • quant à la présence d'espèces rares et protégées,
  • quant à l'état et à l'hygiène des cages et des enclos,
  • il faut informer la Direction départementale des Services Vétérinaires ( 215 avenue Georges Clemenceau 92000 Nanterre. tel. 01 55 17 28 28 ddsv92 @agriculture.gouv.fr), le bureau de la faune sauvage auministère chargé de l'écologie( grande Arche Tour pascal A et B 92055 La Défense cedex), ou encore les gardes de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage,soit la gendarmerie soit la police ainsi que le maire de la commune, le Préfet.

Bien cordialement

Le service juridique LFDA"

Le directeur du « Cirque Muller » condamné à 3 mois de prison ferme pour menaces de mort !

Le directeur du « Cirque Muller » condamné à 3 mois de prison ferme pour menaces de mort !

Le directeur du « Cirque Muller » condamné à 3 mois de prison ferme pour menaces de mort ! En mai dernier, le cirque Muller jouait la provocation en s'installant à côté de notre refuge basé à Gennevilliers. Des incidents avaient émaillés le séjour du cirque et des animaux - en mauvais état - à tel point que le responsable du refuge avait déposé plainte pour menaces de mort.

  • A l'issue de l'audience du 21 juillet dernier, le tribunal a condamné le directeur du cirque Muller à 3 mois de prison ferme. Une condamnation accompagnée de 500 € de dommages et intérêts et de 300 € au titre des frais de procédure.

  • « Cette décision est la preuve de la reconnaissance par le tribunal des agissements délictueux dont sont capables certains directeurs de cirques. Une fois de plus, un cirque enfreint la loi. Une fois de plus, les associations de protection animale et les protecteurs d'animaux sont victimes de débordements de la part de quelques cirques, c'est déjà trop et nous ne l'accepterons jamais. Le gouvernement français a une responsabilité. Nous voyons trop de cirques détenir des animaux dans des camions-cages de quelques mètres carrés, souvent privés d'eau... La SPA a le devoir de continuer à dénoncer haut et fort la maltraitance envers les animaux où qu'elle s'exerce (abattoirs, corridas, etc...) y compris dans les cirques itinérants » déclare Virginie POCQ SAINT-JEAN, Présidente Nationale de la SPA.

Contact Presse :

Nicolas BISCAYE

Responsable Communication

Société Protectrice des Animaux

Tel : 01 43 80 99 22

Port : 06 84 64 87 51

CIRQUE MULLER à Clamart : la suite ....en septembre 2009

LE CIRQUE MULLER à CLAMART: La SUITE ... Voici le mail reçu de l'association "POUR DES CIRQUES SANS ANIMAUX" : les propriétaires du cirque qui disent avoir une autorisation ont en fait produit un faux , l'ONF n'a JAMAIS DONNE CETTE AUTORISATION !!
  • "Nous tenons tout d'abord à vous remercier de votre démarche. Nous avons en effet ouvert un dossier dès l'arrivée du cirque fin août. Ni l'ONF, ni la mairie n'a accordé l'autorisation au cirque de s'installer. Les animaux sont détenus dans des conditions inadaptées mais il n'existe pas de normes (contrairement aux zoos, ce qui n'empêche pas pour autant la souffrance).
  • A votre niveau, en terme d'actions possibles, vous pouvez :
- faire circuler une pétition à Clamart, encourageant le maire à signer un arr^été municipal interdisant l'accueil de cirques animaliers.
- distribuer des tracts à la sortie des écoles primaires sensibilisant les parents sur le sort réservé au animaux dans les cirques. Des tracts sont édités par la SPA ainsi que la Fondation Brigitte Bardot, entre autres. Vous pouvez en retirer sur place en faisant un don libre. Autrement, des tracts téléchargeables sont également disponibles sur le net.
- leur affichage étant illégal, vous avez la possibilité de retirer leur publicité (même si, pour le cas de Clamart, les services de la mairie sont déjà à l'oeuvre).
  • Sachant que ce cirque partira normalement le 20 septembre pour se diriger ensuite vers le Bois de Boulogne (fête à Neuneu, porte de la Muette), vous pourrez procéder de la même sorte, en anticipant."

Cirque Muller à Clamart : Tigres, lions, hippo emprisonnés..

Cirque MULLER à Clamart : Tigres, lions, hippopotames emprisonnés dans des conditions inacceptables- récapitulatif de septembre 2009
  • Une nouvelle prison animalière s'est installée dans le bois de Clamart : le Cirque Muller est arrivé il y a quelques jours avec ses tigres et ses lions emprisonnés dans des cages leur permettant suprême luxe , de tourner en rond..; son hippopotame baignant dans un bassin dans un camion , un chameau, des dromadaires, chevaux enchaînés tournant autour des arbres.....Des images découvertes lors d'un jogging en forêt qui m'ont révulsée...
  • Le cirque s'est installé sans autorisation de la municipalité dans le bois ( carrefour de la Pierre aux Moines) exhibant une autorisation de l' ONF.. La municipalité , surprise , dû fermer l'accès au stade de la Plaine, le cirque ayant l'intention d'y installer son chapiteau.
  • Ce cirque n'en est pas à son coup d'essai puisque , à Genevilliers , il s'était installé sur un parking de supermarché sans autorisation. Viré de Genevilliers , la SPA ayant semble-t-il fait enquête, le voilà , débarquant à Clamart avec ses camions et voitures rutilantes ... Pourquoi se gêner?
  • La police municipale y passe tous les jours sans pouvoir agir. La municipalité faisant pression pour le faire partir ( le maire refuse l'installation de cirque sur la commune) , il semblerait que des menaces venant des dirigeants du cirque aient été proférées à l'encontre de la municipalité : du genre," on va faire venir nos amis gens de voyage foutre le b...à Clamart si vous ne nous laissez pas tranquilles ".. Inacceptable !!! Comment l' ONF a pu donner cette autorisation? Comment est-il possible que la préfecture n'ait pas prévenu la mairie ??
  • Déjà un enfant blessé par la corne d'un animal qui a dû être suturé, les parents ont porté plainte ..... Une ambiance conviviale ! Mais cela semble habituel , les dirigeants ayant déjà eu affaire plusieurs fois à la justice..
  • Histoire d'en rajouter, en passant j'ai humé la délicate odeur de vernis et peinture à 50m ... Je découvre un ouvrier oeuvrant sur un camion avec un pistolet à vernis SANS MASQUE.. Je me permets donc de lui faire remarquer qu'il devrait porter un masque , les produits utilisés étant dangereux , irritants: "oh, mais j'ai l'habitude" qu'il me dit " et puis, on est en plein air. " Vu l'odeur et la gène respiratoire que j'ai ressenti, j'imagine l'état de ses poumons............
  • C'est dans ce lieu "paradisiaque" pour les animaux et les humains que certains d'entre vous allez amener vos enfants......Vous qui montrerez le spectacle à vos chérubins, n'oubliez pas de leur montrer les coulisses , de leur expliquer d'où viennent ses animaux , dans quelles conditions ils vivent...Des tigres et des lions enlevés de leur pays d'origine , généralement lorsqu'ils sont petits après avoir tué leurs parents; des espèces protégées qui , libres, courent la savane et la forêt.... Un hippo arraché d' Afrique, là où il vit dans des marais immenses et qui se retrouve à vivre dans l'équivalent d'une baignoire dans un camion..... Les bêtes ne sortent que pour le spectacle . Qu'êtes vous prêts à accepter pour un plaisir éphémère ? Notre plaisir égoîste vaut-t-il le sacrifice d'autres êtres vivants? Accepteriez - vous de voir des humains en cage si cela fait partie du spectacle ? La plupart des spectateurs ( et il semble qu'ils soient nombreux aux représentations ) préfèrent ne voir que les paillettes sans se poser de questions, surtout gardons les oeillères...Mais le spectacle n'est pas complet si les enfants ne connaissent pas l'envers du décor .....
  • J'ai envoyé un mail à la SPA , et je compte bien prévenir d'autres associations.. Les dirigeants de ce cirque ne devraient plus avoir le droit de se produire, les animaux devraient être confisqués et remis à des zoos ou parcs ( impossible de les remettre en liberté, ils doivent même plus savoir ce qu'est courir après une proie , ni se défendre) Quelle tristesse de voir le roi des animaux réduit à l'état de peluche obèse derrière des barreaux!!
  • Boycottez ce cirque !! Ne donnez pas votre argent à ces individus qui ne connaissent pas le mot "respect"! Expliquez à vos enfants la signification du respect des êtres vivants!! ....
  • La pétition contre la présence d'animaux sauvages dans les cirques :
http://www.spa.asso.fr/2354-signez-la-petition-contre-la-presence-des-animaux-sauvages-dans-les-cirques-en-france.htm
La réponse ( hyperrapide ) de l'association L214, éthique et animaux : "Bonjour, Nous ne pourrons pas agir directement mais nous venons de transmettre votre message à une personne mobilisée contre les cirques en espérant qu'elle puisse utiliser cette information. Bien amicalement, Sébastien Arsac - L214 - sebastien.arsac@l214.com http://www.L214.com Ethique & Animaux"