jeudi 15 janvier 2009

Départ de Nathalie Koscuisko-Morizet du ministère de l 'environnement : une perte certaine pour l 'écologie au sein de la droite....

  • Nomination surprise de Nathalie Kosciusko-Morizet au secrétariat d' état à la "prospective et l' économie numérique a surpris tout le monde ce jeudi 15 janvier. C'est une perte pour le ministère de l' environnement , c'était la seule au sein de l' UMP a être convaincue par la préservation de l' environnement; le peu d'avancée dans ce domaine depuis 2007, c 'est à elle qu' on le doit , parce que on ne peut pas dire qu' à l' UMP , ils savent ce qu'est l' écologie !
  • Ne serait -ce pas une mise à l' écart d'une rebelle qui a su parfois "l'ouvrir" contre l 'inertie de ces collègues..?
---------------------------------------------------------------------------------------------
L'article sur mediapart , l' avis des ONG : http://www.mediapart.fr/journal/france/republico/150109/ecologie-depart-suprise-de-nkm
  • La nomination de Nathalie Kosciusko-Morizet au secrétariat d'Etat à la prospective et à l'économie numérique a pris tout le monde par surprise jeudi 15 janvier. A commencer par le cabinet de Jean-Louis Borloo qui ne semblait pas avoir été tenu au courant du transfert jeudi matin, lorsque fut révélée la teneur du remaniement du gouvernement. Quant à Arnaud Gossement, porte-parole de France Nature Environnement, vaste réseau d'associations écologistes, pilier du Grenelle de l'environnement, et à ce titre interlocuteur quasi quotidien du ministère de l'écologie, il confie: «J'en tombe de ma chaise !»
  • En réalité, la surprise n'est pas si renversante... En décembre, la secrétaire d'Etat à l'écologie était déjà donnée partante. Mais début janvier, elle semblait de nouveau appelée à rester dans les murs, malgré ses relations notoirement houleuses avec son ministre de tutelle. Lors du débat sur la loi OGM en avril 2008,un concours de lâcheté et d'inélégance entre Jean-François Copé (...) et Jean-Louis Borloo, qui se contente d'assurer le minimum».
  • Jeudi matin, lors des vœux de François Fillon, elle faisait triste mine. Ces derniers mois, elle avait multiplié les initiatives sur l'environnement et la santé. Au point d'espérer remplacer Roselyne Bachelot au ministère de la santé? «Elle en mourait d'envie», dit le responsable d'une ONG verte. A la veille de l'organisation en novembre dernier d'un colloque sur l'impact de la pollution chimique sur la baisse de la fertilité masculine, ardemment soutenu par Nathalie Kosciusko-Morizet, dans son entourage, on glissait au détour d'une phrase : «Au moins ce sujet-là, on ne va pas nous la piquer !»
  • «Je regrette son départ», commente jeudi matin le député UMP de la Moselle, François Grosdidier, grand opposant aux OGM, très présent lors du débat à l'Assemblée au printemps dernier.
  • La nomination de Nathalie Kosciusko-Morizet à l'économie numérique est-elle un revers pour la secrétaire générale adjointe de l'Ump? C'est en tout cas une déception. Et d'ores et déjà un problème : son frère, Pierre Kosciusko-Morizet, est président et co-fondateur de Price Minister, gros sites de commerce en ligne et président de l'Acsel (Association pour le commerce et les services en ligne), lobby du secteur. Au risque du conflit d'intérêt ?
-----------------------------------------------------------------------------------
L'avis des défenseurs de l' environnement ( AFP)
  • .....Pour les défenseurs de l'environnement, Nathalie Kosciusko-Morizet, architecte du Grenelle de l'environnement avec Jean-Louis Borloo, a surtout fait progresser la cause à droite.
  • "Elle a fait bouger les moins de 40 ans à l'UMP et démontré que les jeunes générations à droite se préoccupent d'écologie", estime Serge Orru, le directeur du WWF-France. "Elle a préparé la droite à la question de l'écologie", renchérit le président de France Nature environnement Sébastien Geneste, saluant le "duo compliqué mais utile" qu'elle formait avec M. Borloo.
  • Egalement étroitement associé à la préparation du Grenelle, Yannick Jadot, ex-directeur des campagnes de Greenpeace la regrette lui aussi, mais juge qu'elle était "frustrée": "Dommage pour l'écologie parce que c'est incontestablement quelqu'un de convaincu. Mais elle était sevrée de gros dossiers par Borloo. Elle essaye de se redonner un champ où elle a plus d'automonomie, potentiellement plus de visibilité", estime-t-il.

Aucun commentaire: